Fermer la publicité

Relance des chantiers : le Cobaty réfléchit à l'après Covid-19

le - - BTP

Relance des chantiers : le Cobaty réfléchit à l'après Covid-19
D.R. - René Maupas, président du Cobaty Région Sud.

Les adhérents du Cobaty ont décidé de se réunir régulièrement pour évoquer les conséquences de la crise liée au Covid-19. Des questions qui portent à la fois sur le court terme, comme la difficile reprise et les retards à prévoir, mais aussi sur « l'après » et la façon dont le secteur devra évoluer.

Comment lever les freins à la reprise, à quoi ressemblera le secteur de la construction dans les mois à venir, quelles conséquences les urbanistes et architectes tireront de cette crise ? C'est autour de ces questions qu'ont échangé les adhérents du Cobaty, qui regroupe des personnes dont l'activité professionnelle est concernée par l'acte de bâtir (urbanisme, logement, environnement), réunis en visio-conférence.

La difficile relance

« Il est nécessaire de relancer les chantiers et l'activité pour payer les charges », lance Régis Despinoy, président du Cobaty Marseille Provence. « On espère que d'ici fin mai nous aurons repris à 40 % nos chantiers », avance ainsi Myriam Dimonte, dirigeante d'Elise Di Monte et vice-présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers Provence.

Cependant, certains freins empêchent encore cette relance, à commencer par « l'absence de règles communes de la part des maîtres d'ouvrages », constate Sonia Huguet, architecte et maître d'œuvre de conception à l'Atelier 313. Gérant de l'entreprise familiale Bâti-Service, à La Ciotat, Patrick Baudy préfère rester optimiste : « On a retrouvé nos interlocuteurs, nos salarié et nos fournisseurs. Nous sommes repartis en traitant les commandes en cours dans notre carnet. »

La nécessaire adaptation

Sur ce point, David Luneau, directeur commercial chez Licef estime que « cette relance, complexe, va nous obliger à revoir notre approche commerciale, à anticiper davantage et à développer de nouveaux outils numériques ». « Il va aussi falloir prendre en compte l'inquiétude de nos clients et les accompagner encore plus », ajoute-t-il.

Le retard dans les plannings

« On va reprendre les chantiers dans des conditions dégradées, il faut en avoir conscience parce que cela aura des conséquences », met en garde Myriam Dimonte. Et Sonia Huguet de compléter : « Même si personne ne veut l'entendre, il est bien évident qu'il va falloir décaler et recaler les plannings. On ne pourra pas livrer en temps et en heure. J'estime qu'une fois les chantiers relancés, il faudra compter avec des cadences réduites de 30 %. »

Les relations avec la maîtrise d'ouvrage

Soulignant le manque d'outils numérique des collectivités, notamment pour les permis de construire, Myriam Dimonte affirme « qu'il est essentiel que les communes acceptent d'instruire les permis de construire de façon plus rapide sinon, nous aurons une baisse conséquente de notre activité. » Le risque étant de se retrouver « sans travail début 2021 » alerte Patrick Baudy.

Le rôle des assureurs

« Pour les assureurs aussi cette situation a été brutale car cet arrêt massif des chantiers était inédit. Rien n'était prévu. Mais après quelques semaines, les grands groupes ont réagi et participé à des fonds de solidarité pour aider les entreprises du BTP. Une réaction aussi nécessaire pour eux, car s'il y a trop de casse, c'est aussi leurs primes et modèle qui s'effondrent », analyse Philippe Cubaud, gérant d'A2C2, société de courtage d'assurances.

Penser l'après

« Il est indéniable que nous allons tous devoir réfléchir au logement de l'après Covid-19. Les attentes vont évoluer et les besoins également », estime Myriam Dimonte. « Il va y avoir une remise en cause de l'immobilier commercial traditionnel, qui ne se portait pas très bien. L'immobilier de bureau va aussi être fortement impacté. Il va falloir réfléchir au nombre de mètres carrés par salariés. Les gens auront moins besoin de se rendre à leur bureau avec le développement du télétravail », pensent Christophe Andrieux, agent immobilier et fondateur de Mon Grand Immo et Sébastien Cagnard, président de Cagnard Immo et administrateur de biens en immobilier professionnel et commercial.

Et le Cobaty a un rôle à jouer dans cette future étape de réflexion selon René Maupas, président du Cobaty Région Sud : « La neutralité – politique, syndicale, corporatiste – de Cobaty doit nous inscrire demain dans ce rôle de fédérateur des énergies. Nous nous y préparons ! ».

Retrouvez notre article complet dans le TPBM n°1340, à paraître le 27 mai. Cliquez ici pour plus d'informations sur nos offres d'abonnement, à partir de 20 €/an.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer