AccueilDroit et chiffreMe Corinne Pellegrin, futur bâtonnier de l'ordre des avocats des Hautes-Alpes

Carnet Me Corinne Pellegrin, futur bâtonnier de l'ordre des avocats des Hautes-Alpes

Le 1er janvier 2022, Me Priscillia Botrel passera la main à Me Corinne Pellegrin à la tête de l'ordre des avocats des Hautes-Alpes. Elle a été plébiscitée vendredi dernier par ses confrères.
Me Corinne Pellegrin, futur bâtonnier de l'ordre des avocats des Hautes-Alpes
M.-F. Sarrazin - Me Pellegrin (à gauche), dauphine du bâtonnier Me Botrel.

Droit et chiffreHautes-Alpes Publié le ,

Me Corinne Pellegrin a été élue dauphine du bâtonnier Priscillia Botrel vendredi dernier. Elle lui succédera le 1er janvier 2022 et sera, pendant deux ans, à la tête d'un barreau composé de 56 avocats. Seule en lice, elle a été plébiscitée par ses confrères. Corinne Pellegrin a prêté serment en janvier 2000, après avoir étudié le droit à Aix-en-Provence et obtenu son diplôme d'avocat à Grenoble. Elle présidait la commission économie du barreau. Au sein de BGLM, l'un des principaux cabinets des Alpes du Sud, l'avocate gapençaise exerce une activité à dominante civile, droit de l'entreprise et droit de la famille.

Il reste encore six mois de bâtonnat à Me Priscillia Botrel. Accaparée à gérer les urgences entre la réforme des retraites et la crise sanitaire, le mandat du bâtonnier en place n'aura pas été un long fleuve tranquille. « C'est un bâtonnat un peu particulier, admet-elle. Je n'ai pas forcément eu beaucoup de temps pour entamer un travail de fond. J'ai été un bâtonnier de proximité, faisant le lien entre la profession et le palais de justice, avec l'arrivée d'une nouvelle présidente au tribunal judiciaire, au sein du barreau aussi. Nous avons fait en sorte de montrer que les avocats étaient toujours présents, en continuant à participer à des rendez-vous économiques et à des moments tournés vers le monde extérieur. Je n'en retire que du bon, c'est une belle expérience malgré tout. »

Souhaitons à Me Pellegrin de vivre un mandat moins mouvementé. Le futur bâtonnier s'attachera à « maintenir notre diversité, permettre à chaque avocat d'exercer le mieux possible dans ses domaines de prédilection, même s'il n'a pas de spécialité ». Elle est consciente du « travail d'équilibriste » qui l'attend dans l'accompagnement des mutations de la profession, « sans forcément tout accepter ». « Je ferai entendre notre voix », promet-elle.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?