AccueilTerritoiresMétropole : les sages des conseils de développement dans les starting-blocks

Métropole : les sages des conseils de développement dans les starting-blocks

Si le démarrage de la métropole Aix-Marseille Provence connaît des ratés, la société civile qui accompagne les élus à travers les conseils de développement se déclare pour sa part fin prête.

TerritoiresBouches-du-Rhône Publié le ,

Règlement, mission, organisation, priorités, principes… Les sages et bénévoles, issus de la société civile, des conseils de développement des ex-intercommunalités (Marseille Provence Métropole, Pays d’Aix, Pays d’Aubagne et de l’Etoile, Ouest Etang de Berre) fusionnées au sein de la métropole Aix-Marseille Provence, n’ont pas attendu la fin des atermoiements institutionnels pour dessiner précisément les contours du futur conseil de développement métropolitain, devant désormais accompagné celle-ci ainsi que la loi le prévoit. Eux-mêmes réunis en coordination des conseils de développement depuis cinq ans, tous ces sages et personnalités de la société civile ne se sont en effet pas croisé les bras durant toutes ces années.

« Il est important de se pencher rapidement sur des enjeux aussi importants pour la métropole que la cohésion sociale, la réduction des inégalités ou encore la protection de l’environnement », a souligné Bernard Niccolini, vice-président du conseil de développement Ouest Etang de Berre.

Chef d’entreprise, Olivier Marchetti qui dirige les studios de cinéma de Martigues et qui siège également au conseil de développement Ouest Etang de Berre, est revenu pour sa part sur le consensus existant entre eux, entre les conseils de développement. Lequel leur a déjà permis de travailler ensemble sur « des documents stratégiques (Scot, schéma des transports…), des projets concrets et des outils opérationnels pour les conduire efficacement ».

Pas de révolution mais des mutualisations

Attention, il ne s’agit pas « de grande révolution proposée en la matière, a-t-il rassuré, plus des mutualisations, par exemple des agences d’urbanisme, des agences de promotion économique, et des mises en commun de moyens et d’objectifs souhaitées ». Des outils qu’il conviendrait de mettre en place également très vite, selon lui.

Lisez la suite de cet article dans le N° 1122 (23/03/2016) de TPBM. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos abonnements.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?