AccueilUrbanismeMipim : Euroméditerranée et ONU Habitat partenaires pour l’émergence de la ville durable au Sud

Mipim : Euroméditerranée et ONU Habitat partenaires pour l’émergence de la ville durable au Sud

Lors du Mipim à Cannes, l’EPA Euroméditerranée et l’agence ONU Habitat ont signé un partenariat pour promouvoir un modèle d’aménagement durable en phase avec l’environnement des villes du Sud.
Mipim : Euroméditerranée et ONU Habitat partenaires pour l’émergence de la ville durable au Sud
W. Allaire - Christine Auclair, responsable en charge des plaidoyers et des campagnes d’ONU Habitat et Hugues Parant, directeur général de l’EPAEM, lors de la signature du partenariat.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

L’agence ONU Habitat et l’Etablissement public d’aménagement Euroméditerranée (EPAEM) ont signé une convention de partenariat triennale ce mercredi 16 mars à Cannes, lors du Mipim, le marché international des professionnels de l'immobilier. Premier du genre paraphé par l’instance onusienne avec un EPA français, cet accord vise à exporter l’expertise de l’aménageur en Afrique. « Dans les trente prochaines années, 90 % du développement urbain se réalisera dans les pays du Sud. Or, ils sont pour la plupart dépourvus de capacité d’ingénierie en matière d’aménagement. Notre mission est justement de les aider à mettre en œuvre des projets de ville durable », explique Christine Auclair, responsable en charge du plaidoyer et des campagnes au sein d’ONU Habitat.

Présente dans 90 pays, l’agence dispose d’un pipe-line de 55 projets urbains dans des pays émergents, en Afrique, Asie et en Amérique du Sud. « Des projets avec de forts potentiel d’investissement en matière de logement et d’infrastructure urbaine », précise la technicienne onusienne. Seul hic : la majorité de ces programmes se situe dans des pays à risque sur le plan politique : « Cette instabilité rend les investisseurs frileux. Avec la plateforme Cities Investment Facility, ONU Habitat analyse et sélectionne des projets urbains en ligne avec les objectifs de développement durable et les rend éligibles à des financements en vue de leur fournir un soutien opérationnel », décrypte Christine Auclair.

Cap sur l’Afrique subsaharienne

Dans cette démarche de coopération décentralisée, l’engagement de l’EPAEM sera fléché vers les pays de l’Afrique subsaharienne. « La France a des champions à l’international dans les secteurs de la construction et de l’architecture. Son savoir-faire dans le domaine de l’aménagement est moins connu. Euroméditerranée déploie justement de nombreuses actions de coopération avec la rive sud de la Méditerranée à travers le concours Med’Innovant Africa et l’animation du réseau des aménageurs de la Méditerranée aux côtés de l’Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem) », déroule Hugues Parant.

"Les réserves foncières d'Euroméditerranée nous laissent des marges pour agir"

Cette expertise d’ensemblier, le directeur général de l’EPAEM souhaite la mettre au service de métropoles africaines porteuses de projets de développement. « Pour faire face au boom démographique, l’Afrique a des besoins immenses en habitat et en services urbains. Trop souvent c’est le modèle de la smart city anglo-saxonne qui est déployé dans ces métropoles. Un modèle qui n’est pas adapté à leur écosystème. Il ne s’agit pas non plus de reproduire les erreurs commises avec l’urbanisation intensive adoptée en Europe dans les années 60/70. A contrario, Euroméditerranée promeut un modèle de ville méditerranéenne durable en phase avec le climat du Sud. Une démarche innovante frugale basée sur les usages, qui tire parti des ressources de son territoire sans renier son histoire », précise Hugues Parant.

Nécessaire partenariat public-privé

A travers ce partenariat, ONU Habitat et l’EPAEM s’engagent dans un premier temps à identifier les villes de la rive Sud en mal d’ingénierie urbaine. « Grâce à notre réseau, nous allons accompagner les métropoles du Sud dans l’analyse de leurs besoins d’aménagement », avance la dirigeante de l’agence onusienne. Une fois ces besoins identifiés, l’EPAEM interviendra dans une mission proche de celle d’un assistant à maitrise d’ouvrage (AMO) pour épauler les autorités locales dans le pilotage de leurs projets. Un appui technique de nature à sécuriser le passage en mode opérationnel. Et à rassurer les investisseurs potentiels. Un enjeu crucial dans ces projets budgétivores.

« A l’instar de ce que l’on réalise depuis 25 ans à Marseille, la clef de la réussite dans les grandes opérations d’aménagement repose sur le partenariat public-privé », souligne le directeur d’Euroméditerranée.

D’ores et déjà, cinq métropoles africaines sont dans les radars des deux instances. Des villes appelées à être les laboratoires de l’urbanisation durable en mode low cost/easy tech.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?