Fermer la publicité

VAD SEM(e) dans le champ des possibles

Var le - - Economie

VAD SEM(e) dans le champ des possibles
O. Réal - Place de l'Equerre à Toulon

Var aménagement développement, société d'économie mixte (SEM) varoise d'aménagement plus que trentenaire, a diversifié ces dernières années son activité de façon à pouvoir intervenir, toujours en intérêt général ou public, sur un large spectre d'immobilier(s) de logements, commercial, d'entreprise.

Société d'économie mixte (SEM) créée il y a quelque 34 ans pour faire des aménagements urbains, construire des bâtiments et équipements publics, Var aménagement développement (VAD) s'est diversifiée et réorganisée depuis 2011, afin de répondre à la nouvelle donne économique et à l'évolution des compétences au sein des collectivités (la loi NOTRe* en est la dernière illustration). Sous la présidence d'Hélène Audibert, adjointe à Toulon et conseillère départementale, un staff directionnel en trio complémentaire** a élargi le champ d'actions en plusieurs types de missions, AMO (assistance à maîtrise d'ouvrage), conduite d'opération (y compris en propre), mandat ou concession, incluant du portage financier le cas échéant.

Le conseil, l'ingénierie, la maîtrise juridique se sont étoffés au sein des équipes, tout en restant dans un cadre « d'intérêt général et public », revendique le directeur général Jérôme Chabert. « Au-delà des actions classiques que nous pouvons mener, notre présence et notre expérience de terrain, au contact des élus et des besoins, nous permettent de cerner les problématiques, notamment de financement d'opérations et de respect de la loi SRU [loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains, NDLR] en matière de logements sociaux. Ce qui est d'autant plus complexe dans un département au foncier cher et recherché. Dans ce contexte, nous travaillons sur des solutions permettant de faire émerger des projets immobiliers, de logements, de commerces, de bureaux. Nous essayons d'être force de propositions à l'interface des collectivités et de la promotion privée dont nous ne sommes pas le concurrent. Notre savoir-faire offre la possibilité d'aider à résoudre des difficultés à la fois urbanistiques, réglementaires, financières, techniques, et au final, à faire sortir de terre des programmes. »

Un positionnement d'autant plus intéressant que les projets bloqués sont un immense frein à la construction et à l'activité économique***. VAD peut ainsi intervenir non seulement en maître d'ouvrage délégué mais également en maître d'ouvrage directement sur fonds propres. Plusieurs exemples peuvent illustrer cette mixité de positionnements.

Logements, commerces, entreprises

Sur l'îlot Plume, rue du Temple à Toulon, une SCI Temple (société civile immobilière) a été créée l'an dernier avec Nexity pour faire aboutir une opération de 68 logements, dont 18 sociaux, sujette jusqu'alors à des blocages qui semblaient insurmontables.

« Nous avons réussi un montage gagnant-gagnant, pour les habitants, la ville, le promoteur. Il ne s'agit en aucun cas de faire de l'immobilier pour de l'immobilier mais bien de répondre à notre engagement d'intérêt général, constituant une alternative à une SEM dédiée uniquement à cette activité, qui n'a pas besoin de partenaire. »

Sur ce programme planifié dans la convention Anru locale (Agence nationale pour la rénovation urbaine), VAD a pris 30% de parts dans la SCI.

* Loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République.
** Jérôme Chabert est directeur général de VAD, Serge Gaffuel directeur technique, Jean-Baptiste Arène directeur juridique (tous trois cadres issus de la « maison »). Présidente de la SEM, Hélène Audibert est adjointe au maire de Toulon, chargée de la rénovation urbaine, de l'habitat, du logement, de la stratégie centre-ville, et préside aussi la commission Culture au Conseil départemental du Var. C'est au titre de cette collectivité qu'elle est à la tête de VAD.
*** A propos de blocages de réalisations et d'impacts sur l'économie, la Fédération du BTP du Var, participant à une enquête nationale de la Fédération française du bâtiment (FFB), s'était lancée l'an dernier dans une démarche de recensement rapide des projets de construction dans le Var bloqués pour différentes mauvaises raisons (recours abusifs, délais d'instruction des permis de construire, administration tatillonne, réglementation trop fournie ou instable). Elle avait identifié sur une période courte, à la mi-juin, 10 projets en attente indéterminée, de toutes tailles et de toutes natures, représentant 268 millions d'euros d'investissements potentiels, soit l'équivalent de 4.500 emplois créés ou maintenus, dont 2.300 emplois directs dans le BTP.

La suite de l'article est à lire dans le numéro 1126 de TPBM, dans notre dossier consacré aux sociétés d'économie mixtes de la région. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).




Olivier Réal
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer