AccueilUrbanismePascal Schori (FNAIM13) : "D'ici un an, sur le département, 260.000m2 seront à commercialiser"

Pascal Schori (FNAIM13) : "D'ici un an, sur le département, 260.000m2 seront à commercialiser"

Pascal Schori, président de la commission FNAIM 13 immobilier d'entreprise présente les derniers chiffres du secteur.
Pascal Schori (FNAIM13) :

Urbanisme Publié le ,

Nouvelles Publications : Au vu des chiffres des transactions du premier semestre 2015, faut-il se montrer confiant pour les mois à venir ?
Pascal Schori : Nous sommes en effet sur un premier semestre des plus encourageants. Il s’est vendu 68.700 m2 de bureaux dans le département, contre 56.000 en 2014 sur la même période, soit une progression de 23 %. Il faut tout de même préciser que les villes d’Aix et de Marseille concentrent à elles seules 90 % des transactions. A Aix, l’intégralité des ventes s’effectue sur la zone des Milles, où les terrains se font de plus en plus rares. Seule la Zac de L’Enfant possède encore des mètres carrés, quand on en voit de moins en moins sur la zone de La Duranne.

Quelles sont les livraisons attendues pour 2016 ?
D’ici un an sur le marché du département, environ 260.000 m2 seront à commercialiser, entre ce qui existe déjà et ce qui sera livré. Un chiffre qui comprend 54.000 m2 de neuf, le reste étant de la seconde main. Mais là où nous risquons d’avoir un problème, c’est bien à Aix, où aucun projet de construction n’est en cours. Bien sûr des projets existent, mais sans accélérateur la pénurie se fera forcément sentir avec, de fait, une augmentation mécanique des prix.

Le département séduit-il toujours les investisseurs ?
La règle pour un investisseur, aux niveaux national comme régional, c'est d’acheter une opération louée. Quand vous proposez un immeuble de bureau avec déjà des locataires, forcément l’investisseur se sent rassuré. Bien sûr, Euromed a été un accélérateur pour les investisseurs, mais la zone d'Aix reste toujours autant attractive. Je dirais qu’elle attire principalement le tertiaire lié à l’industrie et aux TIC, quand Marseille séduit plutôt les administrations, les banques et les assurances. Ce sont deux marchés très complémentaires.

Pour aller plus loin :

Retrouvez tous les chiffres et les analyses de l'immobilier en Paca dans notre dossier spécial Immobilier du n°1103 de TPBM (parution le 10/11/2015)

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?