AccueilBTPSilver économie : une manne pour les artisans des Alpes-de-Haute-Provence ?

Silver économie : une manne pour les artisans des Alpes-de-Haute-Provence ?

Dans le département, plus d’un demi-million d’euros de travaux de rénovation pourraient être lancés pour adapter le logement des seniors en perte d’autonomie. Plomberie, maçonnerie… tous les secteurs du bâtiment sont concernés.
Silver économie : une manne pour les artisans des Alpes-de-Haute-Provence ?
H. Saveuse - Giuseppe Guerrisi, plombier expérimenté échange avec Tanguy Bacquet sur le sujet de la rénovation de salle de bains dans le Living Lab, construit et aménagé par la communauté d’agglomération Provence Alpes Agglomération.

BTPAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Dans le département des Alpes-de-Haute-Provence « 70 % des personnes dépendantes continuent de vivre chez elles et 94 % des logements des personnes âgées ne seraient pas adaptés selon les chiffres donnés par le conseil départemental », annonce Tanguy Bacquet, l’animateur du Living Lab dignois « Atelier 7/7 » où les artisans se sont réunis à l’appel de la Chambre de métiers et de l’artisanat de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (CMAR PACA) mardi 22 juin. Il poursuit : « Le montant des travaux s’élève en moyenne à 6 500 €. »

Ce sont plus de 600 000 € de travaux qui pourraient être lancés dans les années à venir selon l’animateur du Living Lab, dédié à la prévention et au maintien à domicile. Il ajoute qu’ « il s’agit à la fois de petits chantiers, comme la pose de volets roulants automatisés, de marches antidérapantes ou de portes coulissantes mais aussi des chantiers plus lourds avec de la rénovation complète d’appartements, des salles de bain. Tous les métiers du bâtiment sont concernés. »

Jusqu'à 10 000 euros d’aides financières pour les clients 

De son côté, Julien Giboz représentant l’association Logiah 04, opérateur local de l’Agence nationale de l'habitat (Anah), alerte les entrepreneurs. « Trop souvent les chefs d’entreprise attendent d’être contactés par les clients. Dans le cas présent, les seniors n’ont souvent pas conscience que des travaux sont nécessaires et pourtant, ils peuvent être financés entre 35 et 80 %. Dans certains cas, la  prise en charge peut être totale. » 

Les aides financières pourraient aller jusqu'à 10 000 euros par clients. « Ces marchés sont doublement intéressants pour les entreprises car elle sont assurées d’être payées. Nous nous portons garants, poursuit-il. Par contre, nous sommes particulièrement vigilants sur les catégories de métiers. » Grossissant volontairement le trait, il illustre: « Un carreleur ne pourra pas faire le travail d’un plombier, nous y veillerons. Les entreprises peuvent également s’inscrire à des sessions de formations pour obtenir des labels qui leur permettront d’être référencées. Ces labellisations ne sont pas toujours nécessaires mais elles sont souvent demandées. »

Des formations pour les artisans

La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) et la Fédération Française du Bâtiment (FFB) organisent respectivement les formations Handibat et Pro de l’accessibilité pour former les entrepreneurs et les labelliser. Dans l’auditoire, Giuseppe Guerrisi, patron de l’entreprise de plomberie Alp’ Sanitaire, n’a pas attendu la labellisation. Depuis 19 ans, il travaille auprès des aînés : « Je ne savais pas que les financements étaient aussi importants mais c’est vrai que parfois les anciens ne veulent rien changer. Ils s’adaptent alors que c’est leur logement qui devrait évoluer. Après c’est difficile de leur dire, nous, artisans, ce qu’ils doivent faire chez eux, même si on voit bien qu’ils ont des difficultés. »

Chaque année dans le département, seulement 50 dossiers sont financés en moyenne mais les besoins sont énormes. A l’échelle nationale, le chiffre d’affaires potentiel de ses travaux d’adaptation du logement au vieillissement est estimé à 24 milliards d'euros.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?