AccueilTerritoiresNathalie Bicais, maire de La Seyne : « Bois Sacré est la victoire des convictions »

Nathalie Bicais, maire de La Seyne : « Bois Sacré est la victoire des convictions »

Le protocole d’accord signé entre la ville de La Seyne et le groupe Constructa a mis fin au différend qui tournait à la polémique politique et permis de relancer le projet Bois Sacré. Explications avec la maire Nathalie Bicais.
L’environnement est en première ligne du projet Bois Sacré, à La Seyne.
O. Réal - L’environnement est en première ligne du projet Bois Sacré, à La Seyne.

TerritoiresVar Publié le ,

TPBM : Que devient le projet Bois Sacré initialement porté par le groupe Constructa, puis contesté par la Ville à votre arrivée en qualité de maire, en juin 2020 ?

Nathalie Bicais : Nous sommes parvenus à une solution avec le promoteur, concrétisée par un protocole d’accord qui répond aux attentes de chacun. Mes trois demandes incontournables ont été acceptées, à savoir une véritable dépollution, une ouverture du site aux Seynois, la réalisation d’une aire de retournement pour le futur BHNS afin de développer les mobilités douces. Les constructions seront réalisées sur la base du premier projet, mais avec des évolutions notoires. Nous passons de 352 logements privés à 222, dont 60 sociaux et peut-être plus selon nos discussions hors protocole, ainsi que 100 logements pour les seniors dans une résidence dédiée. Ce volet intergénérationnel est très important. La part d’espaces boisés passe de 4 706 m2 à 23 000 m2 (+388 %) profitant à la population, incluant une micro-forêt Miyawaki (1 000 m2), des jeux d’enfants, des cheminements pour se promener, l’ensemble privilégiant la protection de l’environnement. Cela change tout dans l’approche, dans les échanges…

La Seyne-sur-Mer : la concertation sort du Bois Sacré

Concrètement quelles sont les échéances immédiates de cet accord ?

Les recours sont arrêtés et nous avançons ensemble de façon constructive en application de cet accord gagnant/gagnant approuvé en conseil municipal. J’assume ce projet tel qu’il est en ayant le sentiment que Bois Sacré est la victoire des convictions. Le permis doit être partiellement modifié au regard des changements évoqués, y compris en raison de diminutions de la hauteur (un étage de moins) sur trois bâtiments. Sinon, les premières opérations vont pouvoir être lancées très rapidement, avec une attention particulière au déploiement d’un chantier vert [impacts limités, faibles nuisances, déchets recyclés..., NDLR], sachant que la fin de programme est envisagée en 2026. En même temps d’ailleurs que la dernière phase de rénovation de la Corniche.

Quels sont les autres éléments positifs de ce dénouement ?

Cette histoire était embêtante pour tout le monde. Pour l’image de la ville, pour l’image du projet, pour l’image du groupe qui n’aurait pas été dans les meilleures dispositions pour le commercialiser. Ce dénouement positif l'est aussi évidemment pour la population. Le constructeur a compris que le volet espaces naturels rétrocédés aux Seynois est essentiel. Cette partie environnementale qui était problématique est devenue une force et je m’en réjouis…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 07 décembre 2022

Journal du07 décembre 2022

Journal du 30 novembre 2022

Journal du30 novembre 2022

Journal du 23 novembre 2022

Journal du23 novembre 2022

Journal du 16 novembre 2022

Journal du16 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?