AccueilUrbanismeUn écohameau participatif en germe dans le parc du Verdon

Un écohameau participatif en germe dans le parc du Verdon

Dans le Haut-Var et le parc naturel régional du Verdon, la petite commune de Trigance mène un projet d'écohameau en habitat participatif et en symbiose avec la nature qu'elle a confié à un spécialiste, l'architecte Olivier Moreux.
Un écohameau participatif en germe dans le parc du Verdon

UrbanismeVar Publié le ,

A Trigance, dans le Haut-Var, petite commune du parc naturel régional du Verdon, sur un site naturel magnifique et planté de nombreux arbres, doit éclore prochainement un écohameau d'une dizaine de logements et de quelques bâtiments et espaces communs. Sur la surface totale des huit hectares mis à disposition pour celui-ci sur une des collines pentues qui entourent le petit village de 200 âmes, « il n'y aura qu'un seul hectare aménagé », souligne à ce propos l'architecte marseillais Olivier Moreux, un spécialiste de l'habitat participatif qui s'est vu confier le projet. « C'est là la volonté des futurs habitants très attachés à la qualité naturelle de leur cadre de vie et qu'ils connaissent bien pour y vivre déjà pour la plupart ou à proximité », poursuit ce dernier.

Que ce soit pour l'emplacement de la place principale, de la future aire de jeux, du jardin potager, des bâtiments ou encore des parcelles, rien en effet ne se décide, dans le cadre de cette démarche participative, sans l'accord et l'assentiment de tous, rappelle encore l'architecte. Des emplacements et un dispositif général qui se déterminent ainsi en fonction de la qualité des espaces, de leur ensoleillement, de leur orientation, et non pas d'un parcellaire fixé à l'avance, explique-t-il également. La localisation de la place principale s'est ainsi faite à l'endroit qui profite le plus de la vue sur le paysage environnant, les bois et la rivière qui coule dans le coin, et où il sera naturel de se retrouver.

La disposition de l'écohameau a été pensée collectivement en fonction de la qualité des espaces (localisation, ensoleillement…) et non pas de la géométrie du parcellaire.

Du bois et des matériaux biosourcés​

C'est par le biais de l'organisation d'ateliers avec l'ensemble des futurs habitants, mais aussi avec les paysagistes de Par ailleurs-Paysages (Marseille) et le bureau d'études spécialisé dans l'environnement Seba Experts (Aix-en-Provence) qui l'accompagnent dans cette aventure, que ce dernier procède ainsi pas à pas.

Le programme est déjà bien arrêté. L'ensemble comprendra ainsi quatre logements sociaux, confiés à la Foncière Chênelet spécialisée dans le logement social écologique en milieu rural, six parcelles à bâtir, en auto-construction ou avec constructeur, des espaces et une maison commune gérés collectivement ainsi qu'un bâtiment d'activités (artisanales, paramédicales…) de 100 m2 porté par la commune. De même, le bâti devra être en bois comme inscrit dans le plan local d'urbanisme « pour une meilleure insertion dans le paysage ». Sinon, l'architecte veillera bien évidemment pour le reste « à utiliser des matériaux biosourcés, à imperméabiliser au minimum les sols, à récupérer les eaux de pluie pour l'arrosage, et à ne couper parmi les arbres que ce qui sera nécessaire. Là encore, précise-t-il, le choix en reviendra à ses futurs habitants. »

Regain à la manœuvre

SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif) ayant pour vocation de favoriser l'émergence et la réalisation de projets d'habitat participatif dans notre région, Regain accompagne ainsi en tant qu'assistant à maîtrise d'ouvrage (AMO) la mise en œuvre de ce projet d'écohameau du Villars voulu par la commune de Trigance afin de maintenir sa population et même d'attirer des habitants. Une politique qui s'est déjà soldée par l'ouverture d'une deuxième classe à l'école communale.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?