AccueilEconomieNactim Intérim joue collectif

CRESS PACA Nactim Intérim joue collectif

Créée par des établissements médicaux et médico-sociaux varois pour pallier les besoins récurrents de personnels non permanents, Nactim Intérim s'appuie sur une mutualisation des RH entre les structures adhérentes et la montée en compétences de ses intérimaires.
Nactim Intérim joue collectif

EconomieVar Publié le ,

L'union fait la force : c'est en partant de ce constat que trois associations varoises du secteur médico-social et médical ont opté en 2016 pour une mutualisation de leurs personnels non permanents en créant Nactim, une agence d'intérim spécialisée dans le secteur de la santé et administrée sous forme de coopérative. L'objectif, comme l'explique Camille Darcourt-Potier, la directrice de Nactim Intérim Provence Méditerranée, est la « mise à disposition, sans but lucratif, de personnels appelés à renforcer les équipes existantes lors de missions ponctuelles (CDD), en cas de surcroît d'activité, d'absences ou de congés des salariés des associations ».

Une formule d'autant plus séduisante pour les employeurs que la prestation facturée par Nactim est une tarification à prix coutant, contrairement à une agence d'intérim « classique ». La structure juridique de Nactim, une SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif), lui permet en effet de bénéficier de dispositifs d'aides (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi­, exonération de la TVA…). L'autre avantage, pour les associations partenaires, est l'externalisation de la gestion RH des employés, qui sont recrutés, formés et rémunérés par la SCIC.

En cinq ans, Nactim Intérim a séduit une vingtaine de nouvelles structures adhérentes, basées pour l'essentiel en Paca, qui se sont progressivement ajoutées aux cinq fondateurs (Adapei 83, Espérance Var…), mais aussi essaimé au-delà de la région (dans le Gard, la Corse et même le Cantal). Contrairement à une agence de travail temporaire classique, issue du secteur marchand, Nactim Intérim souhaite se positionner comme un partenaire des structures adhérentes et non comme un prestataire. « Nous attendons des associations adhérentes qu'elles s'engagent et engagent leurs équipes à nos côtés », souligne Camille Darcourt-Potier.

L'accompagnement des personnels

Concernant les intérimaires, les profils de postes proposés couvrent l'essentiel des métiers les plus recherchés dans les secteurs du médical et du médico-social : éducateurs techniques ou spécialisés, aide-soignants, surveillants, infirmiers, psychologues… « Nous accompagnons également des personnels, qui ne bénéficieraient pas des qualifications recherchées, à monter en compétence », précise la directrice de Nactim.

« Notre rôle ne se borne pas au recrutement/placement des personnels. Nous travaillons avec eux sur leur parcours de carrière, en leur proposant des modules de formations en e-learning. »

Cette montée en compétence peut également prendre la forme de contrats d'alternance, au sein d'une des structures adhérentes.

Nactim, qui emploie 19 salariés et compte 3 555 intérimaires actifs, a totalisé 1,66 million d'heures travaillées en 2020. « Nous entrons désormais dans une phase de consolidation de la structure », résume Camille Darcourt-Potier qui a enregistré, avec la pandémie de Covid-19, un surcroît d'activité en 2020. Cette situation devrait logiquement se poursuivre en 2021 : un de ses adhérents, l'antenne régionale de la Croix-Rouge française, est en effet mandaté par l'Agence régionale de santé (ARS) pour la prise en charge de la Cellule territoriale d'appui à l'isolement. Une mission pour laquelle Nactim se prépare à fournir un appui, via un accompagnement RH et la mise à disposition de personnels non permanents.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?