Fermer la publicité

Philippe Bathélémy, bâtonnier du barreau de Draguignan : « Retrouver une justice de proximité ! »

Var le - - Droit et chiffre

Philippe Bathélémy, bâtonnier du barreau de Draguignan : « Retrouver une justice de proximité ! »
D.R. - Philippe Barthélémy a été élu bâtonnier de Draguignan mi-décembre dernier.

Maître Philippe Barthélémy a assumé l'intérim du bâtonnat de Draguignan à la suite du décès du bâtonnier Laurent Garcia le 15 octobre dernier, avant d'être élu par ses pairs pour terminer le mandat de son prédécesseur durant l'année 2021.

TPBM : C'est votre troisième mandat de bâtonnier du barreau de Draguignan après 2008/2009, puis 2012/2013. Sauf que celui-ci intervient dans des circonstances bien tristes.
Philippe Barthélémy :
En effet, le décès malheureux de mon prédécesseur et ami Laurent Garcia m'a conduit à assurer l'intérim en application de la loi désignant le membre du conseil de l'ordre le plus ancien dans l'inscription au tableau, qui n'est pas forcément le plus âgé du barreau. Nous avions trois mois pour organiser de nouvelles élections, ce que nous avons fait le 16 décembre, et mes pairs m'ont demandé de poursuivre ce mandat jusqu'à son terme, soit durant toute l'année 2021.

Au-delà des conditions de succession, celles d'exercice de la profession sont elles aussi devenues particulièrement pénibles ?
C'est pour le moins compliqué. Même si les mesures liées à la Covid ne nous empêchent pas d'exercer notre métier, et c'est même l'honneur de la profession de serrer les dents et de penser aux citoyens qui ont besoin de nous, les conditions de cet exercice sont en revanche fortement dégradées. Le présentiel est plus que limité, la salle des pas perdus qui portait bien son nom est désertée, les avocats sont canalisés dans la cour, devant se discipliner eux-mêmes selon le nombre d'audiences. Quand il y a 30 affaires, on appelle les 10 premières dans le tribunal et les autres attendent par mesure sanitaire. Les plaidoiries doivent être les plus courtes possibles, accentuant la baisse continue de l'oralité que nous constations et déplorions déjà. Un terme générique est apparu, PSA : plaidoirie sans audience !

Cette baisse considérable de l'oralité, accélérée par la crise actuelle, est-elle ce qui a le plus changé dans la justice depuis votre premier bâtonnat ?
Indéniablement. Cela va avec l'air du temps, tout devient synthétique, le langage se réduit, on ne s'appelle plus, ou moins, mais on s'écrit sur nos téléphones, le mail véhicule des condensés d'idées avec une instantanéité de rigueur... On retrouve cette dictature du temps court dans la justice, non pas pour la rendre, mais pour la pratiquer. Or, on confond tout. C'est même structurel, allant dans le sens de la réforme du code de procédures. Je fais partie de la vieille génération qui prend le temps d'analyser et qui veut plaider. La nostalgie n'empêche pas d'avoir parfois raison… On sent actuellement une multiplication de l'ordre réglementaire, au détriment d'une justice plus souple, qui était également plus facile à aborder il y a 30 ans. Il faut retrouver une justice de proximité !
Signe des temps difficiles et d'une tendance qui nous inquiète, j'ai toujours connu le barreau de Draguignan en augmentation d'effectifs, or pour la première fois cette année nous diminuons de 253 à 241 avocats… Quand je parle à des confrères de 64/65 ans en leur proposant de rêver un peu à un retour à nos 25 ans et de tout recommencer, ils me répondent : « Jamais de la vie si c'est comme aujourd'hui ! ». Cela ne nous empêche pas d'avoir un jeune barreau actif, avec des avocats épris de ce beau métier et qui ne connaissent que notre époque actuelle. C'est plus facile pour relativiser. Mais je souhaite leur dire que s'ils veulent avoir le sens profond de leur devoir, il leur faut privilégier cette proximité avec les justiciables. C'est ce qui fera leur force et qui perpétuera la beauté de la profession.




Olivier Réal
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer