Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Métropole niçoise : l'investissement, priorité de Christian Estrosi

le - - Territoires

Métropole niçoise : l'investissement, priorité de Christian Estrosi
Métropole Nice Côte d'Azur - ESSIA - ENODO - Cette politique offensive va notamment servir à achever la réalisation des lignes 2 et 3 du tramway.

Malgré le financement en cours du tramway, le plus important investissement jamais réalisé par la métropole, Nice Côte d'Azur veut encore augmenter ses dépenses d'équipements sur la période 2018-2020. Pour cela, elle a décidé d'actionner le levier fiscal.

À l'inverse d'autres métropoles et malgré le financement en cours de la ligne 2 du tramway est-ouest (près de 800 millions d'euros), la métropole Nice Côte d'Azur a décidé de donner un coup de pouce supplémentaire à ses investissements sur la période 2018-2020. Le budget mobilisé représente 420 millions d'euros sur trois ans, soit 140 millions d'euros par an dans le budget principal, contre 114 millions d'euros votés en 2017. Avec les budgets annexes, l'investissement total va passer de 382 millions d'euros en 2017 à 414 millions d'euros en 2018.

Cette hausse des investissements est un « bon choix » selon Philippe Gautier, président de la fédération du BTP dans les Alpes-Maritimes, car il va permettre « la création de 400 à 500 emplois dans le bâtiment. »

Cette politique offensive, qui doit être votée lors du prochain conseil métropolitain consacré à l'adoption du budget, va servir à achever la réalisation des lignes 2 et 3 du tramway, à financer la sortie ouest de la voie Mathis dans la capitale azuréenne mais aussi à engager une série de chantiers de réseaux, de voirie et d'aménagement d'espaces publics dans l'ensemble des autres communes de la métropole. Pour dégager des ressources supplémentaires, la métropole, qui a déjà recouru à l'emprunt pour boucler le financement du tramway, va actionner deux leviers. D'une part, la vente, avec la Région, des parts qu'elle détient dans la société des Aéroports Nice Côte d'Azur privatisée, ce qui devrait lui rapporter une centaine de millions d'euros et, d'autre part, une hausse de la fiscalité locale.

Le foncier bâti à la hausse

« Nous avons décidé la création d'un taux métropolitain de 6,4% sur le foncier bâti qui n'existait pas jusqu'à présent. Nous avons fait ce choix pour ne pas toucher à la fiscalité professionnelle et décourager les entreprises dans la création de valeur et d'emploi », annonce Christian Estrosi, le président de la métropole Nice Côte d'Azur. Ce dernier considère que l'impact de ce nouveau tour de vis fiscal -qui va rapporter 63 millions d'euros à la métropole- devrait être limité pour les habitants de Nice Côte d'Azur, appelés à bénéficier d'une baisse de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (10 millions d'euros) et de la disparition progressive de la taxe d'habitation d'ici 2020 (69 millions d'euros) pour 80% d'entre eux.

Cette décision de Christian Estrosi et du conseil des maires n'est pas du goût de tout le monde et a encore un peu plus dégradé les relations avec l'ancien président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, le député Eric Ciotti, qui tire désormais à boulets rouges sur ces choix politiques. « Nos collectivités ne doivent plus augmenter les impôts et je demande solennellement à Christian Estrosi de renoncer à cette hausse mais au contraire de privilégier les économies et la maîtrise budgétaire », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Eric Ciotti, aujourd'hui président de la commission des finances du conseil départemental, s'inquiète également de l'évolution de la dette de la ville et de la métropole niçoise. « Le chantier du tramway, avec la décision de faire un tunnel sous la ville, va coûter 1 milliard d'euros à la métropole au lieu de 300 millions d'euros si un tracé en surface avait été retenu. La ville de Nice a construit le stade de football le plus cher de France. Aujourd'hui, la dette de la ville atteint 500 millions d'euros et celle de la métropole 1,5 milliard d'euros. C'est une situation préoccupante », assène-t-il.




Rémy Mario
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer