AccueilBTPVallée de la Roya : coup d'accélérateur sur les travaux

Vallée de la Roya : coup d'accélérateur sur les travaux

Unique voie d'accès au territoire avec la liaison ferroviaire Breil-Cuneo, la RD 6204 fait l'objet de toutes les attentions pour rétablir la circulation malgré les dégâts considérables de la tempête. Quatre nouveaux ponts bow-string vont être installés par le conseil départemental des Alpes-Maritimes.
Vallée de la Roya : coup d'accélérateur sur les travaux
R. Mario - L'ampleur des dégâts est immense dans la Roya et oblige à créer pistes et ponts provisoires pour permettre la circulation.

BTPAlpes-Maritimes Publié le ,

Après les travaux d'urgence, les premières perspectives de reconstruction définitive. Vallée la plus touchée par la tempête Alex d'octobre 2020, la Roya commence à se relever, grâce notamment aux moyens mobilisés par le conseil départemental des Alpes-Maritimes. Ils sont affectés en priorité aux réparations sur la RD 6204, la principale infrastructure routière d'accès à ce territoire.

« Notre collectivité a déjà engagé 18,6 millions d'euros de travaux. Notre objectif est de passer à un rythme de 5 à 6 millions d'euros de travaux par mois pour atteindre 50 millions d'euros investis en 2021. C'est un investissement indispensable pour redonner espoir et confiance aux populations traumatisées par la tempête », explique le président du Département, Charles-Ange Ginésy.

Le chantier est titanesque tant les dégâts sont importants : une dizaine de ponts détruits, plus de 100 brèches béantes sur la seule RD 6204, 280 millions d'euros nécessaires pour réparer... La première phase d'intervention a consisté a créer des passages à gué busés dans le lit de la Roya, pour rétablir des accès provisoires et désenclaver Tende. Mais ces aménagements ont montré leurs limites, pouvant devenir rapidement inutilisables lors d'intempéries, comme en janvier dernier. Un constat qui a poussé la collectivité à rechercher des solutions plus pérennes avec la création de ponts provisoires, en attendant les ouvrages définitifs de la reconstruction.


Lire aussi : Le Département des Alpes-Maritimes renforce l'ingénierie des communes


Des ponts provisoires installés

Avec l'appui du Cerema très mobilisé sur cette catastrophe, un pont métallique à poutre latérales en treillis de type Mabey vient d'être installé au niveau du hameau de Veil à Breil-sur-Roya, pour le rendre à nouveau accessible. Acheminé depuis le Centre national des ponts de secours dans la Seine-et-Marne, il a été mis en place en une semaine à la demande de la commune. Un autre pont métallique de secours avait déjà été installé en décembre dernier par le département et les équipes du Cerema, à l'entrée sud de Tende, au droit de l'ancien pont des 14 arches, détruit.

Les équipes du groupement des sept entreprises régionales de BTP piloté par Tama (avec Razel-Bec, TP Spada, Garelli, La nouvelle sirolaise de construction, Nativi et Masala), retenu en fin d'année dans le cadre d'une procédure « d'urgence impérieuse », sont également entrées en action pour démultiplier les moyens engagés dans la vallée. « Une centaine d'ouvriers et plusieurs dizaines d'engins sont actuellement mobilisés. Nous allons bientôt passer à 130 personnes sur le terrain », précise Philippe Renaudi, le dirigeant de Tama. Le groupement est en train d'achever la mise en place des ponts provisoires de Caïros et d'Ambos, au sud de Fontan. Ces ouvrages simples, d'une quinzaine de mètres de portée, réalisés en un mois au moyen des blocs de béton emboîtables pour les culées, de poutres métalliques et d'un platelage bois permettent d'améliorer les conditions de circulation sur la RD 6204, avec une pérennité face aux intempéries.

