AccueilUrbanismeSophia Antipolis : le Pôle innovation sortira de terre fin 2024

Sophia Antipolis : le Pôle innovation sortira de terre fin 2024

Futur lieu totem de Sophia Antipolis, le Pôle innovation va nécessiter un investissement d'environ 25 millions d'euros. Le projet est porté par le Symisa, maître d'ouvrage.
Sophia Antipolis : le Pôle innovation sortira de terre fin 2024
R. Mario - Charles Ange Ginésy, président du conseil départemental 06 (à gauche au premier plan) et Jean Leonetti, président de la Casa et du Symisa (à droite) ont acté la cession foncière permettant le lancement du Pôle Innovation.

UrbanismeAlpes-Maritimes Publié le ,

L'équipement est à l'étude depuis des années dans le technopôle mais sa réalisation est à présent engagée de manière opérationnelle : le Pôle innovation de Sophia Antipolis, un outil d'accompagnement à la création et au développement d'entreprises innovantes (via l'incubation, l'hébergement de start-ups, des espaces de travail collaboratifs, des espaces événementiels et démonstrateurs, etc.) mais aussi un équipement public vitrine permettant de rassembler tous les acteurs du technopôle, va voir le jour fin 2024.

Sophia Antipolis : une Semop en préparation pour le futur Pôle de l'Innovation

« C'est notre grand projet pour ce territoire qui concentre en France le plus grand nombre de chercheurs dans l'intelligence artificielle et qui croît au rythme de 1 000 nouveaux emplois par an. Notre objectif est de continuer à favoriser la fertilisation croisée, à l'origine du modèle sophipolitain », rappelle Jean Leonetti, le président de la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (Casa) et du Symisa, le syndicat mixte qui regroupe les principaux acteurs du développement de Sophia Antipolis.

Cinq groupements vont être retenus

A l'origine prévu sur des terrains Etat au Fugueiret, ce Pôle innovation va prendre place dans le secteur Saint-Philippe à Biot, à proximité du campus SophiaTech. Le conseil départemental des Alpes-Maritimes et le Symisa, maître d'ouvrage, viennent de boucler la cession foncière qui prévoit que le département apporte le terrain (14 000 m2), en contrepartie de la réservation d'environ 1 000 m2 dans le projet pour installer la Maison de l'intelligence artificielle qu'il a créée à Sophia en 2020.

Pour le futur bâtiment, qui disposera d'une surface de plancher de près de 10 000 m2, le Symisa a lancé fin novembre un marché global de performance et s'apprête, en début de semaine prochaine, à retenir cinq groupements candidats pour une désignation du lauréat, au terme du dialogue compétitif, à l'été 2022. « Les financements du plan de relance et de la Région, 7,3 millions d'euros chacun, qui vont compléter l'apport du Symisa, nous ont permis de boucler le montage financier rapidement et de garder la main sur la maîtrise d'ouvrage, publique », ajoute Jean Leonetti.

Un bâtiment signal

Le dépôt du permis de construire est prévu au troisième trimestre 2022, sa délivrance au premier trimestre 2023 suivie du démarrage des travaux. L'investissement devrait représenter environ 25 millions d'euros.

Situé entre SophiaTech et le futur Ecotone, des réalisations signées Jean-Michel Wilmotte et Jean Nouvel, le projet ne devra pas passer inaperçu dans l'environnement de Sophia et « une attention particulière sera portée à la qualité architecturale », souligne le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy. La vitrine de Sophia Antipolis devra donc être un lieu totem emblématique, capable en particulier d'attirer les publics jeunes pour leur faire découvrir les recherches et les avancées de l'intelligence artificielle. « Nous voulons que ce lieu soit aussi un espace ludique et pédagogique, un palais de la découverte de l'intelligence artificielle », confirme Jean Leonetti.

Sophia Antipolis : promesse de vente signée pour Ecotone Antibes

L'abandon de l'aménagement du Fugueiret en raison de contraintes environnementales laisse en suspens le projet de création du futur siège de la Casa dont l'implantation avait été envisagée aux côtés du Pôle innovation si ce dernier avait vu le jour dans ce secteur de Sophia. « Nous étudions la possibilité de créer ce nouveau siège dans le secteur des Clausonnes-Sud mais nous sommes bloqués par la ligne nouvelle Provence Côte d'Azur et le projet d'implantation d'une gare dans ce secteur », précise Jean Leonetti.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?