AccueilTerritoiresOIP Var : l’offre de logements pique sa crise

OIP Var : l’offre de logements pique sa crise

La délégation territoriale varoise de l’OIP, que préside Pierre-Alexandre Pernot, a marqué son tour d’horizon de la conjoncture immobilière par ses inquiétudes au regard de la crise de l’offre de logements.
OIP Var : l’offre de logements pique sa crise
O. Réal - Grosse tension sur les marchés immobiliers

TerritoiresVar Publié le ,

Le constat général de l’activité des marchés immobiliers au cours du premier semestre 2021 fait apparaître une crise de l’offre de logements qui contrarie fortement les professionnels réunis au sein de la délégation territoriale varoise de l’OIP (Observatoire immobilier de Provence). Le président Pierre-Alexandre Pernot alerte sur les causes de la situation, en premier lieu « la faiblesse du nombre de permis de construire délivrés et des mises en chantier programmées, désormais à un niveau inquiétant ».

Var : baisse des permis alarmante selon l'OIP

En fait, la pandémie n’a fait « qu’aggraver une situation déjà tendue en matière de construction de logements neufs, en la rendant encore plus aiguë ». Les professionnels des différents segments de marché ont beau mettre en garde sur les conséquences à craindre, économiques et sociales, la bonne conjoncture précédant la crise a permis jusqu’à présent de lisser les marchés dans le temps et de faire illusion. Sauf que la source commence à se tarir, ce qui est d’autant plus dommage que la ressource humaine reprend des couleurs. Dans cet écosystème, les risques sont forts de gripper la chaîne de l’acte de bâtir. Sans permis et sans construction, on ne peut plus vendre, ni acheter, ni louer, et le repli du marché fera flamber les prix. Ce qui a déjà commencé, à hauteur de + 7% à 10% dans le logement neuf, dont le stock est réduit à moins de 6 mois, soit 1 886 unités fin juin.

Le BTP du Var sur le pied de guerre

Inquiétudes sur le DPE…

S’agissant du marché résidentiel existant, le nombre de transactions demeure, à l’image du national. L’activité est très soutenue dans le Var, avec + 25% enregistrés sur un cumul de 12 mois à fin juillet 2021 (27 373 ventes), tandis que les prix progressent de 5,5% (appartements) à 6,5% (maisons). « L’immobilier est bel et bien la valeur refuge et préférée des Français, avec une accélération des projets, des taux toujours bas, un moral et une confiance au beau fixe grâce à l’accompagnement de la crise par l’Etat », selon David Garavagno, président de la Fnaim du Var. Dans ce contexte favorable, des difficultés naissent en raison du niveau bas des stocks, mais aussi de l’arrivée de nouveaux seuils DPE (diagnostic de performance énergétique) sur les logements classés G, qui ne pourraient plus être vendus ni loués sans rénovation adaptée. Dans le Var, cette problématique de « passoire thermique » toucherait quelque 10% des 150 000 logements privés et un million en France (4,8 millions au total, public/privé). Un moratoire a été demandé pour éviter de prendre les propriétaires à la gorge.

S’agissant du marché locatif, le manque de produits crée une tension qui affecte notamment ceux qui ont le plus de mal à se loger. « Lorsque l’on arrête la production du neuf, il y a un impact arrière sur la location », explique Jean-Luc Lieutaud, président de l’Unis Paca, qui dénonce par ailleurs lui aussi les conséquences des nouveaux DPE et la réaction de dernière minute du gouvernement « malgré les mises en garde depuis plus d’un an ». Le prix moyen locatif à Toulon s’établit à 13 € le mètre carré, 14 € à Hyères, 16 € à Sanary et Saint-Cyr, 11 € à Draguignan et Brignoles.

… sur la promotion…

Côté logement social, on affiche une satisfaction modeste. L’optimisme est de rigueur puisque l’objectif fixé par l’Etat en 2021 en matière d’agréments est atteint à 96% (2 260 entités attendues), mais on est loin de la coupe aux lèvres sachant que 33 000 demandes de logements sociaux dans le Var sont actives. « Nous sommes dépendants de la promotion », rappelle Martial Aubry, directeur général de Var Habitat (et ex-président de l’OIP Var), s’inquiétant des incidences pour sa propre activité de la pénurie annoncée par ses collègues, mais aussi vis-à-vis des entreprises de BTP, soutenues activement durant la crise par son Office.

Au niveau de la construction de maisons individuelles, pour Fabien Piersanti, président du Pôle Habitat FFB dans le Var et en Paca, la région se démarque de la forte poussée nationale (+18%) par une régression qui se poursuit, -13%. Si les gens veulent de la nature et du jardin, la rareté et la cherté du foncier sont de plus en plus rédhibitoires chez nous. « L’apport financier sur la part terrain est la plus importante de l’hexagone, plus encore que l’Ile-de-France. Si l’on ajoute la montée en puissance des attaques sur les permis (50% à 80% sont contestés), cela devient de plus en plus compliqué de produire du logement », s’alarme-t-il.

Le logement au cœur des enjeux des territoires tendus en Provence-Alpes-Côte d'Azur

… et sur le BTP

Les chiffres du BTP sont d’autres motifs légitimes d’inquiétude. -31% de marchés publics de TP publiés à fin juin comparés à 2019 (-18% en valeur), -9,2% de logements neufs autorisés sur un an glissant (comparé aussi à 2019) à fin juillet. « Les collectivités sont toujours convalescentes et ne parviennent pas à retrouver l’activité d’avant la crise sanitaire », regrettent Jean-Jacques Castillon et Cyril Bolliet, président et secrétaire général de la Fédération du BTP du Var. Les clés du redressement résident en grande partie dans les logements neufs et les travaux de rénovation énergétique. Le premier volet étant absent du plan de relance et le second très présent, les perspectives sont mitigées.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?