AccueilEconomieUne usine de bois-collage labellisée Bois des Alpes ouvrira en 2024 à La Roche-de-Rame

Une usine de bois-collage labellisée Bois des Alpes ouvrira en 2024 à La Roche-de-Rame

Alpes Bois Collage produira des bois collés de charpente et des carrelets de menuiserie à partir d'une matière première issue du massif alpin. Le circuit court par excellence.
Une usine de bois-collage labellisée Bois des Alpes ouvrira en 2024 à La Roche-de-Rame
M.-F. Sarrazin - Franck Faure-Brac et son fils Clément, appelé à prendre la relève à la tête d'AMC avec son frère Antonin.

EconomieHautes-Alpes Publié le , par

En 2024, la première unité de production de bois-collage labellisée Bois des Alpes ouvrira à La Roche-de-Rame, sur la zone d'activités du Planet. L'idée a germé dans la tête de deux entrepreneurs : Franck Faure-Brac, dirigeant d'Alpes Méditerranée Charpente (AMC) à Saint-Crépin, et l'architecte gapençais Jérôme Voutier. Tous deux rentraient d'une réunion, dans la Drôme, sur les premiers bâtiments certifiés Bois des Alpes. Une démarche à laquelle ils adhèrent pleinement, mais qui est d'autant plus vertueuse si les matériaux de construction sont fabriqués au plus près. Ainsi naît, il y a quatre ans, Alpes Bois Collage, une association au départ, créée par quatre entreprises de la filière bois - AMC, la Menuiserie de la Tour, la Scierie Mostachetti et la Scierie queyrassine du bois -, Jérôme Voutier et les Communes forestières des Hautes-Alpes. Une étude de marché réalisée par Ceribois conforte la viabilité du projet. L'association laisse alors place à une SAS dans laquelle seules figurent les quatre entreprises du bois.

Cette usine fabriquera trois produits certifiés Bois des Alpes : du bois massif abouté pour construire des murs ossature bois, du bois massif reconstitué pour la charpente et des carrelets de menuiserie utilisés notamment pour les montants des portes et fenêtres. « Nous allons travailler des essences peu utilisées en construction : du gros sapin, du pin sylvestre, du douglas, du mélèze et du pin d'Alep », annonce Franck Faure-Brac.

Alpes Bois Collage fournira les constructeurs bois, les marchands de matériaux comme la Samse, France Matériaux ou encore Lignalpes, et aussi les particuliers.

Le département se positionne un peu plus en faveur de la filière bois

Le projet aurait dû voir le jour à Embrun, du fait d'une forte volonté de la maire Chantal Eyméoud, mais s'est heurté à deux difficultés. « La première tentative, sur la zone d'Entraigues, a avorté car l'Agence régionale de santé projetait d'y implanter le futur hôpital. Et la seconde, à Pralong, a également échoué car le terrain était trop petit », relate l'entrepreneur, ensuite approché par le maire de L'Argentière-la-Bessée, Patrick Vigne, et la communauté de communes du Pays des Ecrins (CCPE). L'usine s'implantera finalement sur la zone d'activités du Planet, à La Roche-de-Rame, sur un terrain de 35 000 m2. « Seul bémol, nous ne disposerons pas du terrain avant 2023, le temps de déconstruire et de dépolluer le site. » La CCPE fournira le terrain et le bâti, sous la forme d'un atelier-relais. « En échange de la construction du bâtiment, nous lui reversons un loyer pendant 30 ans. A terme, le terrain et le bâti nous reviennent », explique Franck Faure-Brac. Car la SAS va déjà devoir emprunter pour s'équiper en matériel dont le coût est estimé à 2,3 M€. Elle a déjà obtenu 800 000€ grâce au plan de relance.

Alpes Bois Collage nécessitera l'embauche d'un directeur de site et de quatre employés pour usiner sur les machines. « Il faudra aussi des commerciaux. Cinq ans après la création, les effectifs devraient se monter à dix personnes. »

Avec Alpes Bois Collage, le département affirme un peu plus son positionnement en faveur de la filière bois alors qu'il compte déjà près de 300 organismes professionnels et doit accueillir en 2026 la future Haute école du bois, de la forêt et de l'architecture de montagne. La naissance de cette usine coïncide avec la croissance de la demande en bois biosourcé induite par la RE 2020. Le projet se veut vertueux jusqu'au bout, autonome en énergie, grâce à la présence d'une chaudière biomasse alimentée par les copeaux de bois résultant du process de production, de même que les colles utilisées seront choisies pour leurs propriétés environnementales.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?