AccueilDroit et chiffreVar : les marchés immobiliers au beau fixe selon les notaires

Var : les marchés immobiliers au beau fixe selon les notaires

Tradition annuelle, les résultats des Marchés immobiliers des notaires (MIN) ont été présentés dernièrement par la présidente de la Chambre départementale, Cécile Ménard, et quelques confrères. La bonne santé est de rigueur.
Le marché de l’immobilier est au beau fixe et la ville de Toulon plus attractive que jamais.
O. Réal - Le marché de l’immobilier est au beau fixe et la ville de Toulon plus attractive que jamais.

Droit et chiffreVar Publié le ,

Alimenté depuis des années et de façon professionnelle par la base immobilière Perval, forte de 17 millions de références, le notariat français est un expert du secteur, avec une grande connaissance du marché et des prix en vigueur. D’où l’intérêt de ses statistiques immobilières sur l’année écoulée (en l’occurrence du 1er novembre 2020 au 31 octobre 2021) concernant les principaux segments de marché.

A l’échelle du Var, comme sur le plan national qui bat des records, la très bonne santé persiste, avec, tous biens confondus, une évolution annuelle de + 22 %, soit près de 34 000 transactions. Du jamais vu auparavant selon Cécile Ménard, la présidente de la Chambre départementale des notaires, qui présentait dernièrement à Toulon les données majeures en présence de ses confrères Rémi Claudot, Olivier Teuma, Renaud Castel et Franck Lenoir.

La crise sanitaire n’est pas étrangère à cela, plaçant la pierre comme valeur refuge de préférence, en plus d’une envie de verdure, si possible en maison, ce qui n’est pas simple à trouver. La pénurie de logements s’est en effet accentuée en raison de la baisse des permis de construire instruits et accordés durant la crise, tandis que les prix sont en hausse significative. Une tendance heureusement compensée par des taux d’emprunts qui restent bas et attractifs même si une remontée, mécanique compte tenu de l’inflation, est attendue.

Fnaim Var : l’immobilier ne connaît pas la crise

Hausse généralisée

Sur le segment des appartements anciens, les prix augmentent pour la troisième année consécutive, + 8 % en l’occurrence, à 3 330 euros le m2 médian, réalisant la plus forte progression du marché en volume de ventes (+ 24 %). Les deux/trois pièces sont largement majoritaires avec 31 % et 32 % des biens vendus. La capitale du Var, Toulon, est toujours très compétitive à 2 320 euros le prix médian au m2 (+ 7,7 %), contre 4 120 euros à Nice et 2 750 euros à Marseille, les deux grandes métropoles qui l’entourent.

Les appartements neufs montent aussi en prix, + 7,7 % à 4 800 euros le m2, caractérisés par une plus forte proportion encore des deux pièces (44 %) et trois pièces (41 %), ainsi qu’en volume de ventes, + 18 %. Compte tenu de la rareté du foncier et du niveau d’attente, attention à une crise de l’offre que craignent les promoteurs.

S’agissant des maisons anciennes, les ventes progressent de + 22 % et les prix médians de + 11,1 %, à 361 000 euros en moyenne, soit l’évolution la plus forte depuis 10 ans et + 18,5 % sur les cinq dernières années. Quasiment tous les secteurs géographiques connaissent une hausse dépassant les 5 %, sachant que les plus dynamiques sont le Centre Var, le Haut Var (en phase de rattrapage) et Saint-Raphaël-Fréjus. En termes de capacité, les quatre pièces et plus sont largement dominants.

Les terrains à bâtir, denrées rares, enregistrent + 1 % en volume de transactions et + 4,2 % en prix de vente médian, à 125 000 euros. Une hausse qui intervient après cinq ans de baisse ou de stabilité. Globalement, il est plus facile d’en trouver lorsque l’on s’éloigne de la mer vers le centre, et d’autre part la superficie se réduit : 29 % des terrains font désormais moins de 600 m2. En outre, le prix des terrains varois est inférieur à celui dans les départements voisins des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes.

Parmi les catégories socio-professionnelles des acquéreurs, l’enquête notariale place en tête les professions intermédiaires (23 %), puis les retraités (22 %), les cadres supérieurs (19 %), avec une tranche d’âge majoritaire chez les 60 ans et plus (30 %), contre 21 % aux 50/59 ans et 20 % aux 30/39 ans. Les franciliens constituent 8,5 % des acheteurs et les étrangers, qui reviennent, 4 %. Malgré l’élection présidentielle, qui fige un temps le marché, et l’augmentation du coût des matériaux de construction qui joue aussi sur les prix et les délais, l’année 2022 est à son tour placée sous le signe de la confiance.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

Journal du 31 août 2022

Journal du31 août 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?