Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

1ers Etats généraux de la gestion de centre-ville Pierre Creuzet : « L'avenir des centres-villes est devenu une priorité des politiques publiques »

le - - Territoires

Pierre Creuzet : « L'avenir des centres-villes est devenu une priorité des politiques publiques »
D.R. - Pierre Creuzet, directeur de l'association « Centre-ville en mouvement », organisateur de ces Etats généraux.

Quel avenir pour les centres-villes ? Tel est le fil rouge des premiers « Etats généraux de la gestion de centre-ville » qui se tiendront au Conservatoire Darius Milhaud à Aix-en-Provence ces 31 janvier et 1er février. Pierre Creuzet, directeur de l'association « Centre-ville en mouvement », organisateur de ces Etats généraux, présente les grandes lignes de l'événement.

TPBM : Vous êtes le fondateur de l'association « Centre-ville en mouvement ». Quel est son objectif ?
Pierre Creuzet :
L'association a été créée en 2005 par des élus locaux, parlementaires, élus consulaires, représentants de corps d'Etat et chercheurs pour faire face aux besoins croissants des habitants par rapport à leurs centres-villes. Elle est aujourd'hui présidée par Patrick Vignal, député de l'Hérault. « Centre-ville en mouvement » accompagne et fédère des membres de toutes sensibilités dans leurs projets d'innovation et de redynamisation des centres-villes. Il y a quinze ans, il était compliqué de mobiliser sur l'enjeu de l'avenir des centres-villes. Aujourd'hui, le sujet est une priorité des politiques publiques.
L'émergence du numérique a chamboulé les modes de consommation des gens. Le e-commerce n'est plus virtuel, il est une réalité. Les mobilités douces montent en puissance dans les grandes agglomérations. Le modèle de l'hypermarché qui a façonné le développement des périphéries est remis en question. On assiste à un retour vers les centres-villes. Depuis cinq ans, le besoin de proximité revient en vogue. Dans son dernier baromètre sur les attentes des usagers, le CSA montre que 95% des Français considèrent que les coeurs de villes doivent être une priorité des politiques publiques.

Les centres-villes sont pourtant en souffrance. Le « plan d'action coeur de ville » lancé par le gouvernement l'an dernier en est le témoin. Comment revitaliser les centres ?
L'association tire la sonnette d'alarme depuis longtemps. Les chiffres 2016 montrent que la surface commerciale a encore progressé de 22% dans l'Hexagone. 90% de cette croissance s'est effectuée en périphérie. Cette évolution est à contre courant de l'histoire puisque désormais 14% des achats se réalisent via internet. Et le pouvoir d'achat ne progresse en moyenne que de 1,5% par an. Nous avons demandé un moratoire sur l'extension de la surface commerciale.
Le programme « Action coeur de ville » ciblé sur les villes moyennes est une première réponse. La relance ne se limite pas à l'appareil commercial, c'est une action transversale qui doit intégrer toutes les composantes de l'urbanisme : l'habitat, l'emploi, les services publics, le patrimoine, la mobilité, le commerce, l'économie du net… Tout cela passe par une lecture fine des données qui permettent de cerner les pratiques des usagers. Depuis quelques années, les données numériques et géolocalisées sont utilisées par les grandes enseignes commerciales de périphérie. Comptage des flux visiteurs, itinéraires des consommateurs via les smartphones, requêtes des internautes... toute cette masse de datas peut être mobilisée dans les centres-villes. On sait si les promotions d'un magasin attirent du monde. On est capable d'évaluer quelles sont les animations qui fonctionnent... Cette réflexion sur les datas sera justement au programme de la matinée du 1er février.*

Le plan d'action coeur de ville ne concerne pas les villes inscrites dans le périmètre des métropoles. De nombreux maires le déplorent...
Effectivement. Mais des initiatives sont possibles. Jeudi soir, la Métropole Aix-Marseille-Provence, le département des Bouches-du-Rhône, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur signeront avec le préfet de région une convention pour mettre en place le dispositif « Envie de Ville ». Ce type d'outil devrait faire école. La métropole de Dijon envisage de créer le même genre de dispositif.

TPBM est partenaire des 1ers Etats généraux de la gestion de centre-ville.

* Près d'un demi-millier d'élus, fonctionnaires, urbanistes, statisticiens et autres représentants des chambres consulaires sont attendus à ce rendez-vous qui se tient les 31 janvier et 1er février et où interviendront une pléiade de parlementaires, maires, techniciens mais aussi représentants de la Banque des Territoires, pilote du plan « Action Coeur de Ville ».




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer