Fermer la publicité

[Vidéo] Dans les coulisses du chantier de La Marseillaise

Bouches-du-Rhône Publié le - - BTP

Avant d'être le second « gratte-ciel » le plus haut de la cité phocéenne, La Marseillaise est un chantier hors norme, où près de 200 ouvriers travaillent. Visite guidée avec Marc Pietri, le patron de Constructa, à l'origine du projet.

De loin, on dirait un phare qui s'élance dans le ciel. De près, de très près même, la tour La Marseillaise donne mal au cou… Torticolis assuré quand on veut apercevoir son sommet, 135 mètres au-dessus du niveau du trottoir. Pour y pénétrer, il faut traverser un hall, à l'image de l'édifice : démesuré ! « Il fait 12 mètres sous plafond » souligne Marc Pietri, à l'origine du projet. Le patron de Constructa fait visiter, avec plaisir et fierté, les coulisses du chantier.

Ce « gratte-ciel » à l'accent méridional, imaginé par l'architecte Jean Nouvel, continue de s'élever dans le ciel provençal. Même les assauts du mistral n'ont pas ralenti le travail de fourmis des quelque 200 ouvriers qui s'affairent.

Jour après jour, la tour gagne des étages. Elle doit arriver à tutoyer les 135 mètres d'altitude, avec 31 niveaux, pour devenir le deuxième immeuble le plus haut de Marseille. Après celui de la CMA CGM. La skyline* de Marseille commencera alors à avoir une belle silhouette.

Un joli symbole pour le Marseillais Marc Pietri. Pour monter aussi haut, il s'est encordé avec la Cepac et la Caisse des dépôts, côté investisseurs. Côté partenaires financiers, on trouve le Crédit foncier, Bpifrance, la Banque postale, la CEGC (Compagnie européenne de garanties et cutaions), la Socfim**. En septembre dernier, Swiss Life France est entré dans le tour de table. Constructa lui a cédé les participations qu'il détenait, avec Vinci Construction France, dans la société propriétaire de La Marseillaise. Porter ce projet à 200 millions d'euros n'a pas été de tout repos… Mais maintenant, il s'élève un peu plus chaque jour pour être livré avant la fin 2018.

Encore des étages à monter

Début novembre, il restait neuf étages à monter. Le bâtiment est déjà imposant et se voit de loin.

En même temps qu'elle s'élève, la tour prend du poids et s'enfonce… dans le sol. « On devrait perdre 12 centimètres de fluage par rapport au poids total de l'édifice » explique Michael Trazic, directeur des corps d'état chez Dumez Méditerranée. Cet effet avait été prévu et calculé. Grande et lourde, La Marseillaise a de solides fondations.

C'est par le forage et le coulage des 83 pieux de 33 mètres de profondeur que la construction avait débuté en avril 2015. En septembre 2015, la première grue a commencé à travailler, puis une seconde. Et le bâtiment a pris de la hauteur, d'abord en son cœur. Le noyau central s'est élevé avec le principe du coffrage grimpant. Au fur et à mesure que l'on construit un étage sur l'autre, l'édifice s'élève. Les deux grues permettent de monter les matériaux.

A l'intérieur de ce cœur en béton armé, on retrouve les cages des 15 ascenseurs, les escaliers et locaux techniques. Cette partie est la plus avancée du chantier.

Tout autour grimpe la charpente métallique. Deux mille quatre cent cinquante tonnes de métaux seront nécessaires pour enrober le noyau central et ses 18 800 m3 de béton. Les planchers, ou parties nobles, accueilleront les grandes plates-formes pour bureaux. Ils sont prévus avec vue panoramique sur la ville et le port. La plupart des bureaux auront une vue ou un aperçu mer.

C'est ce panorama, justement, qui coupe le souffle lors de la visite du chantier. Il est impressionnant : le large et les îles du Frioul, le port et ses navires de commerce, le quartier des Docks et de la Joliette, puis plus loin le centre-ville et la colline de Notre-Dame.

Une vue à couper le souffle

Les salariés ne seront pas là pour admirer la vue, mais pour travailler ! La Marseillaise est un immeuble de bureaux : 35 000 m2 au total pour 3 000 postes de travail dans « un environnement moderne et surtout modulable » explique Marc Pietri. On y retrouvera le siège de la métropole Aix-Marseille Provence, les bureaux d'Orange, de la Cepac et bien entendu, de Constructa. Les 29e et 30e étages seront eux consacrés au Business Center et au Provence Business Sky Lounge du World Trade Center Marseille Provence. Ces 2 300 m2 seront dédiés à la promotion du territoire et de ses entreprises.

Les 900 salariés de la tour bénéficieront d'un restaurant d'entreprise, d'une conciergerie, d'un room-service, d'une crèche d'entreprise, de 350 places de parking et d'un accès direct aux transports en commun, le tram étant au pied de la tour. Au rez-de-chaussée, il y aura des commerces.

La tour est prévue pour s'intégrer au nouveau quartier d'affaires de la Joliette, sur le périmètre d'Euroméditerranée. Le nouveau Marseille !

* Horizon.
** Groupe BPCE, organe central commun à la Banque populaire et la Caisse d'épargne.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer