AccueilEconomieTen Sixty : vivre au rythme de sa passion

Ten Sixty : vivre au rythme de sa passion

Après avoir fondé et dirigé pendant de longues années La Compagnie de forge provençale, Jean-Bernard Delgado change de route et se consacre à sa passion de toujours : les motos.
Ten Sixty : vivre au rythme de sa passion
D.R. - Jean-Bernard Delgado réalise des répliques de modèles anciens ou répare des pièces de motos

Economie Publié le ,

Problèmes de recrutement, pression constante, travail de moins en moins passionnant, rythmes infernaux… Parfois, l'envie de claquer la porte et de se tourner vers d'autres horizons est grande. Jean-Bernard Delgado a franchi le cap. Après avoir créé puis dirigé La Compagnie de forge provençale, une ferronnerie d'art dans les Bouches-du-Rhône, il a cédé la grande majorité de son fonds de commerce à un de ses employés pour se consacrer uniquement à la ferronnerie à toute petite échelle. Il bénéficie donc, en parallèle, de tout le temps nécessaire pour vivre sa passion de toujours : la fabrication et la restauration de motos anciennes.

Modèles anciens

Après un bac pro construction mécanique et un diplôme d'architecte d'intérieur, Jean-Bernard Delgado tente le salariat. Mais change rapidement d'avis et décide en 1996 de créer sa structure. La Compagnie de forge provençale se développe. Lui, ce qu'il aime avant tout, dans son travail, c'est la fabrication, la création. Qu'il s'agisse de vérandas façon Belle Epoque ou de motos qu'ils affectionnent plus que tout.

« Depuis enfant, j'aime les motos et je fais de la moto. Mais le travail, ma société, m'ont éloigné pendant 15 ans de cet univers. »

Aujourd'hui qu'il a du temps, il réalise des répliques de modèles anciens ou répare des pièces de motos. Son rêve ? « Exposer dans deux, trois ans, ma collection dans une galerie d'art. »

Il part toujours d'un modèle ancien et prestigieux et travaille de longues heures. Ses activités sont aujourd'hui réalisées sous la marque Ten Sixty. Un nom qui fait référence aux années de création des plus beaux engins : de 1910 à 1960. « J'investis beaucoup et pour l'instant, je gagne peu. Quand je vendrai mes premières réalisations, je pourrai savoir si l'on peut vivre de cette passion. » Il a déjà des fans via sa page Facebook et a participé à deux concours dont il est reparti avec un prix à chaque fois.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?