Plus de 100 brèches à traiter

Mais il y a aussi la centaine de brèches à réparer sur la voirie dont certaines mesurent plus de 200 mètres de long avec des hauteurs jusqu'à 10 mètres. Dans les très étroites gorges de Paganin, plus de 40 brèches ont été répertoriées sur 5 kilomètres. Leur traitement a démarré fin novembre et environ un tiers sont en travaux. « Avec les entreprises, nous avons privilégié des solutions techniques variées pour s'adapter à l'exiguïté des sites et à la difficulté d'approvisionner sur place les chantiers en matériaux et en béton », commente Guillaume Chauvin, responsable de la Mission reconstruction de la Roya, mise sur pied par le conseil départemental 06.

Ces solutions vont des voiles béton classiques ancrées au rocher en passant par des murs poids utilisant des éléments préfabriqués et par des parois clouées « ad hoc », constituées d'écailles en béton également préfabriquées.

« Pour les failles les plus complexes, les reconstructions, qui commenceront courant deuxième trimestre, s'opéreront en deux temps avec la réalisation de deux murs de soutènement parallèles. Cette solution va permettre de ne pas couper totalement la circulation mais imposera de retirer les remblais provisoires qui ont servi à réaliser les pistes », précise Guillaume Chauvin.

Appels d'offres pour quatre ponts bow-string

Sous un mois, le Département va lancer les appels d'offres pour les deux ouvrages d'art définitifs de Caïros (50 mètres) et Ambo (75 mètres) et ils seront suivis quelques semaines plus tard des appels d'offres pour les ponts du Bourg Neuf et des 14 Arches, à Tende. Pour ces quatre ouvrages d'art (coût unitaire : 3 à 5 millions d'euros), qui symbolisent la reconstruction définitive de la vallée, le Département a prévu des ponts métalliques bow-string, caractéristiques avec des poutres latérales en arc au-dessus des tabliers et des haubans élancés.

Outre leur homogénéité esthétique, ces ponts bow-string, qui pourront être préfabriqués, n'auront pas de piles dans le cours d'eau et offriront même, grâce à leur portée et à des appuis reculés, des gabarits hydrauliques beaucoup plus importants que les ouvrages qui ont été emportés. La mise en service de ces quatre ponts va s'échelonner de la mi-2022 à la fin 2022 alors qu'à l'été 2021 un autre pont métallique, le pont du Perthus, au sud de Breil-sur-Roya, sera totalement achevé.

Beaucoup plus au nord, pour rompre l'isolement du hameau de Casterino (la RD 91 a presque totalement disparu), le Département va améliorer à court terme la piste de Speggi et réfléchit à une solution alternative à la route dans le cadre de la reconstruction. Il s'agit d'un projet de téléphérique, desservant le hameau à partir soit de Saint-Dalmas-de-Tende, soit de Viévola. Un exemple de ce que pourrait être la reconstruction résiliente et durable de ce territoire.

De nouveaux financements attendus pour la reconstruction

Pour l'heure, c'est principalement le conseil départemental 06, qui a emprunté 200 millions d'euros, qui est en première ligne du financement de la reconstruction dans la Roya. D'où une certaine inquiétude de la collectivité à tenir la cadence, si les aides des autres partenaires n'arrivent pas rapidement.... L'Etat a pour l'heure versé 10,8 millions d'euros suite à la tempête Alex et la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a débloqué 20 millions d'euros. « Fin mars-début avril, la dotation de solidarité de l'Etat pour les trois vallées arrivera et son montant sera connu », annonce Xavier Pelletier, le préfet délégué chargé de la reconstruction des zones sinistrées.

Une bonne nouvelle qui s'ajoute à la décision de l'Union Européenne d'activer également son fonds de solidarité pour les catastrophes naturelles, en réponse aux demandes conjointes de la France et de l'Italie. Ce fonds va bénéficier aux territoires frappés par la tempête Alex. Le montant de cette aide n'est pas encore connu mais pourrait se situer « entre 50 et 100 millions d'euros » selon Charles-Ange Ginésy.


Lire aussi : Intempéries : Etat et collectivités se mobilisent pour la reconstruction


 

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?