AccueilArchitectureToulon : une résidence universitaire de 200 logements à côté du lycée Dumont d’Urville

Toulon : une résidence universitaire de 200 logements à côté du lycée Dumont d’Urville

Une résidence universitaire de 200 hébergements va voir le jour d’ici novembre 2023 à côté du lycée Dumont d’Urville à Toulon. Une offre qui vient combler un besoin en matière de logements sociaux étudiants.
La façade principale en double peau est dotée de brise-soleils sous forme de lames métalliques verticales avec un jeu d’espacement.
MAP Architecture / AM Graphisme - La façade principale en double peau est dotée de brise-soleils sous forme de lames métalliques verticales avec un jeu d’espacement.

ArchitectureVar Publié le ,

Une sur cinq. C’est, depuis 2020, la chance qu’ont les étudiants d’obtenir une place dans une résidence universitaire à Toulon selon le Crous Nice-Toulon. Il faut dire que la commune compte une seule résidence, Portalis, de 106 logements. Un déficit d’offre de logements sociaux pour étudiants auquel s’ajoute la hausse constante du nombre d’élèves dans le supérieur (+ 23,5 % entre la rentrée 2015-2016 et 2020-2021 selon les chiffres du Crous). Cette dynamique, notamment liée à l’installation en 2020 de l’Ecole d’art et de design TPM, de Kedge Business School et de Camondo au sein du quartier Chalucet, est amenée à se poursuivre l’année prochaine avec l’arrivée dans le quartier Montety des 2 700 élèves de l'Institut de formation des professions de santé (IFVPS).

Toulon Montety : première pierre à l’édifice de santé

Autant de facteurs qui ont conduit à la construction d’une nouvelle résidence universitaire de 200 logements à Toulon, sur un terrain adjacent au lycée Dumont d’Urville, et dont la pose de la première pierre avait lieu ce 20 janvier.

La pose de la première pierre a eu lieu le 20 janvier en présence des acteurs du projet. Ici, le maire de Toulon et président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, Hubert Falco, François de Canson, vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Julien Fanjat, architecte chez MAP et le préfet du Var, Evence Richard.(Crédit : K. Sarrazin)

Les colocations étant peu demandées par les étudiants, la résidence universitaire Dumont d’Urville se compose uniquement de studios de 18 m2 environ, avec cuisine et salle de bain comprises. « Notre objectif est de ne plus louer des chambres seules mais des studios avec au moins des sanitaires, et au mieux une cuisine », explique Mireille Barral, directrice générale du Crous Nice-Toulon. Le prix de la location n’a pas encore été déterminé mais il devrait se situer aux alentours de 360/380 € par mois, soit un tarif dans la moyenne des autres résidences du Crous. « Sachant que tous les services comme le wifi sont compris et qu’à cela s’ajoutent les aides de la CAF », poursuit la directrice.

Un patio végétalisé pour la résidence Dumont d’Urville

Ce chantier, dont le budget s’élève est 13,6 millions d’euros, est financé par le Crous, maître d’ouvrage, le Cnous, le rectorat et les collectivités locales (voir encadré). Le marché de construction en conception-réalisation a été remporté par un groupement constitué d’Eiffage, MAP architecture, Elithis Solutions, ICES BTP, Ingeco, ABO-ERG Géotechnique et le BET Lamour.

Construite sur une parcelle de 3 829 m2, revendue en 2019 par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour un euro symbolique au Crous Nice-Toulon, la résidence mesure 6 700 m2 de surface de plancher sur quatre niveaux. Elle se présente sous la forme d’un carré avec en son centre un patio végétalisé. Le bâtiment principal, le long de l’avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, fait office de filtre visuel et acoustique. Cette façade blanche en double peauest dotée de brise-soleils sous forme de lames métalliques verticales avec un jeu d’espacement. « Nous avons beaucoup travaillé sur le patio », précise Julien Fanjat, architecte collaborateur au sein de l’agence d’architecture MAP, en charge du projet. Il est quant à lui « de couleurocre afin de reprendre celle des toits de Toulon ».

Un patio végétalisé permet de rendre les studios traversants et ainsi améliorer le confort d’été. (Crédit : MAP Architecture / AM Graphisme)

Le rez-de-chaussée est consacré aux parties communes : laverie, salle de convivialité de 200 m2, salle de sport... Un parking aérien de 68 places, afin de respecter les règlements d’urbanisme, vient compléter le projet.

Une résidence universitaire « exemplaire »

Ce bâtiment se veut « exemplaire » sur le plan environnemental afin de respecter la norme RE2020. La majorité des studios sont donc traversants afin d’améliorer le confort d’été grâce à une ventilation naturelle, une pompe à chaleur a été installée pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, les matériaux biosourcés... La résidence devrait également répondre au niveau E3C1 du label Energie-Carbone.

Débuté en septembre 2022, le chantier doit être livré en novembre 2023. Des délais plutôt rapides pour un chantier d’une telle ampleur. Pour être dans les clous, les salles de bains sont préfabriquées dans une usine proche de Rennes par Eiffage – « les quatre premières arrivent d’ailleurs la semaine prochaine », précise l’architecte.

Ainsi, la ville pourra répondre au « triptyque indispensable » selon le préfet du Var, Evence Richard, « l’offre de formation, des locaux et des logements. »

Financement du projet

La construction de cette nouvelle résidence étudiante a nécessité un investissement de 13,6 M€.

Cnous : 2 837 000 €
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : 1,6 M€
Département du Var : 800 000 €
Métropole Toulon Provence Méditerranée : 800 000 €
Rectorat : 863 000 €
Crous Nice-Toulon (emprunt PLS) : 6,4 M€
Ville de Toulon : 300 000 €

Une nouvelle offre de restauration

La résidence étudiante Dumont D’Urville ne présentera pas de service de restauration. « En principe, ils se trouvent plutôt au cœur des campus car les étudiants ont peu de temps pour déjeuner », précise la directrice générale du Crous Nice-Toulon, Mireille Barral. Toulon compte un seul "Resto U", L’Escarpe, situé sur le campus de la Porte d’Italie. Mireille Barral annonce qu’un deuxième espace va ouvrir au sein du bâtiment « pour la rentrée 2024 au plus tard ». Ce sera plutôt une cafétéria avec vente de sandwichs et possibilité de faire réchauffer ses propres plats. « Nous réfléchissons également à trouver un espace pour le haut de la ville, avec le campus Chalucet et bientôt celui de Montety », précise-t-elle.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 janvier 2023

Journal du25 janvier 2023

Journal du 18 janvier 2023

Journal du18 janvier 2023

Journal du 11 janvier 2023

Journal du11 janvier 2023

Journal du 04 janvier 2023

Journal du04 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?