Fermer la publicité

A la pelle Seyne-les-Alpes : le refuge de la Roche Close sortira de terre au printemps 2020

Alpes-de-Haute-Provence Publié le - - Urbanisme

Seyne-les-Alpes : le refuge de la Roche Close sortira de terre au printemps 2020
Studio Arch & Gaston Muller - Le chantier devrait durer un peu plus d'un an.

Les travaux de construction d'un refuge de haute montagne sous le sommet de la Résinière devraient commencer en avril 2020 pour une livraison prévue en juin 2021.

La commune de Seyne-les-Alpes aura bientôt son refuge d'altitude perché à 2 180 mètres et accessible uniquement à pied. A l'image des refuges de l'Estrop dans le haut Verdon ou celui du Chambeyron dans l'Ubaye, la collectivité disposera d'ici juin 2021 d'un refuge gardé en période estivale de 300 m2 sur deux étages, composé de cinq chambres et pouvant accueillir jusqu'à 39 randonneurs.

Si le secteur géographique, particulièrement « sensible », offre une vue panoramique à couper le souffle il faudra aussi savoir le protéger. « Il a été proposé d'étudier le transport de certains matériaux par câble (système de blondin provisoire) ou même par mulets, mais vu les contraintes de site et de planning, ils seront probablement tous héliportés. Le transport par mulets pourrait cependant contribuer aux futurs ravitaillements hebdomadaires du refuge​ », confie l'architecte associé chez Studio Arch Jérôme Sindou. Pour autant, la construction veut être exemplaire : respect des exigences Haute Qualité Environnementale (HQE) tant pour l'accès, les matériaux utilisés, l'assainissement, la gestion des déchets ou encore l'encadrement des cheminements, l'énergie solaire, la potabilisation de l'eau par une lampe à ultra-violets...

La commune espère aussi générer de l'activité économique. « Le refuge créerait peu d'emplois directs, entre 1,5 à 3 selon la saison, mais il pourrait amener des opportunités d'activité économique et donc d'emplois indirects à tous les professionnels du tourisme », précise la collectivité.

Début du chantier au printemps

Aujourd'hui, seul le marché de travaux de captage de l'eau potable a été attribué. Pour le reste, le dossier de consultation des entreprises (DCE) a été publié et les offres sont à remettre pour le 13 janvier. Le début du chantier est prévu au printemps.

L'architecte mandataire, pilote du projet est Gaston Muller, connu par exemple pour la reconstruction du refuge Nid d'Aigle à Saint Gervais-Les-Bains ou celui de Tête Rousse. Les architectes de Studio Arch et plusieurs bureaux d'études spécialisés viendront en appui.

Parmi les partenaires financiers attendus sur ce projet estimé à près d'1,5 M€ HT, il y aurait l'Etat (dotation d'équipement des territoires ruraux : 400 000 € - Fonds national d'aménagement et de développement du Territoire et CIMA : 129 136 €), la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (372 637 €), le Département des Alpes-de-Haute-Provence (100 000 €). La part d'autofinancement s'élèverait donc à 498 178€.




Hélène Saveuse
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer