AccueilEconomieOzé, une entreprise qui monte

Ozé, une entreprise qui monte

Installée à Saint-Jean-Saint-Nicolas, l'entreprise Ozé est née en 1987 à l'initiative de Bernard Chabaud. Mais aujourd'hui, c'est Emmanuel Georges qui en assure la gestion, après la lui avoir rachetée en 2012. « Une partie de notre activité est en très forte concurrence, c'est pour cela que nous avons souhaité nous engager dans une démarche de certification », souligne le gérant de la société spécialisée dans les travaux acrobatiques et d'accès difficile.
Ozé, une entreprise qui monte
M. Fauchâtre - Emmanuel Georges, un chef d'entreprise dynamique.

Economie Publié le ,

Créée en 1987, Ozéest une société de travaux en hauteur spécialisée dans l’accessibilité sur corde et la sécurité. Experte dans les travaux acrobatiques et d’accès difficile, l’entreprise est gérée par EmmanuelGeorges qui l’a rachetée en 2012 à son fondateur, Bernard Chabaud.

Sise à Saint-Jean-Saint-Nicolas, la société intervient régulièrement, aux côtés d’autres professionnels, sur les clochers, les façades de grande hauteur, les barrages, falaises ou ouvrages d’art.

« Nous intervenons sur des activités qui demandent une analyse comparative des risques, dans les endroits impossibles d’accès par les autres moyens », précise Emmanuel Georges.

Et le gérant de souligner : « C’est la diversité des activités qui me plaît, mais aussi la passion de la grimpe et la montagne ». L’entreprise emploie en moyenne huit salariés, mais son effectif peut monter en automne jusqu’à 18 personnes.

Ozé possède le label Qualibat RGE (Reconnu garant de l’environnement) et est en cours de certification pour le label MASE (Manuel d’amélioration sécurité santé environnement des entreprises). Six des huit employés possèdent leur Caces (Certification à la conduite en sécurité) pour la conduite de nacelle, le montage d’échafaudage roulant ou de pied. « Une partie de notre activité est en très forte concurrence, c’est pour cela que nous avons souhaité nous engager dans une démarche de certification », explique Emmanuel Georges.

Particularité de la société : elle est à la fois inscrite sur les registres de la chambre de métiers et de la chambre de commerce. « Une volonté de notre comptable », révèle le gérant d’Ozé. Elle est également adhérente à la fédération départementale du BTP.

Une entreprise avec de solides références

« Nous sommes de plus en plus une entreprise d’entreprises », indique Emmanuel Georges. Il ajoute : « Les entreprises traditionnelles (maçons, charpentiers, peinture) font appel à nous, en complément de leur chantier, pour réaliser des tâches qu’eux-mêmes ne pourraient accomplir. »

Concernant les références, Ozé vient d’achever un chantier sur le clocher de Saint-André-de-Cruzières, en Ardèche. « Nous sommes aussi intervenus sur le clocher de Vallauris, dans les Alpes-Maritimes », précise le gérant.

En 2015, c’est la cathédrale de Gap qui a bénéficié des services de la société. Autres chantiers importants des cordistes d’Ozé : sur le barrage du Sautet, avec la pose de fibre optique sur 1,2 km, mais aussi une intervention à Saint-Chaffrey (Hautes-Alpes), sur une conduite forcée d’alimentation d’une microcentrale hydroélectrique. Ozé a aussi la confiance d’EDF, d’ERDF, de la préfecture des Hautes-Alpes et du département.

L’entreprise intervient pour 50 % de son activité entre les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes, mais aussi sur le quart sud-est de la France. Concernant la conjoncture : « Ça se passe plutôt bien, mais il ne faut pas s’endormir », indique Emmanuel Georges.

En 2015, Ozé a été récompensée par la CCI des Hautes-Alpes. Elle a reçu un des trophées de l’entreprise, pour la qualité de son travail.

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métier et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?