Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Un territoire zéro déchet, zéro gaspillage

Hautes-Alpes Publié le - - Urbanisme

Un territoire zéro déchet, zéro gaspillage
M. Fauchâtre - Un territoire autour de la table qui réfléchit à son avenir.

Toutes les communautés du Nord du département* des Hautes-Alpes s'étaient donné rendez-vous à Puy-Saint-André, dans les locaux de la régie des ordures ménagères du Briançonnais. Avec un double objectif : signer la convention Territoire zéro déchet, zéro gaspillage (TZDZG) avec l'Ademe, mais aussi entendre l'expérience d'une entreprise spécialisée dans le stockage des déchets**, dans la perspective de créer une structure identique dans le Briançonnais.

La convention Territoire zéro déchet, zéro gaspillage (TZDZG) a été initiée par Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Les lauréats de l’appel à projets TZDZG étaient en 2014, le Smitomga (Syndicat mixte intercommunal du traitement des ordures ménagères du Guillestrois et de l’Argentiérois) et en 2015, la Communauté de communes du Briançonnais et celle de l’Escarton du Queyras (CCEQ).

La convention signée avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) engage cette dernière à aider les collectivités signataires, dans leurs démarches de formation, mais aussi logistiques avec l’embauche d’un chargé de mission, et ce dans la mise en œuvre d’un programme de réduction des déchets.

« Penser global, agir local »

« Nous avons une approche territoriale et c’est une bonne nouvelle », souligne Pierre Leroy, vice-président de la Communauté de communes du Briançonnais (CCB) et président du Pays du Grand Briançonnais***. Il ajoute : « Ça démontre notre volonté de travailler ensemble, la volonté de faire plus vite ce qui est fait depuis de nombreuses années (…) Penser global, agir local. »

Le président du Pays briançonnais souligne : « Depuis 2009, nous avons réduit nos déchets de 2.000 tonnes ». La CCB envoie ses boues d’épuration à 150 km, à Villard-Bonnot, dans le Sud Isère (coût 300 KE/an), les déchets verts partent à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence, 250 km) pour un coût de gestion de 60 KE/an. Les biodéchets hospitaliers, ceux des centres de vacances partent à Ventavon (110 km). Autant de destinations qui coûtent cher aux collectivités locales et qui produisent des gaz à effet de serre, préjudiciables pour l’environnement.

* Les communautés de communes du Briançonnais, du Pays des Ecrins, du Guillestrois, de l’Escarton du Queyras, le Syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (Smictom) de l’Embrunais-Savinois, la Communauté de communes de l’Embrunais, des représentants du conseil départemental et de l’Ademe Paca. 
** La société Alliance, qui est intervenue dans la construction de la plateforme de stockage des déchets d’Orcières.
*** Echelon administratif qui regroupe 4 communautés de communes : celles de l’Escarton du Queyras, du Guillestrois, du Pays des Ecrins et du Briançonnais.

L'intégralité de cet article est à lire dans le numéro 1122 de TPBM (parution le 23/03/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement. 




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer