AccueilTerritoiresTempête Alex : les collectivités tirent le signal d'alarme

Tempête Alex : les collectivités tirent le signal d'alarme

Très mobilisés pour réparer les dégâts, le conseil départemental des Alpes-Maritimes et la Métropole Nice Côte d'Azur s'inquiètent de la faible participation de l'Etat aux travaux. Vingt-six millions d'euros leur ont pour l'heure été versés.
Tempête Alex : les collectivités tirent le signal d'alarme

TerritoiresAlpes-Maritimes Publié le ,

Six mois après le passage de la tempête Alex, la vie revient peu à peu dans les vallées sinistrées des Alpes-Maritimes et les chantiers de réparation et de reconstruction progressent chaque jour pour rétablir les voies de communication, réhabiliter les bâtiments publics, permettre à la vie économique de se réinstaller... Avec, dans les semaines à venir, des réouvertures symboliques comme celle du complexe sportif Vésubia Mountain Park à Saint-Martin-Vésubie, annoncée pour le 21 juin prochain après plusieurs mois de remise en état menée par le Syndicat mixte pour le développement de la Vallée de la Vésubie et du Valdeblore. La facture va s'élever à 8,5 millions d'euros, travaux de protection hydrauliques inclus. Sur le terrain 200 ouvriers, 50 engins du groupement Tama et de leurs sous-traitants sont mobilisés.

Dans les prochains jours, une centrale à béton de Vicat va être installée dans la Roya pour alimenter sur place les chantiers et éviter ainsi les difficultés d'acheminement des matériaux sur des infrastructures encore provisoires. L'ampleur des travaux à réaliser nécessite de tels moyens, tant les dégâts sont nombreux : les brèches recensées sur la RD 6204 s'élèvent désormais à plus 180 dont plus de 55 dans les étroites gorges de Paganin. Malgré les efforts engagés, l'inquiétude commence à poindre du côté des collectivités locales. Elle concerne le financement de ces réparations, chiffrées à un milliard d'euros sur les biens publics.


Lire aussi : Vallée de la Roya : coup d'accélérateur sur les travaux


De nouveaux crédits attendus

« Nous avons déjà dépensé 75 millions d'euros pour la reconstruction, soit la moitié du budget annuel d'investissement du département des Alpes-Maritimes. Sachant que la crise sanitaire représente un engagement supplémentaire de 100 millions d'euros, notre situation ne sera plus tenable si la solidarité de l'Etat ne joue pas », alerte Eric Ciotti, président de la commission des finances du conseil départemental 06. En tout et pour tout, cette collectivité, qui a emprunté 200 millions d'euros pour les dégâts de la tempête Alex et qui doit financer avec ses syndicats mixtes (Smiage, Sictiam, Syndicat mixte pour le développement de la Vallée de la Vésubie et du Valdeblore) 385 millions d'euros de réparations, a reçu 10,8 millions de l'Etat.

Même situation pour la Métropole Nice Côte d'Azur qui a déjà dépensé 73 millions d'euros dans la Tinée notamment, qui va mobiliser 200 millions d'euros d'ici fin 2021 dans son budget et qui a perçu 12,6 millions d'euros. « Lorsqu'Emmanuel Macron est venu, il a promis 100 millions d'euros pour rebâtir nos vallées. En laissant entendre que cette aide serait rallongée autant qu'il le faudrait par la suite... Et c'est là que le bât blesse », constate le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy. « Aujourd'hui nous avons perçu qu'une infime partie de l'aide gouvernementale promise. Or le soutien de l'Etat est indispensable. Il doit se concrétiser sans tarder, par l'octroi de crédits », ajoute-t-il. Sur le terrain, des projets commenceraient à être ralentis pour ces raisons financières.


Lire aussi : Intempéries : Etat et collectivités se mobilisent pour la reconstruction


Vingt-six millions d'euros pour le Boréon

Moins qu'un non-respect de la parole de l'Etat, les collectivités craignent que l'aide attendue s'enlise dans les procédures administratives et que « la bureaucratie paralysante viennent compromettre l'urgence de la reconstruction ». La récente décision de l'Union Européenne de mobiliser 60 millions d'euros sur son fonds de solidarité n'est pas faite pour rassurer les élus locaux qui redoutent que l'Etat trouve là un prétexte pour alléger ses engagements, après avoir suggéré d'inscrire les crédits de la reconstruction des vallées dans le plan de relance... Le président de la Métropole Nice Côte d'Azur Christian Estrosi « refuse la polémique » mais demande que l'Etat fasse enfin connaître son taux de participation aux dépenses éligibles de la reconstruction. « A Vaison-la-Romaine [cette commune de Vaucluse a été touchée dans les années 90 par de violentes inondations, NDLR], l'Etat a pris en charge les réparations à hauteur de 60 %. Nous demandons la même chose », affirme-t-il.

En attendant ce soutien financier indispensable, les collectivités vont à nouveau mettre la main à la poche. Lors du vote de son budget primitif 2021 le 9 avril, la Métropole Nice Côte d'Azur a inscrit plus de 25 millions d'euros pour reconstituer la voie d'accès au Boréon dans la Tinée (8 km dont 4,5 km particulièrement touchés avec sept brèches). Les travaux de réparation de la première brèche (430 m de long, 40 m de haut) sont en cours. L'objectif est la mise en service d'une route provisoire cet été. Des travaux sont également en cours à Mollières et Salèse pour aménager une piste provisoire. Pour la Madone de Fenestre en revanche, l'incertitude demeure.

Les prochains marchés de la reconstruction

Les nouveaux ponts bow string du département dans la Roya

« Nous allons lancer prochainement l'appel d'offres des deux ponts bow string d'Ambo et Caïros sur la RD 6204. Ce sont les premiers des quatre ouvrages d'art définitifs prévus dans le cadre de la remise en état de l'infrastructure », annonce Guillaume Chauvin, responsable de la Mission reconstruction de la Roya, au sein du conseil départemental 06. Ces deux ouvrages d'art métalliques, qui seront attribués en un seul marché, seront mis en service mi-2022. Suivront les consultations pour les ponts des 14 Arches et du Bourg-Neuf à Tende dont la mise en service est prévue fin 2022. Pour le pont du Bourg-Neuf, ce sera un ouvrage mixte, associant métal et béton.

Les travaux du Smiage

Le Smiage, l'opérateur du départemental de lutte contre les inondations, a lancé un marché à bons de commandes de près de 50 millions d'euros (consultation en cours) pour des travaux de protection hydraulique définitifs dans la Vésubie et la Roya. Ils sont divisés en deux lots d'importance similaire. Très mobilisé à la fois pour des travaux d'urgence (77 chantiers ont été menés) et des travaux futurs de protection, le Smiage va devoir investir 85 millions d'euros.

La remise en état des équipements touristiques

En plus du Vésubia Mountain Park, le Syndicat mixte de développement Vésubie Valdeblore travaille à la remise en état du Parc Alpha au Boréon qui devrait voir quatre loups réintroduits cet été. Coût total : 8 millions d'euros. Mais il y a aussi la reconstruction du plan d'eau de Roquebillière (2,3 millions d'euros, objectif été 2022). S'ajoutent des travaux sur les Thermes de Berthemont (300 000 euros), la reconstitution des sentiers de randonnée (4 millions d'euros).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?