Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

[Palais de justice de Carpentras] Coupable ou non coupable ? Telle est la question !

le - - Droit et chiffre

[Palais de justice de Carpentras] Coupable ou non coupable ? Telle est la question !
A. Ricci - Si la pein e est acceptée par le prévenu, elle doit néanmoins etre homologuée par la présidente du TGI de Carpentras.

La frise est ornée de grands cadres en trompe-l'œil, rapportés dans un décor en marbre. Le bureau du président a subi des transformations au cours du temps : les peintures situées dans les angles sud-est et sud-ouest ont été coupées. Les scènes narratives évoquent le thème de l'apparition de l'ange dans l'Ancien Testament. Entre chaque scène, deux putti* décorent de guirlandes un terme feint. Des allégories féminines sont assises dans les angles ; elles reposent sur une corniche à modillons peinte qui court sous la frise. Au centre du mur oriental, deux putti portent les armes du cardinal Bichi. Mais pourquoi parler du bureau du président du tribunal de grande instance alors que nous sommes en immersion « plaider-coupable » ? C'est parce que ce dernier rend les ordonnances de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), autrement dit le plaider-coupable. Reportage au cœur du palais de justice de Carpentras. Episode 5.

« Le tribunal, veuillez vous lever ! » : Isabelle Théry, la présidente du tribunal de grande instance de Carpentras, entre avec sa greffière dans la salle d'audience. Aujourd'hui, elle doit homologuer ou non les procédures de plaider-coupable.

« On homologue la plupart des dossiers. On doit vérifier si la peine proposée est adaptée par rapport aux faits, à la situation de la personne et à ses antécédents judiciaires, ou encore si les faits sont suffisamment constitués juridiquement. Cette procédure est un choix du législateur pour que les audiences durent moins longtemps. Mais il faut que la victime puisse trouver sa place puisqu'elle ne sait pas ce qui s'est dit devant le procureur ».

Aujourd'hui, 34 dossiers font l'objet d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Ils suivent un circuit spécifique en trois temps. Première phase, les intéressés, assistés d'un avocat, sont convoqués via un officier de police judiciaire. Ils sont reçus par le procureur ou l'un de ses adjoints. Il va leur demander si l'intéressé reconnaît les faits. Si tel est le cas, le procureur va lui faire une proposition de peine. S'il ne l'accepte pas, il est convoqué par le greffier devant le tribunal correctionnel. A l'inverse s'il accepte, elle doit être homologuée par le président du tribunal de grande instance qui peut la refuser.

Lors de la troisième phase, l'intéressé se rend dans le bureau d'exécution des peines. « Ici, nous leur remettons différents documents : le relevé de condamnation pénale avec un droit fixe de 127 euros plus éventuellement une amende, les suspensions ou les annulations de permis de conduire, les peines de sursis avec mise à l'épreuve, les travaux d'intérêt général, les peines d'emprisonnement ferme ou bracelet électronique ou semi-liberté, les jours amendes. Nous réexpliquons aussi les peines », précise Agnès Guinot, greffière à l'exécution des peines.

A huis-clos devant le procureur

« Mon client est poursuivi pour une conduite d'un véhicule sans permis et pour défaut d'assurance en état de récidive », explique Audrey Nicolet, avocate au barreau de Carpentras. Dans un premier temps, il passe donc devant le procureur de la République. Ce dernier demande à la personne si elle reconnaît les faits, puis de s'en expliquer. Le procureur va également chercher à obtenir des précisions sur sa situation personnelle. Ensuite, c'est au tour de l'avocat de faire valoir ses arguments. Le procureur propose alors une peine, en l'espèce : un mois de prison avec sursis. Elle a été acceptée par le prévenu. « Nous sommes passés ensuite devant le juge homologateur où nous avons défendu cette peine pour qu'elle soit effectivement homologuée », précise Audrey Nicolet.

* Figure peinte ou sculptée d'enfant nu.

La suite de cet article est à lire dans le numéro 1143 de TPBM (parution le 17/08/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 20/an).






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer