AccueilUrbanismeVar Aménagement Développement met du cœur à la maîtrise d'ouvrage

Var Aménagement Développement met du cœur à la maîtrise d'ouvrage

La société d'économie mixte Var Aménagement Développement (VAD), opérateur urbanistique majeur du département, maintient le cap de ses activités.
Var Aménagement Développement met du cœur à la maîtrise d'ouvrage
O. Réal - La Maison de la créativité du quartier Chalucet, à Toulon, fait partie des nombreux chantiers à nouveau opérationnels conduits par Var Aménagement Développement.

UrbanismeVar Publié le ,

Var Aménagement Développement (VAD) est plus que jamais dans son rôle d'intérêt public, à la faveur de la période hors normes inhérente au coronavirus. Grâce à une réorganisation interne, « la continuité de nos missions a été assurée », explique le directeur général Jérôme Chabert, « sachant que dans le secteur de l'aménagement, nous faisons partie de la famille des maîtres d'ouvrage. A ce titre, nous nous inscrivons dans le temps long avec des opérations qui s'étalent en moyenne sur cinq ans, dont les travaux constituent la partie immergée de l'iceberg, à hauteur de 25 %. Les trois quarts de nos actions ont par conséquent été poursuivis durant le confinement, avec un ralentissement circonscrit aux chantiers. Nous n'avons pas à nous plaindre par rapport aux autres étages de la chaîne de construction que sont les maîtres d'œuvre et surtout les entreprises, en première ligne ».

Un constat suivi d'une prise en considération des contraintes multiples pour ces dernières, que sont les données économiques de facturation, de finalisation des chantiers, de respects des considérations sanitaires pour redémarrer, de perspectives aussi à terme... « Nous essayons de donner les moyens aux entreprises de reprendre sans que les surcoûts ne deviennent un handicap rédhibitoire, en les indemnisant sur les frais supplémentaires engendrés par les mesures de précaution, en équipements divers et en logistique, selon les préconisations de l'OPPBTP, de la médecine du travail, de la filière et du gouvernement », revendique Jérôme Chabert.


Lire aussi : Le BTP du Var interpelle les élus


Intérêt général en fil rouge

« Il n'y a bien entendu pas d'injonction à reprendre si les conditions ne sont pas remplies, souligne pour sa part le directeur juridique et administratif Jean-Baptiste Arène. Compte tenu des incertitudes, nous assouplissons les règles afin d'aider les entreprises à franchir le cap. » Une compréhension poussée jusqu'à l'augmentation des avances possibles le(s) cas échéant(s), en application de l'article 5 de l'ordonnance du 25 mars relative à l'état d'urgence, pouvant atteindre « 60 % du montant du marché au lieu de 30 % maximum en droit commun et 10 % en pratique routinière ». Sur une cinquantaine de marchés de travaux en cours, représentant autour de 50 millions d'euros, les enjeux sont importants pour la filière du BTP, mais aussi s'agissant de la bonne gestion de la SEM. Tout en essayant d'être fin et juste dans la gestion de cet équilibre fragile, VAD accompagne la reprise d'activité. « Nous étions à 0 % de chantiers opérationnels au début du confinement, précise Jérôme Chabert, nous sommes au 4 mai à 50 % et nous espérons revenir à la normale, ou pas loin, début juin. »

En outre, VAD est représentant de maîtres d'ouvrage publics dans un certain nombre de villes, notamment en qualité de concessionnaire des centres de Toulon, Hyères, Brignoles, avec des foncières d'investissement immobilières et patrimoniales qui portent des commerces et des stratégies de reconquêtes urbaines. « Nous essayons de reporter des loyers, de les lisser sur l'année, voire de réfléchir à des exonérations au regard de la situation », renchérit Jean-Baptiste Arène. Là aussi, les équilibres sont ténus et la générosité ne peut se faire à n'importe quel prix, surtout s'agissant d'opérations mixtes public/privé au long amortissement et, au nom de l'intérêt général, à la rentabilité déjà faible.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?