AccueilUrbanismeSisteron : la commune veut aménager un poumon vert au pied de la ville

Sisteron : la commune veut aménager un poumon vert au pied de la ville

En végétalisant les cinq hectares attenants au plan d’eau des Marres, la Ville souhaite créer un véritable piège à carbone. Un poumon vert dont l’investissement a été évalué à près de 1,5 M€.
Sisteron : la commune veut aménager un poumon vert au pied de la ville
Atelier Azimuts - L’espace pique-nique, proche de l’entrée nord après les travaux.

UrbanismeAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Commune forestière, ville porte du parc naturel régional des Baronnies provençales, la commune de Sisteron n’a pas attendu la crise sanitaire pour réaliser que les espaces naturels sont essentiels à la vie de ses concitoyens. Pour autant, le confinement a mis en évidence la nécessité de créer un lieu aménagé permettant un accès immédiat à la nature et proposant des activités de loisirs.

Partant de ce constat, les élus sisteronais ont choisi d’engager un chantier de réaménagement des cinq hectares laissés en jachère dans le quartier des Marres. Un secteur à fort enjeu urbanistique puisque qu’il devrait voir pousser dans quelques mois le nouvel Alcazar et où plusieurs terrains constructibles disponibles ont été identifiés par la collectivité.

Un nouvel Alcazar à Sisteron d'ici septembre 2022

Un îlot de fraicheur, bon pour la nature…

« Avec ce parc,signé Laetitia Vandeportal pour l’Atelier Azimuts, l’idée est de faire entrer la nature dans la ville. Ce vaste espace de cinq hectares, à côté du plan d’eau des Marres, est un peu délaissé. Les quelques équipements présents sont vieillissants et sommaires. Peu d’arbres y sont plantés. Demain, nous aurons un parc très arboré, qui jouera le double rôle de piège à carbone et d’îlot de fraîcheur. Les Sisteronais auront également à leur disposition un parc sécurisé puisqu’il sera clos. Je tiens à préciser que l’accès sera toujours gratuit, il s’agit davantage de se mettre en règle », détaille Nicole Peloux, adjointe déléguée à l'Environnement, à l'économie verte, au développement durable, à l’économie circulaire, aux économies d'énergie, aux transports et aux forêts, à l’initiative du projet.

Au total, près de 85 arbres et des centaines d’espèces végétales matures vont être plantés et la commune envisage même de créer un mini-conservatoire de plantes aromatiques et médicinales ou encore un théâtre de verdure. « Ce parc sera aussi l’occasion de préserver la biodiversité locale », appuie Nicole Peloux. 

Le futur théâtre de verdure imaginé par Laetitia Vanderportal pour l’Atelier Azimuts. (Crédit : Atelier Azimuts)

… et un équipement touristique, bon pour le commerce de centre-ville

L’élue sisteronaise, ancienne présidente de la Chambre de commerce et d'industrie des Alpes-de-Haute-Provence, n’en oublie pas les commerces de centre-ville.

« Cet aménagement, qui vient dans le prolongement de ce que nous avons fait dans la rue du glissoir, qui arrive directement au plan d’eau des Marres, sera une véritable vitrine. De nombreux visiteurs fréquentent le plan d’eau. Bientôt ils viendront aussi à Sisteron pour cet espace naturel en plein cœur de ville. Ils pourront ensuite se rafraîchir et flâner dans les rues et y consommer », souligne-t-elle. 

Au total, l’aménagement représente un investissement de près de 1,5 M€ TTC. La commune prévoit de réaliser les travaux en quatre phases successives (voir encadré), l’objectif étant de les terminer à l’issue du mandat. Pour l’heure, la collectivité attend encore des financements mais elle lancera les premiers travaux dès cet automne, avec la plantation de plusieurs arbres. S’en suivra la rationalisation des stationnements et la création de parkings en 2022.

Les quatre phases successives envisagées :

Valorisation de l’entrée nord : 350 000 € HT
Travaux de l'entrée ouest : 570 000 € HT
Théâtre de verdure : 170 000 € HT
Aménagement des berges de la Durance : 210 000 € HT

Soit 1,3 M€ HT (et 1,5M€ TTC) 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?