AccueilBTPNice : le chantier du Campus Sud des Métiers fonce vers la rentrée 2021

Nice : le chantier du Campus Sud des Métiers fonce vers la rentrée 2021

Cet équipement de 88 millions d'euros TTC, dédié à la formation par l'alternance, est en train d'émerger au cœur de l'Eco-Vallée et sera totalement achevé en 2022. Le chantier, en corps d'état séparés, fait appel au BIM et au Lean Construction.
Nice : le chantier du Campus Sud des Métiers fonce vers la rentrée 2021
Arie Botbol - English comment ... Description française....

BTPAlpes-Maritimes Publié le ,

Un projet public majeur pour l'Eco-Vallée, qui a nécessité une longue mise au point, mais qui sera au rendez-vous à la rentrée 2021 avec l'ouverture d'une première tranche de l'équipement. Et elle sera suivie un an plus tard de la livraison de la totalité du complexe. Près de 18 mois après le lancement des travaux, le chantier du Campus Sud des Métiers, le futur grand pôle de formation en alternance du territoire azuréen porté par la chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur et ses partenaires Etat et collectivités, avance désormais à bon rythme. Après avoir tout de même dû surmonter deux obstacles : la découverte d'une zone amiantée au moment du démarrage (quatre mois d'arrêt de chantier plus un mois de ralentissement des cadences) ; la crise de la Covid, avec une nouvelle interruption au printemps 2020 suivie d'une reprise progressive. Une reprise qui est allée de pair avec la mise en place des indispensables mesures de protection sanitaires des compagnons présents sur le chantier.

« A ces aléas, sont venues s'ajouter les contraintes d'approvisionnement et de gestion d'une opération aujourd'hui menée en milieu urbain, dans la mesure où les projets d'aménagement se sont multipliés autour de notre site au fil des mois. L'ensemble de ces difficultés rend d'autant plus remarquable les délais qui vont être tenus », confirme Pascal Nicoletti. vice-président de la CCI Nice Côte d'Azur, maître d'ouvrage.

Trois grues et près de 70 entreprises

On peut ajouter à la complexité de cette opération (24 200 m2, 88 millions d'euros TTC d'investissement global) le fait que le maître d'ouvrage principal, la CCI Nice Côte d'Azur, et le co-maître d'ouvrage, Habitat 06, ont fait le choix d'une réalisation en corps d'état séparés (22 lots attribués) pour favoriser les retombées de l'investissement dans le tissu économique local. A l'arrivée, cela va se traduire par la participation de près de 70 entreprises (entreprises principales et sous-traitantes) à ce chantier.

Imaginée par Jean-Philippe Cabane et Corinne Vezzoni, cette pièce urbaine, qui rassemble des locaux d'enseignements et des ateliers mais aussi des espaces communs, du logement (100 studios pour les alternants, 48 logements sociaux), un gymnase, se présente comme une série de parallélépipèdes imbriqués les uns avec les autres. Ils sont réunis autour d'un îlot central et une émergence verticale (R+17) sur l'avenue Simone Veil sert de « signal » architectural au projet.

En charge du macro-lot principal (dépollution, terrassements, fondations spéciales, gros œuvre, façades,VRD), les équipes de Fayat Bâtiment ont bouclé fin mai le terrassement et les fondations et dans la foulée, la réalisation de la dalle basse du sous-sol. Avec trois grues en place dès la mi-juin, les élévations ont connu un coup d'accélérateur au cours des dernières semaines. Le clos couvert de la zone sud est pratiquement achevé et les façades des bâtiments, très ouvertes et transparentes, sont équipées de leur menuiseries aluminium fabriquées par la société Meozzi, implantée à Lamanon (Bouches-du-Rhône).

Des modes constructifs mixtes

« Nous avons retenu avec l'entreprise de procédés constructifs mixtes : du coulage en place avec le procédé GBE - un mur béton avec l'isolant intégré -, de la préfabrication hors site, avec des prémurs et des poutres de 13 tonnes pour le gymnase mais aussi de la préfabrication sur site pour d'autres éléments de structure, malgré les contraintes de place de ce chantier », détaille l'architecte Maxime Claude, associé de l'agence de Corinne Vezzoni. Les équipes de Fayat Bâtiment viennent également d'amorcer la pose des brise-soleil en BFUP : 650 panneaux de 2,40 m de large et d'un poids de 3 tonnes par module. Ils vont protéger les bâtiments de l'ensoleillement mais serviront aussi à unifier les différents volumes de cette composition urbaine par la présence de ces ventelles verticales de béton clair. Ces panneaux sont réalisés dans l'usine Méditerranée Préfabrication de Vinci Construction, à Marignane. « Nous avons mis au point avec l'industriel et le bureau d'étude Lamoureux-Ricciotti spécialisé dans les ouvrages en BFUP, un outillage spécifique constitué d'un retourneur et d'un palonnier qui permettent de déplacer puis d'installer avec la grue chaque panneau sur son emplacement », expliquent Kader Saadat, directeur d'exploitation de Fayat Bâtiment et Dorian Delforno, conducteur de travaux. En partie nord du site, la tour d'étaiement du bâtiment en élévation est en cours de mise en place et plusieurs entreprises des corps d'état techniques (Dalkia pour le lot CVC-plomberie, Snef, Montelec et Jean Graniou pour les lots électricité des bâtiments de formation et d'habitat, etc.) sont également à pied d'oeuvre.

Recours au Lean Construction

Projet conçu en BIM, le Campus Sud des Métiers est aussi innovant dans l'organisation du chantier avec la mise en œuvre d'un outil complémentaire, le Lean Construction. « Nous avons décidé en 2020 de recourir à cette méthode de gestion et du pilotage des travaux, venue de l'industrie. C'est un levier actionné pour sécuriser les délais et les budgets d'une opération qui mobilise beaucoup d'intervenants et génère de nombreuses interfaces dans l'exécution des lots », explique Stéphane Attali, le directeur de travaux de la CCI Nice Côte d'Azur.


A lire aussi : Lean Construction : une nouvelle formule de management pour les entreprises du BTP ?


L'instance consulaire a fait appel à la société Imma au travers d'un marché spécifique. Imma intervient en appui de l'OPC, Serendia, et a mis en place, au travers d'une démarche collaborative mobilisant les acteurs du chantier (chefs d'équipes, conducteurs de travaux, etc.) une planification optimisée, géotemporelle, avec un logiciel spécifique. « Nous passons en revue tous les éléments de la chaîne de valeur du chantier, l'approvisionnement, les flux, la mise en œuvre de l'outil de production, etc., avec pour objectifs de rationaliser les tâches et d'introduire davantage de méthode dans les façons de travailler. Mais le processus est avant tout fondé sur l'intelligence collective », précise Sophie Muhlsteff, représentante d'Imma sur le chantier. Une organisation nouvelle qui se traduit par la mise en œuvre d'outils partagés de planning et par pilotage au jour le jour de l'avancement du chantier.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?