Fermer la publicité

Rénovation du réseau électrique Haute-Durance : 200 pylônes en cours de démontage

Hautes-Alpes le - - BTP

Rénovation du réseau électrique Haute-Durance : 200 pylônes en cours de démontage
RTE - RTE fait appel à un Super Puma pour retirer ces pylônes, dont le poids varie entre trois et six tonnes.

RTE procède en ce moment, dans les Hautes-Alpes, au démontage et à l'héliportage d'anciens pylônes électriques, dans le cadre du chantier de rénovation du réseau électrique Haute-Durance. Les déchets issus de ce démantèlement sont récupérés puis valorisés par des entreprises locales.

Depuis 2015, RTE conduit des travaux de rénovation des lignes à haute tension, de Gap au nord de Briançon, pour un coût de 230 M€. L'ancien réseau datait des années 1930 et arrivait à saturation. Le chantier en cours consiste à donner plus de puissance au réseau : les lignes 150 000 volts laissent place à des lignes 225 000 volts et le réseau 63 000 volts actuel est rénové. Les installations sont pour moitié aériennes et pour l'autre souterraines, en fonction de la topographie et de l'intérêt paysager et touristique du lieu. L'ancien réseau ne comptait aucune ligne souterraine.

Après la mise en service d'une nouvelle ligne aérienne 225 000 volts entre Serre-Ponçon et L'Argentière-la-Bessée en septembre, RTE entame aujourd'hui le démontage des anciens pylônes au sud de Briançon, puis entre Gap et Embrun. D'ici la fin du mois de novembre, 123 pylônes de l'ancienne ligne 150 000 volts au sud de Briançon ainsi que 82 pylônes de la ligne 63 0000 volts entre Gap et Embrun seront démontés, soit au total 70 km de lignes.

Près de 50 % des anciens pylônes seront donc supprimés des paysages des Hautes-Alpes dès cette année. Les 100 kilomètres de lignes aériennes restants autour du lac de Serre-Ponçon et au nord de L'Argentière-la-Bessée seront démontés à l'automne 2022.


Lire aussi : Chantier RTE Haute-Durance : plus de 43 M€ de retombées locales


Valorisation des déchets par des entreprises locales

Pour mener à bien cette opération délicate, RTE utilise un hélicoptère gros porteur, le Super Puma. Les pylônes, dont le poids varie entre trois et six tonnes, sont soit démontés d'un seul tenant, soit en plusieurs étapes, avant d'être héliportés.

Lorsque d'anciens pylônes sont démontés, RTE cherche systématiquement à les valoriser sur le plan local, du fait du volume des matériaux, du coût que leur transport engendre, ce qui rend la démarche d'autant plus vertueuse. Le projet global sur le secteur de la Haute-Durance prévoit le démantèlement de 690 pylônes, soit 3 000 tonnes de ferraille et 1 000 tonnes de câbles. Les déchets émanant de ces travaux de désassemblage sont déposés dans un champ, puis récupérés et valorisés par deux entreprises locales de ferraillage dans le cadre d'un écochantier : Lelièvre recyclage, à côté de Saint-Crépin, et Kintz, à Veynes.

« L'acier des pylônes, le verre des isolateurs des câbles sont démontés pour être refondus et recyclés pour d'autres usages. Idem pour l'aluminium des câbles. Le béton des fondations des pylônes est cassé en carrière et servira au tout-venant sur les routes ou pour les chemins. Il est donc réutilisé, pas recyclé », explique-t-on chez RTE.




M.-F. Sarrazin
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide