AccueilUrbanismeUn nouveau siège pour la chambre d'agriculture des Hautes-Alpes

Un nouveau siège pour la chambre d'agriculture des Hautes-Alpes

La chambre consulaire va faire construire ses nouveaux locaux à Gap, sur un terrain dont elle est propriétaire, pour un coût estimé à 4 M€ HT. L'architecte doit être choisi dans les prochaines semaines et les travaux démarrer dans un an pour une livraison au premier semestre 2023.
Un nouveau siège pour la chambre d'agriculture des Hautes-Alpes
M.-F. Sarrazin - Ce pôle agricole de 1 600 m² sera construit sur un terrain de 7 000 m² appartenant à la chambre, où se situait auparavant l'ancien abattoir de Gap.

UrbanismeHautes-Alpes Publié le ,

La chambre d'agriculture des Hautes-Alpes va quitter son siège situé en hyper-centre de Gap, rue du Capitaine-de-Bresson, pour s'installer en périphérie, rue des Silos. « Ici, nous rencontrons à la fois des difficultés de stationnement et des problèmes de mise aux normes du bâtiment, qui non seulement est une passoire énergétique, mais contient aussi de l'amiante et ne dispose pas d'accès pour les personnes à mobilité réduite », indique le président de la chambre consulaire, Eric Lions. Réhabiliter le lieu représentait un coût prohibitif de 2,7 M€ et aurait nécessité le relogement des salariés pendant la durée des travaux. La construction du nouveau siège, elle, est estimée à 4 M€ HT. Pour financer ces travaux, la chambre compte sur la vente du siège actuel - pour laquelle plusieurs candidats se sont positionnés -, aura recours à l'emprunt et espère des subventions du Département, de la Région et de l'Etat, dans le cadre du plan de relance « puisque nous allons quitter des locaux énergivores ».

Le nouveau siège sera construit à la place de l'ancien abattoir, sur un terrain de 7 000 m2 appartenant à la chambre d'agriculture. Le bâtiment comprendra trois niveaux de bureaux et de salles de réunion, soit 1 600 m2. « Nous entendons être vertueux du point de vue de la consommation de l'espace », justifie le président, qui ne balaye pas, à l'avenir, la possibilité d'utiliser la surface restante pour y accueillir, par exemple, un magasin de producteur ou tout autre projet « utile à l'agriculture ». En attendant, cet espace sera valorisé par les étudiants de CAP paysagiste du centre de formation agricole voisin.

Du Bois des Alpes sera utilisé

C'est bien là l'autre avantage de ce déménagement. Ces nouveaux locaux marqueront la création d'un pôle agricole, rassemblant la totalité des organismes, la chambre, la Safer (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural), et tous les syndicats. « Nous allons nous installer dans un secteur agroalimentaire, à côté du centre de formation agricole, non loin de la Direction départementale des territoires. Un très bon emplacement à l'accès facile et au stationnement aisé grâce à la mise à disposition d'une cinquantaine de places de parking », complète Eric Lions. Ce bâtiment offrira de bonnes conditions d'accueil et de travail pour la soixantaine de salariés.

Pour définir ses besoins et monter son projet, la chambre d'agriculture a été épaulée par le CAUE (Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement) et par un programmiste. « C'est lui qui nous a poussés à quitter le siège actuel. » S'il n'a aucune idée de l'esthétique de l'ouvrage, Eric Lions sait déjà que du Bois des Alpes sera utilisé. « La chambre comprend une filière forêt très présente », justifie-t-il. L'architecte sera choisi dans les prochaines semaines. « Dans notre cahier des charges, nous allons demander deux variantes : l'une environnementale, l'autre plus classique. » Le coût déterminera l'option retenue.

Les travaux devraient débuter en février 2022 pour une livraison au premier semestre 2023. Eric Lions ne cache pas qu'il aimerait que le chantier soit réalisé par des entreprises locales, pour leur donner un coup de pouce en cette période critique.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?