Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

[Rendez-vous d'architecte] MAP, bon plan

le - - Architecture

[Rendez-vous d'architecte] MAP, bon plan
J.P Pierrat - L'architecte Camille Richard-Lenoble, l'une des six dirigeants de MAP, est spécialiste du logement social.

Sur le podium des principales agences d'architecture de la région, MAP (Marseille Architecture Partenaires) poursuit son développement. Lequel passe, entre autres, par le secteur du logement social dont Camille Richard-Lenoble, l'une des architectes de l'agence, est une spécialiste.

Partisan d’une architecture multiculturelle et fort de ses 70 collaborateurs architectes, urbanistes, ingénieurs et paysagistes, le groupe MAP n’a pas à proprement parler de matière de prédilection. Agence numéro deux de la région Paca pour son chiffre d’affaires, elle œuvre dans tous les domaines et pour tout type de programme et maître d’ouvrage. « Sans a priori formel, ni dogmatisme architectural », prévient-elle.

Organisée à Marseille en trois pôles (urbanisme et paysage ; architecture ; chantier), celle-ci, à l’heure où les commanditaires privés prennent le pas sur sa commande publique contrairement à sa tendance habituelle, n’en soigne que plus les marchés de ce genre qui lui ont été confiés. MAP a notamment dans ses cartons, en chantier ou livrées récemment, plusieurs réalisations de logements sociaux à Marseille, Aix-en-Provence, Arles, Miramas ou encore Septèmes-les-Vallons en ce qui concerne les constructions neuves. Sans compter les rénovations de grands ensembles sous label Anru*.

Une spécialiste aux commandes

Et au sein de cette agence basée dans la cité phocéenne place Sadi-Carnot, c’est à Camille Richard-Lenoble, l’une des six architectes associés dirigeants, une spécialiste du logement social, que l’on confie généralement de superviser ce type d’intervention. « Parce que j’aime ça, explique cette dernière en riant. Ça me passionne. »

« Du programme à la conception en passant par le chantier, ce n’est en fait jamais le même projet. Je peux passer des heures à dessiner des cellules de logement. Et puis, les logements sociaux sont aujo​​urd’hui de qualité et même souvent innovants. »

Cette spécialité, elle l’a acquise dès ses débuts aux côtés de Denis Eisenlohr, un des autres architectes associés de l’agence. A Picon-Busserine, dans les quartiers nord de Marseille, Camille Richard-Lenoble pilote ainsi en douceur pour le compte de Logirem la rénovation de la cité Picon. Conformément à la philosophie de l’Anru, « une tour de 7 étages a été démolie pour mieux dégager l’espace central, tandis qu’au nord, le long de la rue Cade, 50 nouveaux logements ont été construits dans trois plus petits immeubles collectifs BBC**, plus contemporains et soignés », souligne l’architecte. Ceux-ci assurent notamment la transition volumétrique visuelle avec les pavillons bas situés de l’autre côté de la rue.

Une rénovation poussée

Sinon, les 296 logements des autres barres d’immeuble conservées, dont la plus longue de 80 m, ont été ou vont être réhabilités. « Une rénovation énergétique (chauffage, isolation, menuiseries, huisseries…) en bonne et due forme, ce qui n’avait jamais été fait depuis 40 ans, à laquelle s’ajoute une réfection des espaces communs et des halls d’entrée, mais aussi un traitement plus poussé ainsi que l’a souhaité le bailleur, avec la création de nouveaux espaces de vie », résume-t-elle encore. Pour ce faire, d’un côté, les balcons, qui servaient surtout de remises, ont été fermés et transformés en loggias, et de l’autre, ils ont vu leur surface doubler. « Avant, on ne pouvait même pas y mettre une table », fait remarquer l’architecte.

Visuel du projet final de Picon (@MAP)

La difficulté de l’exercice réside aussi dans le fait que tous ces travaux doivent être exécutés en milieu occupé. Dix-huit mois de travaux ont été prévus. « Derrière chaque porte, il y a une famille, des personnes âgées, des gens, rappelle de son côté Géraldine Durville Bru, directrice d’exploitation Logirem. Ce n’est jamais facile pour eux de voir débarquer toute cette armada, de vivre au milieu des travaux. » Enfin, « l’objectif le plus important d’une telle opération [chiffrée à 14 M€, ndlr], ajoute l’architecte en parcourant le vaste chantier disséminé dans la cité, c’est la "résidentialisation" du quartier. Les accès, les stationnements, les transitions espace public/espace privé ont donc été repensés pour l’ouvrir sur l’extérieur et l’intégrer à la ville », décrit-elle encore tout en regrettant en revanche l’absence de mobilité résidentielle de manière générale aujourd’hui dans le parc HLM.

« Trop systématique, pas assez souple », la loi SRU*** n’est pas, selon elle, la panacée.

« L’échelle de la commune n’est plus adaptée. »

Et de dénoncer aussi une autre dérive à ses yeux : celle de la vente, de plus en plus importante, de logements en Vefa**** par les promoteurs aux bailleurs. Il est préférable, estime-t-elle, que ces derniers restent maîtres d’ouvrage de leur patrimoine, tout en reconnaissant qu’il est extrêmement difficile pour eux, en raison du manque de foncier, de mener une véritable prospection contrairement aux premiers qui sont mieux organisés pour cela. « Leurs programmes ne répondent pas toujours non plus à d’autres logiques, par rapport aux déplacements ou aux zones d’activités par exemple. » Le logement social reste également une question de valeurs. A Picon, c’est à travers des ateliers de concertation avec les habitants, animés par une équipe ad hoc, que seront définis et recomposés le futur cœur vert de la cité et ses équipements (jeux, etc.) au lieu de l’ancienne « pelouse » centrale qui n’en avait plus que le nom…   

* Agence nationale pour la rénovation urbaine.
** Bâtiment basse consommation.
*** Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.
**** Vente en état futur d’achèvement.

La suite de ce portrait d'architecte est à lire dans le numéro 1109 de TPBM (parution le 23/12/2015)




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer