AccueilBTPToulon : « L’élargissement de l’A57 est une première du genre ! »

Toulon : « L’élargissement de l’A57 est une première du genre ! »

Alors que se termine la première année des travaux du vaste chantier de l’élargissement de l’A57, à l’est de Toulon, le directeur de la maîtrise d’ouvrage d’Escota Vinci Autoroutes, Salvador Nuñez, répond à nos questions.
Toulon : « L’élargissement de l’A57 est une première du genre ! »
D. R. - Construction d’un bassin et d’un nouveau giratoire à l’échangeur de la Bigue, sur l'A57

BTPVar Publié le , Propos recueillis par Olivier Réal

TPBM : Salvador Nuñez, vous êtes le directeur expérimenté de la maîtrise d’ouvrage du réseau Escota et Côte occitane de Vinci Autoroutes, donneur d’ordre de l’élargissement de l’A57 en 2x3 voies sur 7 km à l’est de Toulon, qui a débuté au printemps 2021. Comment situez-vous celui-ci dans votre carrière et pour le groupe que vous représentez ?

Salvador Nuñez : Il fait partie des plus complexes que j’ai conduits. Il l’est par essence, par sa situation, dans son contexte, au regard du niveau d’exigences… Dans l’absolu, c’est sans nul doute le plus grand chantier de Vinci Autoroutes en ce moment. Les chantiers d’élargissement d’autoroutes qui ont pu exister ou existent encore le sont soit en rase campagne, soit en zones périurbaines. Là, nous sommes en ville, carrément. L’élargissement de l’A57 est une première du genre, dans une configuration qui est plus proche de travaux de génie civil urbain que de travaux autoroutiers classiques. Je n’ai jamais vu autant de soutènements provisoires ou définitifs en béton armé pour faire des ouvrages autoroutiers. L’exiguïté des emprises et la proximité du bâti habité rajoutent à la complexité. La densité de circulation quasiment à toute heure, sauf la nuit, rend la tâche encore plus difficile. Il ne faut pas couper le système routier.

Un commentaire sur NGE (Nouvelles Générations d’entrepreneurs) et son groupement lauréat de ce marché de 174,4 M €* (300 M€ au total avec les chantiers périphériques). Vous aviez déjà travaillé ensemble ? Vous vous découvrez ?

Nous nous connaissons de longue date, depuis Guintoli, qui compte parmi les entreprises qui ont fait et font toujours NGE. Il s’agit là d’experts parmi les plus compétents en élargissement d’autoroutes. C’est une réalité clairvoyante. Ils savent très bien réaliser ce genre de travaux et nous sommes ravis de travailler avec eux. Ils démontrent chaque jour leur savoir-faire par leur bonne gestion, sachant que ce chantier est long et loin d’être fini. Partant du principe que c’est aussi notre métier et dans nos compétences, considérons que c’est une conjonction efficace de savoir-faire entre nous, dans l’enchaînement des travaux, sans se marcher dessus, ce qui n’est pas aisé.

Cette maîtrise globale vient aussi de notre analyse technique préalable. A savoir beaucoup de modélisation, de compréhension de trafic, de mesures d’impact des travaux sur la circulation… Nous le constatons au fil de l’eau puisque chaque semaine nous refaisons des simulations sur les temps de parcours, sur les longueurs de bouchons, sur les réglages des feux de bretelles.

Salvador Nuñez, directeur de la maîtrise d’ouvrage Escota et Côte occitane. (Crédit : Olivier Réal)

Comment se programme-t-on pour plus de quatre ans de chantier (jusqu’en 2025) ?

J’ai commencé la réflexion sur l’amont dès 2015, lorsque l’on m’a demandé de conduire cette opération, alors que les travaux préparatoires n’ont débuté qu’en 2020 et les premiers travaux de l’élargissement au printemps 2021. Dès 2017, j’ai proposé de faire un élargissement provisoire qui a eu un effet très important, permettant de diminuer les pincements et fermetures de tunnels. Cela a donné la possibilité de déceler où étaient les problématiques et de les régler en conséquences, avec la connaissance de tous les paramètres. Ce sont ces informations augmentées de modélisations de trafics fabriquées avant, de monitoring aussi, qui rejaillissent sur l’efficacité globale.

