AccueilTerritoiresMétropole Aix-Marseille-Provence : Frédéric Guiniéri rend son tablier

carnet Métropole Aix-Marseille-Provence : Frédéric Guiniéri rend son tablier

Frédéric Guiniéri, le vice-président de la Métropole Aix-Marseille-Provence délégué au logement et à l'habitat indigne a rendu son tablier. Une démission qui intervient à la veille de la visite à Marseille d'Emmanuelle Wargon, la ministre du Logement.

TerritoiresBouches-du-Rhône Publié le ,

Coup de tonnerre dans l'exécutif métropolitain. Frédéric Guiniéri, le maire (SE) de Puyloubier qui avait été promu par Martine Vassal en juillet à la vice-présidence d'Aix-Marseille-Provence, en charge de la délégation ô combien cruciale du logement et de l'habitat indigne, a remis sa démission ce 23 novembre à la présidente de l'institution. Ce fin connaisseur des rouages de l'administration et des arcanes des politiques du logement rend son tablier pour raison de santé. Cette démission intervient à un moment particulier, à la veille de la réunion d'un comité de pilotage du projet partenarial d'aménagement (PPA), vaste dispositif destiné à accélérer la lutte contre l'habitat indigne et insalubre dans le centre-ville de Marseille. Une réunion que doit présider la ministre du Logement Emmanuelle Wargon, en visite dans la cité phocéenne ces 25 et 26 novembre. Frédéric Guiniéri était également pressenti pour prendre les rênes de la toute jeune société publique locale d'aménagement d'intérêt national (SPLA-IN) dont le nouveau conseil d'administration devait se réunir avant la trêve de Noël. Une réunion très attendue car l'exécutif de cette société devait s'atteler au recrutement de son directeur général.

Son départ sera regretté par les acteurs de la chaîne du logement. Son expertise et son sens de la mesure étaient en effet appréciés dans un dossier politiquement très exposé. Ce départ inattendu ouvre également une nouvelle période d'incertitude quant au pilotage institutionnel et politique de la stratégie de l'habitat à l'échelon métropolitain. Un flou regrettable compte tenu de l'ampleur des enjeux à Marseille mais aussi dans les 91 autres communes du territoire. Rappelons que le logement est une des compétences phares d'AMP. Une prérogative qu'elle a jusqu'à présent eu du mal à traduire en actes, ainsi qu'en atteste l'absence d'adoption d'un programme local de l'habitat (PLH).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?