AccueilEconomieSobriété énergétique : Sisteron valide un plan communal et neuf mesures d’urgence

Sobriété énergétique : Sisteron valide un plan communal et neuf mesures d’urgence

Lors de son dernier conseil municipal, la ville de Sisteron a adopté à l’unanimité un plan communal de sobriété énergétique. Une stratégie au long cours concentrée autour de cinq axes majeurs, combinée à neuf mesures d’urgence.
Dès le 1er octobre, les ruelles et l’emblématique Citadelle de Sisteron seront plongées dans le noir à partir de 23 heures.
Philippe Dubernard - Dès le 1er octobre, les ruelles et l’emblématique Citadelle de Sisteron seront plongées dans le noir à partir de 23 heures.

EconomieAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Une hausse de 312 % sur la facture de gaz, +3,5 % d’augmentation des salaires du personnel communal, hausse du prix du carburant, de l’électricité,… A Sisteron, comme dans de nombreuses communes françaises, les compteurs s’affolent. Et l’addition, au budget de décembre, s’annonce salée. Pour réaliser un maximum d’économie d’énergies dans un minimum de temps, Daniel Spagnou, le maire de Sisteron a présenté un plan communal de sobriété énergétique lors du dernier conseil municipal. Sa doctrine : une part d’actions à long terme autour de cinq axes majeurs et neuf mesures d’urgence qui prendront effet dès ce 1er octobre. L’objectif étant de réduire de 10 % la consommation énergétique et d’alléger considérablement la facture pour la collectivité.

Détails du plan communal de sobriété et des mesures d’urgence

Sur le temps long, la commune de Sisteron s’engage à aller vers une mobilité plus durable des agents communaux, une promotion des bonnes pratiques individuelles, la réalisation d’achats plus responsables et efficaces, la poursuite de ses actions en faveur d’une alimentation pour les repas scolaires plus respectueuse de l’environnement et bien sûr une réduction de la consommation énergétique des infrastructures qui passera notamment par des travaux de rénovation thermique. A court terme, la collectivité veut frapper fort et vite.

Sisteron : l'architecte Daniel Ollivier signe la rénovation thermique du complexe sportif Daniel Maffren

Dès le 1er octobre donc, elle mettra en place les premières mesures d’urgence. La première d’entre elles sera l’extinction de l'éclairage public entre 23h et 5h pour la période allant du 1er octobre au 31 mai et entre 1h et 5h, le reste de l'année. La durée d’éclairage des Illuminations de Noël et de la citadelle sera également diminuée et totalement éteinte à 23h. « Chaque année nous installions un sapin illuminé par quartier. Nous ne le ferons pas cette année. Et cela nous permettra d’économiser 4 000 € », annonce le maire. En outre, la collectivité souhaite voir des températures de référence abaissées dans les bâtiments communaux. Elle envisage un mode de gestion des besoins selon les plannings d'utilisation individualisés par bâtiment. En période de froid : la consigne de chauffe sera fixée à 19°C pour les bureaux, les ateliers et les établissements recevant du public (ERP) à l’exception des écoles et des structures d'accueil de la petite enfance qui seront réglés à 21°C. Les bâtiments avec surfaces dédiées aux activités sportives fonctionneront à 15°C. En période d'inoccupation des bâtiments, la consigne de chauffage sera fixée a 15 °C.

Coût de l'énergie : EDF et la CCI des Hautes-Alpes en quête de solutions pour rassurer les entreprises

Mettre la climatisation si la température des bureaux dépasse 26°C

En prévision de l’été prochain, la collectivité a d’ores et déjà défini de nouvelles règles. En période de chaleur, la climatisation des locaux ne pourra être mise en marche que si la température des locaux dépasse les 26°C. Dans l’immédiat, il est prévu également de modifier les temps d'ouverture des services municipaux, en les réduisant éventuellement de 8h30 à 16h avec pause méridienne d'1/2h afin de baisser la consommation énergétique, notamment en hiver. Il sera également demandé aux agents municipaux d’éteindre systématiquement les lumières et les ordinateurs en fin de journée de travail, « ce qui n’était pas forcément le cas de tous à l’heure actuelle », souligne Daniel Spagnou. Et parce qu’il n’y a pas de petites économies, la collectivité a également règlementé les impressions sur papier. Elles seront désormais réalisées en noir et blanc et en recto/verso sur du papier recyclé.

Sisteron promet des investissements historiques pour 2022

D’autre part, la commune s’engage également à promouvoir l'organisation des horaires de travail pour faciliter le covoiturage ou l'usage des transports en commun. Pour minimiser les déplacements en direction de la déchetterie, un véhicule communal sera équipé d’un broyeur. Et enfin, de nouvelles places de stationnement pour vélos seront aménagées à proximité des bâtiments communaux, notamment pour les agents communaux. Si en élaborant cette feuille de route l’édile souhaite contenir ses dépenses, il entend également garder la main et doser en temps réel les efforts que la commune devra fournir sans attendre des mesures venues d’en haut.

Un mécanisme d’urgence dans la future loi de finances ?

« Nous ne pouvions pas rester dans cette situation. D’après nos estimations, notre facture de gaz va passer de 141 000 € à 439 000 € cette année », détaille Daniel Spagnou. En cause, une forte augmentation du prix du gaz par le fournisseur actuel. « Ajoutez à cela l’augmentation des salaires de nos personnels, la hausse du prix des carburants, de l’électricité. A ce rythme nous prévoyons 1 M€ de dépenses non prévues sur le budget à sortir à la fin de l’année », alerte le maire de Sisteron avant de plaider pour un plus grand soutien de l’Etat aux communes.

« Nous devons être aidés à la même hauteur que les citoyens. C’est d’ailleurs ce que j’ai dit, dans un courrier, à Dominique Faure, la secrétaire d’Etat chargée à la ruralité. »

Dans cette correspondance, Daniel Spagnou souligne qu’il manquera à la commune 220 000 € pour boucler le budget 2022 malgré une augmentation de 55 % de celui-ci voté par anticipation l’an dernier. Prenant alors sa casquette de président de l’association des maires de France du département des Alpes-de-Haute-Provence, Daniel Spagnou demande à l’État de prévoir dans la prochaine loi de finances, un mécanisme d’urgence capable de venir en aide aux communes. Un soutien qui garantirait probablement l’ouverture de l’ensemble des infrastructures communales, aujourd’hui bien incertaine.

Partager :

Economie d'énergie : comment passer l'hiver en région Paca ?


Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 07 décembre 2022

Journal du07 décembre 2022

Journal du 30 novembre 2022

Journal du30 novembre 2022

Journal du 23 novembre 2022

Journal du23 novembre 2022

Journal du 16 novembre 2022

Journal du16 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?