AccueilUrbanismeNice : Joia Méridia bientôt en phase gros œuvre

Nice : Joia Méridia bientôt en phase gros œuvre

Malgré un contexte économique contraint, le plus grand programme immobilier de la Côte d'Azur, engagé en 2021, avance. Objectif : la livraison de la totalité de ce macro-lot urbain pour mi-2025.
L'immeuble Hana de Sou Fujimoto sera le bâtiment emblématique du quartier.
Pitch Promotion - L'immeuble Hana de Sou Fujimoto sera le bâtiment emblématique du quartier.

UrbanismeAlpes-Maritimes Publié le ,

Près de cinq ans après le choix du binôme Pitch Promotion (mandataire) / Eiffage Immobilier, le chantier de Joia Méridia, le futur grand quartier d'habitation de la technopôle Nice Méridia au sein de l'Eco-Vallée (près de 800 logements prévus dans un quartier de ville à part entière), va passer, en mars 2023, en phase gros œuvre. Et l'objectif aujourd'hui des porteurs du projet, un peu plus d'un an après le démarrage des travaux d'infrastructure, est une livraison de la totalité de l'opération, sans phasage, entre fin 2024 et mi-2025. « Après les parois moulées et les fondations spéciales, les terrassements et les radiers de la principale poche de stationnement se poursuivent. Une fois la totalité de l'infrastructure achevée, la construction des bâtiments pourra s'engager », confirme Jean-Yves Raimond, directeur grands projets chez Pitch Promotion.

Nice Eco-Vallée : l'aménagement de nouveaux îlots se prépare dans la plaine du Var

Cet été, des consultations ont été lancées par Pitch Promotion pour les projets immobiliers dont il assure la maîtrise d'ouvrage (les lots M1, M2, M6 et M7 de Joia Méridia) avec l'objectif d'avoir attribué l'ensemble des marchés courant octobre. « Notre volonté est de faire appel aux entreprises locales ou régionales, en incitant si nécessaire à des regroupements », explique Jean-Yves Raimond.

Mise au point complexe

Le chantier, pour la partie assurée en maîtrise d'ouvrage par Pitch Promotion (65 % de l'opération), s'annonce de grande ampleur avec quelque 100 millions d'euros d'investissements et 250 personnes mobilisées quand il tournera à plein régime, au deuxième semestre 2024. Pour les 35 % dont Eiffage va assurer la réalisation, l'organisation est quelque peu différente : le groupe de BTP qui a pris en charge le gros œuvre de l'infrastructure de Joia Méridia, est mandataire des corps d'état techniques des parkings et réalisera ses lots (M3, M4.1 et M5) avec ses équipes et de la sous-traitance.

Pour les terrassements et les fondations spéciales, sont intervenues Enatra, Lenta, et Monafond. Au sein de cette opération qui comporte 35 % de logements aidés (du locatif social, de l'accession maîtrisée, de l'accession sociale), le bailleur 3F Sud, partenaire du groupement, est également maître d'ouvrage du lot M4.2 (35 logements en accession sociale à la propriété).

Pour rendre ce projet de 75 000 m2 de surface de plancher opérationnel, qui mobilise sept équipes d'architectes et paysagistes autour de l'agence Lambert-Lenack, les architectes coordonnateurs, de multiples obstacles ont dû être franchis : une longue phase d'études et de mise au point administrative, la sécurisation des quatorze permis de construire délivrés par l'Etat, la préparation et l'organisation d'un chantier contraint qui va être mené sur deux hectares seulement et qui emploiera jusqu'à onze grues...

« Campus Joia », première livraison

Plusieurs immeubles sont actuellement en commercialisation : l'immeuble signal « Hana » de Sou Fujimoto, sur l'avenue Simone Veil (plus de 50 mètres de hauteur), l'immeuble « Reva » de Cino Zucchi et ses 96 logements également sur le front urbain de Joia Méridia, l'ensemble en L « Ayla » dessiné par Carta-Reichen et Robert Associés, le « Campus Joia » (une résidence étudiante de 168 chambres pour investisseurs) de l'agence Dream qui sera le premier bâtiment de Joia Méridia à sortir de terre. Il devrait être suivi du bâtiment emblématique du quartier, l'ensemble « Hana » de Sou Fujimoto avec ses terrasses en forme de pétales, percées de puits de lumière et s'élargissant avec la hauteur de l'édifice.

Mipim : l'Eco-Vallée très active

« Ce sera un des défis techniques de Joia Méridia. Cet ouvrage sera mixte avec une ossature béton et une structure acier pour les balcons, compte tenu de leur dimension et de leur porte à faux. Cette solution va également permettre de recourir à la préfabrication », détaille Jean-Yves Raimond. L'étude de ce projet a été confié au bureau d'études techniques montpelliérain André Verdier, le même qui a participé à la construction de « l'Arbre Blanc » de Sou Fujimoto à Montpellier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?