AccueilBTPUnicem Paca Corse : Frédéric Soulié élu président

CARNET Unicem Paca Corse : Frédéric Soulié élu président

Frédéric Soulié, directeur général de Someca, succède à Marie-Thérèse Gontero à la présidence de l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) Paca Corse.
Unicem Paca Corse : Frédéric Soulié élu président
O. Réal - Frédéric Soulié, nouveau président de l’Unicem Paca Corse.

BTP Publié le ,

Frédéric Soulié, directeur général de Someca (Société méridionale de carrières), leader varois des granulats, a été élu par ses pairs le 24 juin dernier président pour les trois prochaines années de l’Unicem Paca Corse, succédant à Marie-Thérèse Gontero après deux mandats. Jusqu’alors président du collège granulats de cette Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction Paca Corse (qui compte cinq collèges, avec le béton prêt à l’emploi, les pierres de taille, le béton industriel et le pompage du béton), il entend « poursuivre et accentuer la représentativité de cette organisation dans l’économie régionale ». Un secteur qui rassemble sur son périmètre 450 établissements, 4 400 emplois directs et 12 000 emplois induits, ainsi que plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel. 

Fort d’une équipe constituée à ses côtés touchant l’ensemble des typologies d’entreprises de la branche (grands groupes comme petites structures), s’appuyant sur l’expérience et l’expertise de la secrétaire générale Marie-José Zorpi, Frédéric Soulié entend « organiser des réunions syndicales dans les départements, travailler au plus près du terrain et des besoins. Parmi ceux-ci, je suis très attaché à la formation en adéquation avec les attentes des adhérents. Nous avons des métiers spécifiques qu’il faut maîtriser. Nous pouvons compter pour ce faire sur le pôle formation de Mallemort. En outre, je souhaite créer plus de liens encore entre les différents collèges ». 

Feuille de route durable

La défense des intérêts de son secteur est une priorité du nouveau président mise à l’épreuve dès le début de son mandat à travers le Schéma régional des carrières issu de la loi Alur et dont l’adoption est prévue au printemps prochain. La profession bataille pour résoudre les difficultés inhérentes à un dispositif qui, s’il était mis en application en l’état initial par la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) menacerait 70 % des carrières de la région dont les autorisations d’exploitation ne pourraient potentiellement pas être renouvelées. « Le préfet de région, Christophe Mirmand, et la Dreal Paca sont à notre écoute à ce propos. Nous avançons de façon positive pour nos métiers, dans un esprit partagé de développement durable. L’horizon s’éclaircit, mais restons vigilants… ».

Frédéric Soulié : « Faisons carrière différemment en nous réinventant »

D’autres chantiers sont à l’ordre du jour de ces professionnels, comme la RE 2020, réglementation environnementale appliquée à partir de 2022, visant à faire baisser les émissions de gaz à effet de serre en privilégiant en particulier le bois, « mais sans se préoccuper du bilan carbone de l’importation du bois en question », conteste-t-il. La REP (responsabilité élargie du producteur) en matière de déchets de chantier et d’économie circulaire compte également parmi les réflexions actuelles et futures. Une thématique que le président porte depuis des années, montrant l’exemple dans les carrières de Someca et à travers la fondation éponyme qui œuvre notamment en faveur de la biodiversité, travaillant aussi sur la carrière de demain.

Enfin, la lutte contre les décharges illégales et les comportements répréhensibles est un autre volet prioritaire de sa feuille de route. Il s’associe à la démarche de la Fédération du BTP du Var, qui innove en France en étant partie civile à chaque affaire, montrant le chemin de la vertu. « Il nous faut sensibiliser sur un large spectre, concernant les maires maîtres d’ouvrage et responsables de leurs déchets, les particuliers, les entreprises, privilégiant la pédagogie et le civisme », prône le président. « Les échanges avec les associations impliquées sur ces questions seront renforcés, de mêmes que ceux avec l’ensemble de nos partenaires sur tous ces sujets. »

Marie-Thérèse Aubrieux-Gontero : « Il reste encore beaucoup à faire pour éradiquer le fléau des décharges illégales »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?