AccueilUrbanismeToulon : un parc paysager et tertiaire à la Loubière

Toulon : un parc paysager et tertiaire à la Loubière

Le projet de nouveau poumon vert de la ville de Toulon, dans le quartier de la Loubière, avance d'autant plus que les travaux ont débuté le mois dernier. Seize mille mètres carrés de parc paysager à côté duquel un parc tertiaire se dessine, ainsi qu'un parking silo de 625 places.
Toulon : un parc paysager et tertiaire à la Loubière
D.R. - Un parc ludo-sportif en direction des habitants du quartier, de leurs enfants, des usagers.

UrbanismeVar Publié le ,

La trame verte de Toulon va particulièrement monter en puissance à la faveur de l'opération d'envergure menée par l'aménageur Var Aménagement Développement (VAD), concessionnaire de la Ville de Toulon, sur une friche industrielle proche du centre-ville. L'historique site Enedis/GRDF va en effet être transformé en parc paysager sur 16 000 m2 accessible à la population.

Toulon : 16 000 m2 de parc paysager à la Loubière

Conduisant cet aménagement avec le soutien de la Ville, donc, de la Métropole et de l'Etat, VAD s'est d'abord porté acquéreur du foncier auprès d'Enedis et GRDF, passant préalablement par un dossier tiers demandeur avec les propriétaires, permettant le transfert de la responsabilité de dépollution. Après validation par la préfecture et la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), la Société d'économie mixte (SEM) VAD a rendu le site 100 % dépollué et naturel, sachant qu'il ne comprend aucune pollution qui puisse affecter la santé publique. Conjointement, « nous avons déposé un permis d'aménager en fonction de la modification acceptée du PLU*, explique le directeur Jérôme Chabert. Un permis accepté également et purgé, comprenant le parc et des bureaux sur 1,6 hectare du terrain Enedis, ainsi que des stationnements sur le terrain sud GRDF. Nous n'avons eu aucun recours. »

Après une première phase de dévoiement des réseaux, de désamiantage et démolition des bâtiments existants, de terrassements et autres tâches préparatoires, les travaux ont débuté le mois dernier en vue de la réalisation du parc dont la livraison est prévue mi-2022. Un poumon vert en perspective (implantation de 250 arbres et 5 000 arbustes, entre autres végétalisations), répondant à une ambition métropolitaine de création d'espaces capables d'accueillir des événements d'ampleur et des expositions culturelles, mais aussi à une ambition urbaine de programmation ludo-sportive en direction des habitants du quartier, de leurs enfants, des futurs usagers. Tout en faisant une large place à l'eau et rendant hommage aux paysages méditerranéens, le parc offrira diverses ambiances : arboretum, jardins pédagogiques, aires de jeux, observatoire perché/belvédère, parcours et aires de sport, espaces ombragés de détente… Le tout articulé autour de deux grands mails piétons accessibles depuis les quatre entrées, dont la principale place de la Loubière. S'inscrivant dans la démarche Quartiers durables méditerranéens (QDM), cet aménagement représente un investissement de 12,3 millions d'euros.

20 000 m2 de bureaux et plus encore

Conjointement à cette réalisation quasi équivalente au grand jardin de l'écoquartier Chalucet (16 500 m2), doivent être édifiés les deux nouveaux sièges varois d'Enedis et de GRDF, objet des deux grues qui tournent actuellement sur le site. Quatre mille mètres carrés de bureaux neufs au total sont prévus sur cette opération à tiroirs, de même que 625 places de stationnement dans une superstructure de sept étages, dont le rez-de-chaussée et le premier étage sont réservés en places gratuites ouvertes au public pour les besoins du parc et du quartier. Par ailleurs, sur un troisième lot attenant, des immeubles de bureaux sortiront de terre pour de l'activité de type tertiaire, soit 20 000 m2 sur un terrain de 6 000 m2.

Toulon Provence Méditerranée : 260 000 m2 d'immobilier d'entreprise à cinq ans

Un vaste projet d'ensemble, paysager, tertiaire et de stationnement, à côté duquel un autre terrain de 7 400 m2 attend une nouvelle destination, de même que celui de la partie sud de la voie SNCF. VAD doit acquérir ce dernier, soit 1,5 hectare de foncier, en vue de l'implantation d'un nouveau centre d'incendie et de secours sur 50 % de la surface. L'affectation de l'autre moitié n'étant pas encore décidée.

* Plan local d'urbanisme.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?