AccueilUrbanismeValgaudemar : le site du Gioberney et son refuge requalifiés en 2023

Valgaudemar : le site du Gioberney et son refuge requalifiés en 2023

Ce haut lieu du tourisme, très fréquenté en été, fait l'objet d'une étude qui aboutira à des travaux de requalification de son refuge et à une amélioration de sa desserte.
Valgaudemar : le site du Gioberney et son refuge requalifiés en 2023
Rémi Fabrègue - L'accès au site du Gioberney va être repensé et son chalet-refuge requalifié, dans le respect d'un environnement exceptionnel.

UrbanismeHautes-Alpes Publié le ,

Au terme d'une route grimpant tout au bout de la vallée du Valgaudemar, bordée par la cascade du Voile de la mariée, la vue sur le cirque du Gioberney est à couper le souffle. Ce site est le point de départ de nombreuses randonnées. Un restaurant-refuge d'une soixantaine de chambres, ouvert de début juin à début octobre, sert de camp de base. Ce haut lieu du tourisme haut-alpin attire bien au-delà des frontières. Le président de la communauté de communes du Champsaur-Valgaudemar, Fabrice Borel, se plaît à raconter que des touristes américains s'y extasient. Mais il mérite d'être valorisé, retravaillé, et en particulier le chalet-hôtel, bâtiment vieillissant, non électrifié, aux chambres mal adaptées, « une passoire énergétique », résume l'élu. L'enjeu consiste plus globalement à « traiter cette porte d'entrée du parc national des Ecrins », qui connaît des problèmes de surfréquentation entre le 14 juillet et le 15 août.

La communauté de communes a lancé une étude portant sur les volets paysager, architectural et mobilité et y a associé le Parc des Ecrins, la commune de La Chapelle-en-Valgaudemar et tous les maires de la vallée. « Il ne s'agit pas d'y faire n'importe quoi », prévient Fabrice Borel, très attentif à la préservation des lieux.

« Il faut être raisonnable, car le refuge n'est ouvert que quatre mois de l'année »

L'équipe va travailler à un repositionnement du refuge.

« Le bâtiment est sain, bien intégré dans le paysage, mais ses chambres et dortoirs, vétustes, ne sont plus adaptées aux familles. Il faut améliorer le confort. On songe à y amener l'électricité. Il faut reprendre les captages d'eau, changer les menuiseries en simple vitrage, intégrer peut-être des toilettes publiques dans le bâtiment. Le tout en étant raisonnable, car l'établissement n'est ouvert que quatre mois de l'année. »

La desserte du site va elle aussi être réétudiée, même s'il n'est pas question de fermer la route d'accès. « Quand il y a beaucoup de monde, il peut y avoir 400 voitures par jour, lance l'élu. On ne peut pas pour autant créer un parking de 500 places. » Pour éviter cette invasion de voitures, il existe plusieurs alternatives, mais là encore, elles méritent d'être repensées. « Actuellement, une navette relie Saint-Firmin au Gioberney. Mais elle est mal calibrée, souffre d'un mauvais cadencement, ne fonctionne pas le dimanche et le lundi. L'idée est de desservir toute la vallée », indique le président de l'intercommunalité. Il existe aussi des possibilités de stationnement dans les villages alentour, « dont les parkings ne sont pas forcément pleins ». De son côté, la commune de La Chapelle-en-Valgaudemar devrait créer un parking de 60 places.

Les habitants ont déjà été consultés au cours d'une réunion publique. Le groupement d'entreprises (Architecture Energie, Hervé Saulnier conseil, Géode et Epode) qui a mené l'étude, restituera ses conclusions en fin d'année. A partir ce ces propositions, Fabrice Borel espère un montage du projet en 2022 en vue de réaliser les travaux en 2023.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?