Fermer la publicité

Okko élargit l'offre hôtelière toulonnaise

Var le - - Economie

Okko élargit l'offre hôtelière toulonnaise
O. Réal - L'hôtel s'insère dans un projet global, en haute ville de Toulon.

L'Okko Hôtels de Toulon, 10e établissement de cette marque française 4 étoiles créée par Olivier Devys, vit ses premières semaines d'exploitation dans un contexte pour le moins perturbé.

Ouvrir huit jours avant le confinement un projet dont le lancement remonte à 2012, ce n'est pas banal… Heureusement, « en matière d'hôtellerie on travaille dans les temps longs », explique le fondateur de la chaîne Okko, Olivier Devys, très connaisseur de son secteur. Une patience qui a permis de mener à terme le projet global de réhabilitation de la tour TPM, ex-Caisse d'Epargne, en haute ville de Toulon, sous la houlette du promoteur Altarea Cogedim (12 millions d'euros d'investissement total). L'ensemble, sous maîtrise d'ouvrage du cabinet marseillais d'architecte Tangram, comprend 46 logements de standing, une enseigne commerciale en rez-de-chaussée sur le point d'être dévoilée (probablement un brasseur), des bureaux et l'Okko Hôtel 4 étoiles de 98 chambres (toutes de 2,77 x 6 mètres). Compte tenu du contexte et des mesures sanitaires, le temps sera également plus long pour que cet établissement prenne ses marques et installe pleinement la sienne.

Convivialité, simplicité et générosité sont en quelque sorte les 3 étages de la fusée Okko, propulsée par une approche revendiquée de proximité. Son expression lifestyle est à l'inverse de l'hôtel traditionnel d'antan qui positionnait la chambre en centralité absolue. Ici c'est l'emplacement qui est central, en l'occurrence proche de la gare et du cœur de ville, tandis que la vie sort de la chambre. Le « Club » en est le symbole, érigé en fil rouge au gré des établissements. Il s'agit d'un espace de 250 m2 dans l'établissement de Toulon, ouvert 24h sur 24, doté de journaux, jus de fruit, café, en-cas à volonté et sans surcoût. Il s'y déroule aussi l'aperitivo du soir (18h30/20h - tapas offerts), et propose une offre de restauration midi et soir. Cette partie commune est en même temps accessible aux clients extérieurs de l'hôtel pour se restaurer, bruncher, effectuer un rendez-vous d'affaires, co-worker, à des coûts raisonnables. En outre, un rooftop de 200 m2, avec vue imprenable sur la place de la Liberté, attend son orientation commerciale et festive, qui se dessinera au gré de la demande.

Dynamique économique et sociale

La clientèle d'un Okko est 50% affaires et 50% loisirs, conjointement issue à parts égales du marché national et du régional/local. Le segment affaires étant absent du post-confinement et le reste en phase de retour progressif à la normale, la visibilité est pour le moment quasi nulle. Même le fonctionnement du Club est perturbé puisque le libre-service transite provisoirement par la demande « masquée ». Olivier Devys ne semble pas pour autant inquiet, ravi de la montée en gamme de Toulon, bien supérieure à l'image de la ville lorsqu'il a pris le « pari » de s'inscrire dans son développement, y compris en offre hôtelière. « Le marché est croissant. La concurrence oblige à être bon. Si nous sommes entre responsables intelligents, alors c'est productif, pour le client comme pour tous les acteurs du secteur ». Surtout si chacun déploie sa différence avec de la suite dans les idées. Olivier Devys n'en manque pas, de même que la volonté de s'inscrire dans la dynamique économique et sociale de son environnement. Si 12 à 14 personnes constituent l'équipe « maison » managée par le directeur Martin Vitté, l'emploi indirect et la création de richesses ne sont pas négligeables à la faveur des collaborations initiées avec la Bière de la rade, le Petit Biscuitier de la rue Semard, le Comptoir des Fromages à proximité, entre autres enseignes, sans oublier les sous-traitance d'entretien et de nettoyage divers.

Après Cannes et en attendant Nice Arenas en 2021, Toulon est le troisième hôtel en Provence-Alpes-Côte d'Azur de ce groupe Okko qui en compte 10 désormais et 170 collaborateurs. Marseille, voire Aix, font partie des envies de développement dans le Sud-Est.




Olivier Réal
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer