AccueilEconomieSauvegarde 13 : une force d'intervention auprès des personnes en difficulté

Sauvegarde 13 : une force d'intervention auprès des personnes en difficulté

Sauvegarde 13 n'est pas une structure comme les autres. Cette association, fruit du regroupement en 2011 de deux structures locales importantes, propose un spectre très large d'activités. Avec un fil rouge très clair.
Sauvegarde 13 : une force d'intervention auprès des personnes en difficulté
D.R. - Directeur général de Sauvegarde 13, Daniel Carlais pilote l'association.

Economie Publié le ,

Sauvegarde 13 intervient sur le champ du social et du médico-social. Aujourd'hui, quatre départements sont proposés : le pôle médico-social, le Pôle protection de l'enfant (PPE), le pôle accueil petite enfance et le Pôle interventions et soins à domicile (PISD). Avec bien souvent des publics, des structures, des offres et des financements bien différents (assurance-maladie, Etat, conseil départemental, ville, chiffre d'affaires commercial, Direction interrégionale de la protection judiciaire de la jeunesse etc.)

Alchimie entre le social et l'économie

Alors pour gérer l'ensemble, un directeur général, une DRH (Directrice des ressources humaines), un DAF (Directeur administratif et financier) et environ 25 équivalents temps plein ne sont pas de trop ! Heureusement, Daniel Carlais, le directeur général qui pilote Sauvegarde 13, cumule plusieurs compétences : « Ma formation, mon métier de base, c'est éducateur spécialisé, puis j'ai gravi les échelons. S'ajoute à cela un cursus à l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) de Rennes, un troisième cycle à l'IAE* à Puyricard. Et un master 2 de droit social à la Sorbonne. » Pour lui, pas de doute, différentes casquettes sont nécessaires pour une alchimie entre le social et l'économie. Car pour qu'une structure comme Sauvegarde 13 se développe, elle a besoin de financements publics, du soutien des entreprises et de tous les acteurs locaux. Pour les séduire et les fidéliser, il convient de proposer une vision moderne et adaptée des offres.

A titre d'exemple, « la société proposera de plus en plus le maintien à domicile avec des aides et un appui des réseaux et dispositifs, voire une hospitalisation à domicile. Certains fondamentaux doivent être revus. » Consciente de ces enjeux, Sauvegarde 13 trouve beaucoup d'avantages au fait d'appartenir à la Cress Paca : « cela nous permet notamment d'accéder à un réseau puissant, de rencontrer des acteurs du financement, habitués à nos modèles ».

Quatre pôles au service des autres

Le pôle médico-social regroupe des établissements et services pour enfants, adolescents et adultes en situation de handicap : Instituts médico-éducatifs (IME), Etablissements et services d'aide par le travail (Esat), entreprise adaptée, foyers, Service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH), Services d'accompagnement à la vie sociale (SAVS).

Deuxième pôle de l'association : le Pôle protection de l'enfant (PPE). « Nous gérons notamment le plus gros service d'Action éducative en milieu ouvert (AEMO) de France. Les AEMO ont pour objectif de protéger les enfants vivant dans leur milieu familial et interviennent à la demande de l'autorité administrative. » Mais ce n'est pas tout. Dans ce pôle, on trouve aussi un Service d'investigation éducative (SIE). « Nous agissons avec une habilitation de justice pour réaliser une enquête préalable sur des enfants en danger ou pressentis comme tel. » Figurent aussi dans cet ensemble, une activité de médiation pénale à caractère familial et un Service d'insertion professionnelle jeunes (SIP) pour les grands adolescents. « Ce sont plus de 200 enfants qui retrouvent des solutions via ce service et nos formations. » A noter enfin un pôle ethno-clinique.

Le pôle accueil petite enfance regroupe quant à lui des crèches. Sauvegarde 13 dispose de trois crèches dans Marseille. Une quatrième est en construction à Château-Gombert. Avec une spécificité pour deux d'entre elles : elles offrent un accueil particulier destiné aux enfants souffrant de déficits.

Enfin, le Pôle interventions et soins à domicile (PISD) englobe un Service de soins et d'interventions à domicile (SSIAD) positionné sur quatre arrondissements de Marseille. Et un Service d'aide à domicile (SAD) qui a pour mission la prise en charge de personnes fragiles, isolées, souvent en situation de dépendance, sur l'ensemble des arrondissements marseillais.

Face à toutes ces missions, Daniel Carlais n'est pas décontenancé : « cela nous permet de proposer des réponses souples, polyvalentes et adaptées aux familles que nous rencontrons. On peut ainsi intervenir sur plusieurs demandes au sein d'une même fratrie. Et pour les plus grands, c'est bon de permettre à des jeunes d'obtenir leur premier bulletin de salaire, à des adultes de travailler en milieu ordinaire mais protégé. »

* Institut d'administration des entreprises.
** Chambre régionale des entreprises d'économie sociale et solidaire.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?