Sauf aléas, la logique est - et sera - que plus on avance dans le chantier, plus on maîtrise ces phénomènes et moins il y a d’impacts. C’est le fruit de l’expérience et une des clés de la réussite. La performance dépend aussi de la stabilisation des effets négatifs et de leur réduction progressive.

Quelle est votre méthode ?

L’autre grand volet de l’organisation en amont réside dans la manière de faire les choses. Dès 2015, je suis allé à la rencontre des entités qui comptent sur le territoire concerné, à commencer par les élus, les préfets et tous ceux qui ont leur mot à dire. En parallèle de l’enquête publique et de tous les aspects réglementaires, nous avons échangé avec tout le monde. Il s’agit d’être professionnel jusqu’au bout des ongles, surtout que chaque sujet devient une spécialité en France. Sur la base d’une réunion par mois minimum, je me suis appliqué à montrer ce que nous faisions et pourquoi nous le faisions ainsi aux trois communes de Toulon, La Garde, La Valette, à la Métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM), au Département, à la DDTM (Direction départementale des territoires) du Var, entre autres…

Elargissement de l’A57 : des arbres qui cachent une forêt vertueuse

Quand on modifie les échangeurs, par exemple, cela oblige à repenser les circulations alentours, les feux, la fluidité des trafics. Nous avons fait cela ensemble avec les collectivités, affirmant notre volonté déterminée d’agir dans la cohérence entre leur vision et la nôtre. Cela débouche sur un projet partagé et de bons rapports humains dès le départ. C’est plus simple ensuite pour avancer.

Quel bilan tirez-vous de la première année de travaux ?

Un démarrage est souvent compliqué, mais là on peut affirmer que cela se passe correctement, voire bien. Une fois que l’élan est pris, nous restons vigilants pour tenir dans la durée, gardant à l’esprit que l’on peut toujours faire mieux. Reste que les retours extérieurs sont positifs, y compris sur des impacts moindres que ce que l’on craignait en matière de trafic routier. Selon les sondages, nous avons des scores très élevés de satisfaction. Les gens, dans leur très forte majorité, sont globalement rassurés.

Vous êtes en contact avec les riverains du chantier ?

Chaque année, au même moment et avec les mêmes questions, nous interrogeons la population et nous regardons ce qu’il en ressort. C’est important de savoir aussi ce que pensent les gens qui ne sont pas décideurs, s’ils reconnaissent l’utilité, la nécessité de cette opération. Cela contribue à nous conforter dans notre mission, mais cela ne veut pas dire que c’est arrivé…

Travaux d'élargissement sur l'A57 : nuisances sonores en sourdine

Nous sommes au tiers du chemin, pas plus. Nous avons eu de mauvais passages avec la crise sanitaire et ses incidences en termes de ressources humaines. Mais nous avons su surmonter cela. D’autres incertitudes planent désormais, liées à la guerre en Ukraine, touchant les prix des matériaux et leur approvisionnement. Ce conflit est une première pour nos générations. Nous verrons bien.

* Le chantier de l’élargissement à 2x3 voies de l’A57, sur 7 km à l’est de Toulon, a été attribué pour 174,4 M€ à NGE et ses filiales Guintoli (filiale principale, VRD et terrassements), Agilis (équipement de la route), EHTP (eau, assainissement), NGE GC (génie civil), NGE Fondations (géotechnique, mécanique des sols) et Siorat (constructeur de routes).

Lire l'intégralité de notre interview de Salvador Nuñez dans le n°1437 de TPBM, paru le 6 avril 2022. Cliquez ici pour vous abonner à partir de 20 €/an.
Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?