Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Marseille Une étude pour reconfigurer les archives départementales et l'église Saint-Martin d'Arenc

Bouches-du-Rhône Publié le - - Urbanisme

Une étude pour reconfigurer les archives départementales et l'église Saint-Martin d'Arenc
D.R. - Une vue aérienne du site concerné.

L'établissement public Euroméditerranée et le conseil départemental des Bouches-du-Rhône souhaitent lancer une étude pour imaginer le devenir de l'îlot qui englobe les archives et la bibliothèque départementales (ABD) et l'église Saint-Martin d'Arenc. Un devenir placé sous le signe du numérique et de la photographie.

L'établissement public d'aménagement Euroméditerranée (EPAEM) et le conseil départemental des Bouches-du-Rhône viennent de lancer une consultation pour sélectionner les groupements d'architectes-urbanistes et d'économistes qui piloteront la réalisation d'une étude de programmation urbaine, fonctionnelle et technique sur le secteur des archives et de la bibliothèque départementales dans le quartier d'Arenc (le secteur dit « ABD » dans le 3e arr.).

Le projet instigué par le Département concerne à la fois le repositionnement de l'écrin des archives et de la bibliothèque, un bâtiment d'environ 33 500 mètres carrés signé Corinne Vezzoni qui fut l'un des premiers équipements publics livrés au sein du périmètre d'Euroméditerranée au mitan des années 2000 ainsi que la revitalisation de l'église Saint-Martin d'Arenc, voisine du site (sur une emprise de 3 500 m2 nichée à l'angle des rues Mirès et de Ruffi). Un édifice cultuel désaffecté depuis 1977 en raison de désordres structurels et dont l'avenir a suscité de nombreuses conjectures depuis... Cette petite église conçue au début du XXe siècle selon les canons néo-romans est désacralisée depuis son rachat par le conseil départemental auprès du diocèse marseillais.

Un « Phare culturel » dédié à la photo et à l'image numérique

En partenariat avec l'EPAEM qui pilote la reconversion urbaine des 479 ha de la zone arrière-portuaire, le département envisage de créer un pôle culturel (un « Phare ») dédié à la photographie et aux arts numériques sur le site qui englobe les archives et l'église. Dans le sillage des Rencontres nationales de la photographie d'Arles, il s'agit de transformer l'ancien lieu de culte en vitrine de la photographie contemporaine. Ce « centre départemental de la photographie » aurait pour vocation de valoriser le fonds photographique du territoire constitué par les collectivités. Il serait également un tremplin pour les artistes qui trouveraient sur place un lieu d'exposition de leurs œuvres. Enfin, cet établissement aurait une vocation pédagogique auprès des scolaires.

Le département qui a réalisé une étude de préfiguration (en 2018 par l'agence ABCD Culture, Paris) voit en ce projet un moyen de perpétuer le lien de Marseille avec la photo : la carte postale a été inventée par le phocéen Dominique Piazza en 1891 et la Canebière fut le siège du dernier atelier de Nadar en 1897.

L'EPAEM et le conseil départemental voient également dans cette étude urbaine l'opportunité de renforcer la nouvelle vocation culturelle du secteur Arenc-Joliette : en deux décennies, ce quartier a vu émerger une série de grands équipements : le Mucem, le musée de la fondation Regards de Provence, le FRAC, le Silo d'Arenc, le théâtre de la Joliette, le cinéma Europacorp... Et le développement d'un projet associant les archives, la bibliothèque et l'église Saint-Martin serait l'occasion de prolonger cette dynamique dans un secteur en pleine mutation urbaine.

Relier les deux sites

Il s'agit d'envisager « un projet d'aménagement urbain favorisant la liaison entre les ABD et l'église au bénéfice d'une lecture plus homogène du projet de Phare culturel », indique le Département. Les concepteurs devront donc imaginer un projet dans lequel les deux édifices ne formeraient plus qu'une seule entité dont le rayonnement serait à même de renforcer l'attractivité du territoire. Une ambition symbolisée par l'extension de l'actuel « jardin des lectures » (3 320 m2) installé sur le parvis septentrional de l'église. Celui-ci pourrait s'étirer vers l'ouest (passant de 3 320 à 4 870 m2). Et la libération de l'emprise du bibliobus, posé derrière l'église, permettrait la création d'une nouvelle liaison Est/Ouest entre les rues Ruffi et Peyssonnel, dans la continuité de la traversée piétonne récemment aménagée par l'EPAEM entre la rue de Ruffi et l'avenue Salengro. Autant de propositions que les urbanistes devront tenter de formaliser sur la planche à dessin.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer