AccueilEconomieSetec, l'ingénierie omniprésente

Setec, l'ingénierie omniprésente

Implantée à Vitrolles, la société se démultiplie sur de nombreux chantiers en Provence et ailleurs, en développant des solutions innovantes dont va profiter, entre autres, le futur TGV anglais.
Setec, l'ingénierie omniprésente
J.-C. Barla - Michael Chang, responsable régional Sud-Est Setec Organisation, Thibaut Lépingle, directeur général Setec international, Bertrand Taimiot, directeur d'études Setec international, Florent Zanoto, responsable sud-est des activités Transport Intelligent.

EconomieBouches-du-Rhône Publié le ,

Les défis les plus techniques ne font pas peur aux ingénieurs de Setec. Ce sont même ceux qui les excitent le plus ! « Innover est le moyen le plus efficace pour nous distinguer des mastodontes anglo-saxons ! », souligne Thibaut Lépingle, directeur général de Setec International. Dans chaque bâtiment de Vitrolles, où la société créée en 1957 s'est installée en 1972, une équipe s'attèle à en relever un. Trois-cents salariés sont rattachés à ce site sur les 2 600 employés par le groupe en France et dans le monde, pour un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros en 2017, dont 20% à l'international.

Indépendante, détenue par ses ingénieurs, Setec est réputée pour compter parmi ses nombreuses références le viaduc de Millau, le tunnel sous la Manche ou la Fondation Louis Vuitton (Amérique du sud et du nord, Moyen-Orient, Asie, Afrique…). Mais elle intervient à travers ses filiales sur une multitude de projets régionaux, parfois très en amont. L'enseigne est ainsi attachée à de nombreuses réalisations d'Euroméditerranée à Marseille, au Mucem, à la Fondation Luma, à Arles, au deuxième tube du tunnel de Toulon ou à l'extension sur la mer de la Principauté de Monaco.

Simulations numériques

Actuellement, sa filiale Setec ALS cherche comment s'accommoder de la présence des pipelines souterrains pour optimiser sur ses 8,5 km le tracé du futur contournement routier de Martigues. Setec Hydratec étudie l'aléa d'inondation sur le bassin versant du ruisseau des Aygalades à Marseille.

Setec ITS planche de son côté sur le bus à haut niveau de service entre la gare et l'Aéroport Marseille Provence et sur une expérimentation de train à hydrogène pour le transport d'ordures ménagères sur le territoire métropolitain. Elle a développé un outil « Symphonie » de modélisation et simulation des transports collectifs pour améliorer les performances d'exploitation, que ce soit sur les temps de parcours ou la consommation des véhicules. Un outil mis en œuvre au Canada pour le réseau de Montréal. « Nous avons gagné aussi grâce à lui l'étude des infrastructures électriques pour le grand Paris », précise Florent Zanoto, responsable Sud-Est des activités Transport Intelligent.

Expertise valorisable

Pour Setec International, les technologies numériques sont déjà pleinement intégrées à son mode de fonctionnement, comme le démontre l'usage du « BIM » (Building Information Modeling) dans sa contribution au projet « High Speed 2 » de train grande vitesse sur 225 km entre Londres et Birmingham, prévu pour 2026. « Six de nos filiales sont impliquées dans ce projet ainsi qu'une cinquantaine de collaborateurs pour intervenir sur le tracé, les terrassements, l'insertion paysagère, la modélisation 3D, le management de projet… De tels programmes permettent de valoriser à l'étranger un savoir-faire acquis et développé en France », confie Laurence Meyer, cheffe de services Paysages de Setec International. Une stratégie qu'a saluée Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence, à l'occasion d'une récente visite sur les lieux.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?