Fermer la publicité

Paca : la région veut relancer 100 chantiers

le - - BTP

Paca : la région veut relancer 100 chantiers
W. Allaire - Renaud Muselier est venu à Aix-en-Provence ce mardi 19 mai pour une visite du chantier de la gare SNCF.

Renaud Muselier est venu à Aix-en-Provence ce mardi 19 mai pour une visite du chantier de la gare SNCF. Un site symbole de la relance des chantiers ferroviaires du contrat de plan Etat-Région (CPER). Une relance économique dont le président de l'exécutif régional se pose en chef de file.

La relance sur les rails. Et la région en locomotive. Entouré des principaux dirigeants de la filière du BTP, Renaud Muselier a choisi le chantier de modernisation de la gare d'Aix-en-Provence, pièce maîtresse du principal projet ferroviaire du contrat de plan Etat-Région (CPER), pour marteler le rôle de fer de lance de la collectivité dans le soutien à l'activité d'un secteur qui pèse 6% du PIB régional et emploie plus de 100 000 salariés. « La crise a touché de plein fouet les entreprises de ce secteur qui se trouvent aujourd'hui très fragilisées. Ce sont en effet 90% des entreprises de la région qui ont été contraintes d'arrêter leurs chantiers dans le bâtiment, 67% dans les travaux publics », a indiqué le président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le redémarrage des pelleteuses et des grues est donc crucial pour ce tissu économique.

« Remettre la machine en route n'est pas facile. Chaque chantier est unique et fait intervenir une multitude de corps d'état », a souligné Philippe Piantoni, président de la Fédération régionale du bâtiment (FRB). Et ce patron de brandir le spectre d'« une bulle d'air » qui viendrait paralyser l'activité demain, une fois la crise sanitaire passée. « Les appels d'offres sont à l'arrêt comme les permis de construire, bridés par l'incertitude qui plane sur le 2ème tour des municipales », a renchéri Isabelle Lonchampt. Et la présidente de la FBTP des Bouches-du-Rhône de pointer « les difficultés rencontrées par la commande publique pour redémarrer ».


Lire aussi : Isabelle Lonchampt : « Il y a urgence à faire preuve de solidarité pour relancer les chantiers »


Ce cri d'alarme, Frédéric Tomasella l'a repris à son compte. « Les travaux publics vivent à 70% de la commande publique. Les entreprises ont besoin de donneurs d'ordre enthousiastes qui les aident dans la reprise », a martelé le président de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP). Alors que 2019 s'était déroulée sous d'excellents auspices dans les TP, la crise sanitaire est venue tout enrayer. Le nombre d'appels d'offres a baissé de 40% entre les premiers trimestres 2019 et 2020 selon le dirigeant.

100 chantiers relancés

Une supplique entendue par la région. « Une centaine de chantiers prioritaires dans les lycées et sur le réseau ferré doivent redémarrer d'ici trois semaines », a annoncé Renaud Muselier. Sur les rails, SNCF Réseau a ainsi relancé trois chantiers phares du CPER : le projet de modernisation de la ligne de la Côte Bleue, la modernisation de l'aiguillage de Saint-Charles et la seconde phase de la modernisation de l'axe Aix-Gardanne-Marseille. Cette dernière opération qui mobilise 173 millions d'euros du CPER aborde son dernier tronçon. « L'objectif est de mettre en service la nouvelle infrastructure en octobre 2021 », a rappelé Jacques Frossard, directeur régional de SNCF Réseau. Dès le 20 avril, les entreprises ont repris le travail à la gare d'Aix, l'un des décors principaux de cette opération érigée parmi « les priorités » du CPER par Philippe Tabarot, vice-président délégué aux transports de la région. « Cette reprise a permis de tester l'ensemble des mesures de sécurité sanitaire qui seront déclinées sur tous nos chantiers », a précisé Jacques Frossard.

Dans le sillage de ce chantier pilote, SNCF Réseau va relancer les travaux des ouvrages d'art (tunnel des Janots à Cassis, tunnel de Menton, tunnel de la Nerthe, pont-rail des Pennes Mirabeau). Et dès ce week-end, le gestionnaire du réseau ferroviaire redémarrera d'autres opérations clefs à Simiane (changement de tablier du pont-rail), Saint-Antoine (dépose de voies) et à Marseille (renouvellement des voies).

Pas de pénalités de retard

Cette reprise s'effectuera évidemment entourée des nouvelles balises sanitaires. Des balises (masques, gel hydro alcooliques, réaménagement des bases vie, etc) « qui ont un coût » a insisté Frédéric Tomasella. Une réalité que les chefs d'entreprises espèrent voir intégrée dans les factures. « On analysera ces surcoûts en toute transparence », a promis Renaud Muselier. Avant de se fendre d'un engagement : la région n'appliquera pas de pénalités de retard aux entreprises chargées de ces travaux ferroviaires. La région fermant les yeux sur les retards de la SNCF... Le monde d'après n'est décidément pas celui d'avant !




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer