AccueilTerritoiresNice : le PPP du marché d'intérêt national stoppé par les recours

Nice : le PPP du marché d'intérêt national stoppé par les recours

La Métropole Nice Côte d'Azur s'apprête à mettre fin au contrat de partenariat passé avec Bouygues Construction pour transférer son marché d'intérêt national (MIN) à La Gaude. La conséquence des recours qui hypothèquent le calendrier de l'opération.
Le nouveau du MIN sur les terrains de la Baronne à La Gaude, tel qu'il était prévu en PPP.
SNMA - Le nouveau du MIN sur les terrains de la Baronne à La Gaude, tel qu'il était prévu en PPP.

TerritoiresAlpes-Maritimes Publié le ,

« Nous étudions la possibilité de rompre le partenariat public-privé (PPP)qui nous lie à Bouygues Construction pour construire un nouveau MIN [marché d'intérêt national, NDLR] à La Gaude. Mais il n'est pas question d'accepter les demandes de Bouygues qui réclame 15 millions d'euros pour résilier le contrat » affirme Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur.

Nice : la Caisse des dépôts et Bouygues Immobilier lauréats « pressentis » du PPP du MIN

Près de cinq ans après avoir été attribué au groupe de BTP, associé à la Caisse des Dépôts, le transfert des installations des MIN fleurs et alimentaire du Grand Arénas sur les terrains de la Baronne à La Gaude est toujours au point mort, plombé par les recours et la situation menace le développement de l'Eco-Vallée. En particulier, la Métropole, qui sans la libération des terrains du Grand Arénas ne peut pas engager la réalisation de son futur parc des expositions et des congrès (PEC) de 40 000 m2 et 160 millions d'euros, le pivot du développement futur, avec la gare multimodale, de la ZAC du Grand Arénas. Et elle va se retrouver confrontée, à cause de ces retards, aux conséquences d'une résiliation d'un contrat de PPP.

Nice : l'Eco-Vallée intensifie les consultations utilisateurs

Nouveau montage pour le transfert du MIN

La situation devient d'autant plus urgente que ce parc des expositions et des congrès est destiné à remplacer l'actuel palais des congrès Acropolis... dont les travaux de déconstruction, après ceux du TNN, vont démarrer dès janvier prochain dans le cadre du projet d'extension de la promenade du Paillon sur huit hectares. La Ville et la Métropole ont bien prévu des solutions pour accueillir à court terme (pendant deux à trois ans) les manifestations au Palais des expositions et à Nikaïa mais il n'est pas question d'abandonner le projet de PEC.

Nice : avec la phase 2 de la promenade du Paillon, la ville-jardin s'étend

« Compte tenu des délais qui vont être nécessaires pour combattre les recours dilatoires et sécuriser le transfert du MIN à La Gaude, nous avons décidé d'abandonner ce transfert.Nous allons mettre en œuvre un autre montage afin de réaliser comme prévu un grand palais des expositions et des congrès au Grand Arénas qui nous mettra au même niveau que Barcelone ou Milan » annonce Christian Estrosi.

Ce montage va se faire en deux étapes. Début 2024, et si l'Etat donne son accord, le MIN Fleurs sera relocalisé à Saint-Laurent-du-Var, dans un entrepôt privé. Pour le MIN alimentaire, un appel à projets sera lancé début 2023 pour recenser les sites publics ou privés, existants ou programmés, permettant d'accueillir cet équipement. « Ce centre devra être à haute performance écologique et offrir les meilleures conditions d'exploitation pour les activités agroalimentaires » explique Christian Estrosi. La solution retenue et le calendrier devraient être connus au premier trimestre 2023.

La consultation du PEC va être lancée

Ces solutions de remplacement du transfert du MIN en PPP n'obèrent pas, selon la Métropole, le calendrier du futur PEC. Titulaire d'une concession d'aménagement, la SPL Côte d'Azur Aménagement, va lancer début 2023 la consultation de constructeurs/exploitants pour réaliser ce PEC, couplé à un parc paysager de 5 hectares. Il prendra place dans l'infrastructure actuelle du MIN Fleurs, conservée et adaptée. La livraison est prévue en deux tranches, en 2025 puis en 2027.

Lors de son dernier conseil métropolitain, Nice Côte d'Azur a garanti l'emprunt souscrit par la SPL Côte d'Azur Aménagement pour lancer les opérations.

L'enjeu du maintien du projet de PEC au Grand Arénas dépasse largement les questions de développement urbain et touche aussi les investissements qu'ont déjà consenti les opérateurs hôteliers pour renforcer les capacités d'accueil de ce secteur, la future porte d'entrée de la métropole. Beaucoup de nouveaux hôtels sont déjà sortis de terre en anticipation du développement économique du quartier d'affaires et plus de 1000 chambres supplémentaires sont programmées d'ici 2025.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 février 2023

Journal du01 février 2023

Journal du 25 janvier 2023

Journal du25 janvier 2023

Journal du 18 janvier 2023

Journal du18 janvier 2023

Journal du 11 janvier 2023

Journal du11 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?