Fermer la publicité

Reprise des chantiers : le modus vivendi du BTP 05 et des maîtres d'ouvrage

Hautes-Alpes le - - BTP

Reprise des chantiers : le modus vivendi du BTP 05 et des maîtres d'ouvrage
M.-F. Sarrazin - La charte des bonnes pratiques pour la gestion des chantiers a été signée à la Maison du BTP à Gap par les représentants des entreprises, des architectes et des maîtres d'ouvrage publics.

A l'initiative de la fédération du BTP 05, une charte pour la gestion des chantiers pendant la crise sanitaire a été signée avec les représentants des maîtres d'ouvrage publics (Etat, Département, AMF, OPH) et des architectes. Objectif : faciliter le partage des surcoûts liés à la situation et accorder de la souplesse dans les délais.

« C'est dans les Hautes-Alpes que les chantiers ont repris le plus vite », se félicite François Rolland, président du syndicat haut-alpin des architectes. Et tous les acteurs locaux y voient le résultat du « rôle exemplaire », pour reprendre les mots de Jean-Marie Bernard, président du Département, de la Fédération du BTP 05 et de son président, Nicolas Chabrand.


A lire aussi : Le Pas de l'Ours, symbole de la reprise des chantiers dans les Hautes-Alpes


Aujourd'hui, le taux de reprise des chantiers atteint 95% dans le département. Ce chiffre est le résultats de nombreuses réunions menées les semaines passées par la FBTP 05 avec les représentants des maîtres d'ouvrages publics et les architectes. « Les chefs d'entreprise ont pris leurs responsabilités en reprenant les chantiers sans que la prise en charge des surcoûts ne soit un préalable », observe Nicolas Chabrand. « Mais la perte de productivité est réelle et la plupart des entreprises supportent seules les surcoûts engendrés par cette crise. » De leur côté, les maîtres d'ouvrage soulignent leur volontarisme dans la reprise des chantiers. « Il a pu y avoir des difficultés, car les élus ne savaient pas forcément comment reprendre, quelles étaient les responsabilités », note Jean-Marie Bernard.

Pour relever le défi de la reprise totale, la Fédération du BTP05, la préfecture, le Département, l'Association des maires des Hautes-Alpes, l'Office public de l'habitat 05 et les syndicats d'architectes, ont signé le 29 juin une charte partenariale des bonnes pratiques pour la gestion des chantiers en période de crise sanitaire. Elle entend fournir un cadre aux négociations entre donneurs d'ordres et entreprises. « C'est une démarche pacifiante avec l'ensemble des intervenants », considère Marie Garcin, présidente de l'Unadha (Union des architectes des Hautes-Alpes). La charte prévoit notamment la possibilité de saisir un médiateur en cas de blocage dans la discussion.

« Cette charte permet de rassurer les collectivités, les agents, les entreprises... », poursuit le président du département. De fait, « après un tel arrêt, remettre le moteur en marche n'est pas si simple », reconnaît la préfète des Hautes-Alpes Martine Clavel.

« Il ne faudrait pas qu'il y ait une inflation non cadrée »

Au-delà des questions de sécurité sanitaire, réglées par le guide de l'OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics), l'objectif de cette charte est de faciliter les « solutions les plus efficientes de gestion, chantier par chantier ». Avec deux points essentiels pour les maîtres d'ouvrage : faire en sorte qu'ils « prennent en compte la réalité des délais d'exécution et leur part des surcoûts engendrés par l'interruption des chantiers ou les mesures de prévention liées au Covid-19 ».

Cela nécessite évidemment une négociation. « Il ne faudrait pas qu'il y ait une inflation non cadrée », prévient Jean-Michel Arnaud, président de l'AMF05. « Nous sommes conscients des surcoûts, mais les finances publiques ne sont pas extensibles. Les aides qui permettent de réaliser un projet ne sont pas nécessairement adaptables. » Sur ce point, Martine Clavel se veut rassurante : « Nous pourrons envisager une remise au pot pour les subventions DETR [Dotation d'équipement des territoires ruraux, NDLR] ou DSIL [Dotation de soutien à l'investissement local, NDLR] déjà accordées, en regardant au plus juste les surcoûts. En tout cas, nous prendrons notre part. »

Tout en se félicitant de ce partenariat, la présidente de l'OPH05, Carole Chauvet, y apporte un bémol : « Il n'est pas assez abouti. Il engage essentiellement les maîtres d'ouvrage. » De son côté, Nicolas Chabrand explique que « cette charte n'a pas pour ambition de résoudre l'ensemble des problématiques, mais vient acter la volonté de l'ensemble des signataires de s'engager sur des valeurs partagées ».




M.-F. Sarrazin
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer