AccueilUrbanismeEcoquartier, requalification des places... De nouveaux aménagements pour Oraison

Ecoquartier, requalification des places... De nouveaux aménagements pour Oraison

Après deux premières années de mandat marquées par des investissements prudents, la commune d’Oraison choisit aujourd’hui de s’engager dans des projets plus complexes. Avec notamment la création d’un écoquartier en cœur de ville.
Ecoquartier, requalification des places... De nouveaux aménagements pour Oraison
H. Saveuse - Sur la route départementale qui donne accès au Val de Rancure, une chicane a été installée à l’essai. « Nous rencontrons de gros problèmes de vitesse sur cette portion routière », confie Benoît Gauvan, le maire d'Oraison.

UrbanismeAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Le maire d’Oraison a pris ses marques. Arrivé au terme de ses deux premières années de mandat, où il a lancé majoritairement des travaux en régie pour préserver les finances communales, Benoît Gauvan change de braquet et se projette désormais dans de grands projets d’aménagements urbains. Il entend dessiner les contours de sa ville de demain accompagné par son équipe municipale. Des aménagements qui sauront préserver les terres agricoles et qui passent notamment par la construction d’un écoquartier en plein cœur de ville sur une friche industrielle de huit hectares.

Un écoquartier en plein cœur de ville

L’élément déclencheur ? L’entrée dans le dispositif 'petites villes de demain', lancé par l'Etat, qui débloque des marges de manœuvre financières à la commune bas alpine. « Grâce à ce programme et aux financements qu’il permet d’obtenir, la commune peut à nouveau imaginer son avenir, en dehors des seuls travaux de gestion du quotidien, nécessaires », explique sans détour Benoît Gauvan, le maire d’Oraison. « Pour l’instant nous en sommes aux prémices du projet. Nous avons identifié deux parcelles en plein cœur de ville dont l’une est l’ancien abattoir, racheté par l'Etablissement public foncier Provence-Alpes-Côte d'Azur et l’autre, une parcelle privée, est en cours de négociation. Le chargé de projet a déjà été recruté, il travaille actuellement sur le sujet », indique le maire avant d’en donner les grandes lignes.

« L’idée serait de reconstruire sur la ville sans grignoter les terres agricoles, de bâtir la ville de demain en tenant compte des enjeux de demain. Nous prévoyons d’édifier des bâtiments économes en énergie, de désimperméabiliser les sols, de végétaliser la ville, d’apporter plus de nature. Mais aussi de créer une chaufferie centrale pour tout le quartier et même des locaux communaux attenants. Nous imaginons construire des logements sociaux et en accession à la propriété, un pôle culturel en partenariat avec la DLVAgglo, une médiathèque, une école de danse, une école de musique, une salle de spectacle d’environ 250 places. On parle aussi de la création d’une maison de santé sociale. En bref, nous voulons créer un endroit où l’on recrée du lien.Nous allons faire comme à Volonne mais en mieux », s’amuse l’élu.

Améliorer le cadre de vie

Mais outre la création de cet écoquartier, la municipalité a décidé de se lancer dans un réaménagement de la ville pour apporter un meilleur cadre de vie aux habitants. Pour cela, la collectivité prévoit un programme de requalification de ses places. La première a en faire les frais sera la placette Félix Allibert, située au bout de la rue Joseph Latil qui vient, elle même, d’être rénovée. « Nous prévoyons de requalifier totalement cette petite place en plein cœur de la ville ». Aujourd’hui, un bâtiment central très abîmé surplombe la placette et les voitures y sont stationnées de façon anarchique. « L’objectif est de donner plus de lisibilité. Le bâtiment délabré sera démoli et de nouveaux espaces seront aménagés. Nous prévoyons de faire intervenir un paysagiste bien que notre équipe a d’ores et déjà dessiné les grandes lignes de cette requalification. L’accent sera mis sur une re-végétalisation mais il restera naturellement des places de stationnement. Elles seront rationnalisées », détaille l’édile oraisonnais qui table sur un investissement de 27 000 € pour la seule placette Félix Allibert.

Oraison : le casse-tête de la rénovation des voiries en centre ancien

Pour améliorer le cadre de vie, l’élu compte aussi sur la rationalisation des comportements routiers de ses administrés. Sur la route départementale qui donne accès au Val de Rancure, il a, avec le concours du Département des Alpes de Haute-Provence, installé une chicane à l’essai, « nous rencontrons de gros problèmes de vitesse sur cette portion routière ». Un automobiliste aurait été flashé à 140 km/h sur la portion limitée à 50 km/h. « Lorsque nous aurons trouvé l’emplacement le plus approprié, nous lancerons les travaux qui sont programmés d’ici une quinzaine de jours », annonce-t-il.

Le maire prévoit également de construire un parc pour enfant au sein de l’école maternelle Henri Matisse pour un montant de 13 500 €, lancer la démolition/reconstruction du préau de l’école élémentaire Lucienne Chailan pour un montant de 48 000 €. Les projets d’investissements ne manquent donc pas sur la commune. L’établissement du budget annuel, dans le courant du mois de mars, permettra d’en affiner les programmations et les calendriers.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?