Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

artisan SMT, faire vivre les souvenirs

le - - Economie

SMT, faire vivre les souvenirs
A. Ricci - Virginie Sauvion, gérante de la société SMT, aime se définir comme un « docteur des souvenirs ».

Virginie Sauvion est gérante de la société SMT à L'Isle-sur-la-Sorgue depuis 2010. Elle numérise les films, mais aussi les diapos, les négatifs, les photos, les Ektachromes et les plaques de verre. Elle fait également des films institutionnels. Rencontre.

« Docteur des souvenirs », voici comment Virginie Sauvion, gérante de la société SMT* à L'Isle-sur-la-Sorgue, aime se définir. Elle est quotidiennement confrontée à de petites histoires extraordinaires de particuliers qui font appel à elle pour ressusciter des souvenirs de famille. Elle accompagne aussi les institutions ou les entreprises pour raviver la mémoire collective.

« Ce qui me plaît énormément dans mon travail, c'est de voyager dans le temps et dans l'espace. Il y a un an, j'étais plongée dans le New York de 1968 avec des gens au look hippie et il y a deux semaines, je me suis retrouvée le 12 janvier 1927 à Rabat recouvert de neige », évoque-t-elle.

Côté institutions, Virginie Sauvion travaille avec les Archives nationales d'outre-mer à Aix-en-Provence. « Je numérise des films 16 mm des années 50 sur l'Algérie, car les Archives nationales d'outre-mer ont pour projet de concevoir une exposition sur cette thématique », précise-t-elle. Elle collabore aussi avec Effectimmo et réalise des films sur des biens immobiliers à vendre.

Côté particuliers, elle explore des vies de famille. « Une vie banale peut être extraordinaire », s'exclame Virginie Sauvion. Grâce à elle, deux frères, qui ne s'étaient plus parlé depuis 20 ans, se sont retrouvés… Les souvenirs d'enfance ont réussi à les rabibocher.

Un métier très technique

Pour rénover les vieux films sur bobine, différentes phases sont nécessaires : nettoyer avec un chiffon de soie, vérifier les points de colle, découper, recoller, bref faire un véritable travail de restauration. Ensuite, le support est passé dans un télécinéma qui va permettre de convertir des films analogiques en films numériques.

Tout ce savoir, Virgine Sauvion l'a acquis au fur et à mesure des années. Diplômée de l'Ecole des Gobelins à Paris, elle travaille pour Photo Service, puis pour les agences Sipa, Gamma et Abaca. En 2010, elle déménage dans le Sud et se remémore : « Quand j'étais petite, je collais bout à bout des films Super 8 de mes parents. Je leur avais dit qu'un jour je le ferai sur un ordinateur. C'est chose faite désormais. »

Des envies de plus grand

« Je cherche à m'agrandir. Je prospecte du côté du Thor et de L'Isle-sur-la-Sorgue pour un local d'environ 60 m2 », souligne Virginie Sauvion. Car l'accueil du client lui paraît fondamental. « Je rentre dans leur vie, il faut qu'ils se sentent accueillis », conclut le docteur des souvenirs.

* Sauvion Médias Transfert.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).





Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer