AccueilUrbanismeNice : l'hôtel des polices attendu en 2025

Nice : l'hôtel des polices attendu en 2025

L'Etat va très largement financer ce projet inédit dont le coût global est évalué entre 200 et 220 millions d'euros. Un marché global de performance a été lancé.
Nice : l'hôtel des polices attendu en 2025
R. Mario - Le président de la République Emmanuel Macron est venu sur place à l'hôpital Saint Roch et a dialogué avec les acteurs de la sécurité.

UrbanismeAlpes-Maritimes Publié le ,

« Le projet d'hôtel des polices de Nice va voir le jour. Les crédits ont été votés et il s'inscrit parfaitement dans la politique de coopération que nous voulons instaurer entre l'ensemble des services de l'Etat et les partenaires pour renforcer la sécurité des Français », a déclaré Emmanuel Macron lors de son déplacement dans les Alpes-Maritimes et son passage sur le site de l'ancien hôpital Saint-Roch.

Cette emprise urbaine en centre-ville (plus de 1,3 hectare, rassemblant un corps de bâtiment principal édifié au XIXe siècle avec son atrium et plusieurs extensions ajoutées au fil du temps), aujourd'hui presque totalement désaffectée, va permettre la création d'un équipement public inédit en France, imaginé et soutenu par la Ville depuis plusieurs années. Il s'agit d'un lieu de regroupement de l'ensemble des services de la police nationale (1 200 personnes) et de la police municipale (800 agents) qui abritera également l'agence de gestion des risques de la Métropole Nice Côte d'Azur. « Sur un site patrimonial, nous allons offrir des conditions d'accueil et de travail optimales aux administrés et aux forces de l'ordre. Et nous mettrons à la disposition de la police nationale, tous les équipements technologiques que nous avons développés ces dernières années pour renforcer la sécurité », assure le maire de Nice, Christian Estrosi.

Nice : la ville s'apprête à acquérir l'ancien hôpital Saint-Roch

Accélération au cours des derniers mois

Il s'agit en particulier du centre d'hypervision urbain qui regroupera sur près de 3 000 m2 et deux niveaux une série d'outils et de moyens technologiques dédiés à la sécurité : le centre de commandement de la police municipale, le centre multimodal des déplacements, le PC sécurité, le poste de commandement communal, une plateforme numérique d'hypervision pour la coordination des polices, etc. Coût de ce seul équipement pris en charge par la Ville : 20 millions d'euros, sur une participation totale de 28 millions d'euros.

Ce projet d'hôtel des polices a évolué plus ou moins rapidement au cours des années passées au gré des changements de gouvernement mais il vient de connaître une accélération ces derniers mois. Grâce notamment au plan de relance et à la mobilisation de 172 millions d'euros par l'Etat qui en sera le principal maître d'ouvrage et qui a nommé un sous-préfet dédié à cette opération, Luc Ankri. Un marché global de performance a été lancé par le Sgap (Secrétariat général pour l'administration de la police) en novembre dernier, précédé de l'attribution d'une mission d'AMO à Amexia (groupe Projex).

La procédure, après la sélection de trois groupements et une phase de dialogue compétitif, devrait aboutir à la désignation d'un lauréat au début de l'été. Le planning prévoit ensuite des premiers travaux (désamiantage, démolition) à partir de la rentrée 2022 puis de travaux de construction proprement dits à partir de début 2023 pour une livraison de l'équipement courant 2025.

Un marché comportant de nombreux engagements

Le coût global de ce projet est à la hauteur des surfaces qui devront être aménagées sur un site contraint (conservation d'une partie du bâti, ouvrages en infrastructure, rabattement de nappe, etc.), au cœur du tissu urbain : entre 200 et 220 millions d'euros hors voirie dont 150 millions de travaux HT pour créer 40 000 m2 de surface de plancher hors stationnement en sous-sol (près de 900 places). La procédure retenue - le marché global de performance - pour faire sortir de terre cet équipement hors norme va faire peser sur le groupement lauréat de nombreuses obligations : démarche environnementale globale (label BDM niveau argent requis au minimum), production d'énergies renouvelables, commissionnement pour les engagements de performances, utilisation du BIM, exploitation-maintenance pendant plusieurs années, etc.

En 2019, la Ville s'était porteur acquéreur du foncier auprès du CHU de Nice pour 40 millions d'euros mais il devrait redevenir à terme partiellement propriété de l'Etat.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 juin 2022

Journal du22 juin 2022

Journal du 15 juin 2022

Journal du15 juin 2022

Journal du 08 juin 2022

Journal du08 juin 2022

Journal du 01 juin 2022

Journal du01 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?