AccueilUrbanismePort de Marseille : appel à projets pour créer un terminal de petite croisière sur le J4

Port de Marseille : appel à projets pour créer un terminal de petite croisière sur le J4

Le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) vient de lancer un appel à projets auprès de croisiéristes pour le développement d’un nouveau terminal dédié à la petite croisière sur le J4.
Les candidats ont jusqu’au 10 mai 2022 pour déposer leurs offres.
D.R. - Les candidats ont jusqu’au 10 mai 2022 pour déposer leurs offres.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Des navires de croisière accostant sur le J4, à côté du Mucem et du fac-similé de la grotte Cosquer. Les professionnels du tourisme en rêvent depuis des lustres. Le projet pourrait enfin devenir réalité. Le Grand port maritime de Marseille (GPMM) vient en effet de lancer un appel à projets auprès d’armateurs pour le développement d’un nouveau terminal dédié à la petite croisière au sud des bassins Est, dans le secteur Major-J4. A l’horizon de l’automne 2024, le port souhaite mettre à disposition des opérateurs 20 000 à 25 000 m2 de terre-plein ourlés de deux quais de plus de 200 mètres linéaires (205 ml de long pour le poste 93 et 267 ml de long pour le poste 94-95) près du Mucem et de la cathédrale La Major.

Marseille : plongez dans la réplique de la grotte Cosquer

La grande plaisance en option

En sus des croisières, les opérateurs auront également la faculté de développer une activité complémentaire d’accueil de navires de grande plaisance en escale ou en hivernage. Mais cette activité secondaire ne devra pas entraver « le développement ambitieux des escales de croisière sur cette partie du port », précise l’appel à candidature.

Enfin, lors de la période automne 2023/automne 2024, le candidat aura également la faculté de développer sur le site des activités éphémères d’accueil de navires et d’évènements associés en lien avec les épreuves de nautisme des Jeux olympiques de 2024.

Marseille : la marina olympique reçoit le feu vert de la commission des sites

Une nouvelle gare maritime sur le J4

Le lauréat du marché devra prévoir la construction d’une nouvelle gare maritime pour accueillir les passagers et les clients du terminal. Deux options sont sur la table :

  • le candidat financera et construira lui-même un nouveau bâtiment via un investissement d’un montant minimum de 2,5 millions d’euros HT sur une emprise comprise entre 20 000 m2 à 25 000 m2 ;
  • le GPMM financera et construira lui-même une nouvelle gare maritime d’environ 1 000 m2 de superficie selon ses propres standards pour un montant maximum de 2,5 millions d’euros HT. Cette option comporte une condition : la livraison de cette installation ne pourra pas être garantie avant le 31 décembre 2026.

Si cette dernière option était retenue, le candidat aurait la possibilité de demander l’extension de l’emprise mise à disposition pour un maximum de 5 000 m2 afin d’y développer un programme complémentaire à son activité de base. Un projet qui pourrait porter l’emprise totale mise à disposition de 20 000 à 25 000 m2.

Quant à la petite gare maritime actuelle (140 m2) localisée au poste 94, son sort est scellé : elle sera rasée lorsque la nouvelle gare sera mise en service. Sa démolition sera prise en charge par le lauréat (option n° 1) ou le GPMM (option n° 2).

Des quais extensibles ?

Au cas où les candidats estimeraient nécessaire de programmer des travaux d’extension des quais 93 d’une part et 94-95 d’autre part via la démolition du ponton fixe RoRo actuellement positionné à l’angle 93-94, le port conserverait la maîtrise d’ouvrage des travaux tout en partageant le portage financier : 67% GPMM / 33% opérateur.

Ce nouveau terminal ne pourra pas accueillir des géants des mers. Car l’accès aux postes à quai 93 et 94-95 est actuellement limité par le GPMM pour des raisons de manœuvrabilité nautique à des navires d’une taille de 200 ml et de 6,90 mètres de tirant d’eau. « Au-delà de cette taille, des travaux importants d’aménagement seraient nécessaires dans certaines conditions », précise l’appel à projet.

Un objectif de 100 escales en rythme de... croisière

La consultation est ouverte à un croisiériste ou un groupement d’armateurs spécialisés dans la croisière disposant en propre d’une flotte d’au moins cinq navires et ayant réalisés au moins 20 croisières cumulées en Méditerranée occidentale (escales en Italie, Espagne et France) au cours de la saison 2019 ou prévoyant d’atteindre cet objectif dès la saison 2022-2023.

Le GPMM fixe un nombre d’escales annuel à réaliser sur le terminal d’un minimum de :

  • 40 escales au cours de la 1ère année et de la 2ème année d’exploitation,
  • puis un minimum de 80 escales par an, pour les 2 années de pleine activité suivantes (3ème et 4ème année d’exploitation),
  • et un minimum de 100 escales par an, pour les années suivantes (à partir de la 5ème année d’exploitation).

Une COT de 13 ans prorogeable

En contrepartie de la jouissance du site à compter du 1er octobre 2024 (pour une durée de minimale de 13 ans prorogeable de 5 à 10 ans), le candidat retenu devra verser des redevances au GPMM : une fixe annuelle correspondant à la mise à disposition des terre-pleins dont le montant est de 200 K€ HT + [(S - 20 000) x 20] € HT par an pour l’option n°1 (avec S la surface du Terminal retenue) et de 200 K€ HT par an pour l’option n° 2 ; et une redevance variable additionnelle correspondant à un pourcentage du chiffre d’affaires total réalisé sur l’ensemble des emprises mises à sa disposition. L’appel à projet précise que ce pourcentage ne pourra en aucun cas être inférieur à 7%.

Le montant de cette redevance variable constituera évidemment un des critères de jugement des projets.

Offres attendues pour le 10 mai 2022

Les candidats ont jusqu’au 10 mai 2022 pour déposer leurs offres. Le GPMM examinera les dossiers à l’aune de six critères : la qualité, le caractère innovant et durable du projet (30 points) ; le montant de la redevance proposée (20 points) ; la qualité et la cohérence du business plan (15 points) ; l’exemplarité du projet en terme HSQE et en terme sûreté (15 points) ; la pertinence et le montant du plan d’investissement (10 points) ; le développement de l’emploi portuaire marseillais (10 points).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 octobre 2022

Journal du05 octobre 2022

Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?